Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

Villars-Colmars, Colmars-les-Alpes et Allos

Villars-Colmars

Tout en longueur, le village a conservé ses vieilles maisons bien restaurées. En remontant la rue principale, on découvrira d'abord, à droite, la chapelle Saint-Blaise et son beau retable du XVIIe siècle, dédié à saint Blaise (patron des cardeurs) et à sainte Ursule (patronne des drapiers) puis, sur une place agrémentée d'une fontaine, à l'étage d'une maison, un cadran solaire de 1699.
Excursion : Une piste carrossable conduit au hameau de Chasse (4 km), havre de paix où la nature règne en maître. Juste après le village, une belle cascade dévale la montagne, en contrebas du massif de l'Autapie.

Colmar-les-Alpes

Lorsque, à la suite de l'assassinat de la reine Jeanne, Allos et Barcelonnette se donnent, en 1388, à la Savoie, rejetant la souveraineté de la maison d'Anjou, Colmars devient une ville frontière stratégique; elle le restera jusqu'en 1713, quand le rattachement d'Allos et de l'Ubaye à la France lui ôtera son intérêt défensif. Les remparts et le chemin de ronde visibles aujourd'hui furent élevés en 1391 ; seules les tours datent du XVIIe siècle et de Vauban.
  • Le Fort de France
On le découvre en premier, à l'entrée de la ville. Ce n'était qu'un fort de soutien, simple redoute de plan carré, avec deux échauguettes à ses angles et quatre embrasures d'artillerie s'ouvrant sur chaque côté pour couvrir le pont, la ville et les deux versants de la vallée.
Malheureusement, il a perdu son toit et se dégrade.
  • Le Fort de Savoie
La première enceinte abrite le corps de garde des guetteurs et des vestiges archéologiques (colonnes romaines qui proviendraient du temple de Mars). Un pont-levis, à présent disparu, surmonté d'un mâchicoulis, enjambait une douve emplie d'eau et permettait d'entrer dans le fort proprement dit. Une ruelle dessert ensuite quatre salles en enfilade. La première était réservée aux officiers, les trois autres aux soldats au repos; la salle d'armes était située au-dessus.
D'une pièce à l'autre, les passages bas et voûtés étaient conçus pour gêner les ennemis lourdement chargés, s'ils étaient arrivés jusque-là. A droite de la première salle, quelques marches mènent à la tour de guet: on est d'emblée frappé par la beauté de la charpente en mélèze rouge, assemblée en pattes d'oie. Cette tour comprend trois embrasures tournées vers le nord-est et trente-deux meurtrières. On accède ensuite à la grande salle d'armes où se faisaient les manœuvres des armes lourdes et légères. En gagnant le terre-plein extérieur, on aborde le grand chemin de ronde, dont les murs ont plus de 2,50 m d'épaisseur. Une très belle échauguette en briques plonge sur le Verdon. Par un passage bas et voûté, on arrive enfin dans la cour intérieure avec ses sept embrasures, son chemin de ronde et une citerne alimentée par une source dont l'eau ne gèle jamais.
  • La chapelle
A l'intérieur de l'enceinte, la chapelle Saint-Joseph (pénitents gris) renferme un beau retable baroque, à colonnes torses, œuvre du sculpteur Pierre Berbegier de Moustiers et dont la toile représentant la Vierge, saint Joseph et saint François a été peinte par Lecler Angloie en 1648.
La chapelle Notre-Dame-de-Grâce (pénitents blancs) a été rebâtie en 1674 ; son joli campanile de ferronnerie, unique dans cette région ne fut réalisé qu'en 1829 par Antoine Pascal.
L’église paroissiale Saint-Martin a été construite entre 1681 et 1695. On remarquera, près du chœur, une excellente toile du Rosaire, sans doute contemporaine du retable (vers 1700). Celui-ci montre une évolution de la sculpture avec l'apparition de la colonne droite à cannelure. Au fond de l'église, le retable des Ames du purgatoire, installé vers 1730, ne connaît plus que la colonne droite.
  • Randonnées
Colmars est le point de départ de superbes randonnées; deux paraissent s'imposer: tout d'abord l'excursion jusqu'à la cascade de la Lance (environ 1h aller-retour); celle-ci se niche dans un cirque de roches sombres et gèle par les plus froides journées d'hiver.
Une autre escapade mène jusqu'au Col des Champs par une route sinueuse de 12 km au milieu des forêts de mélèzes.

Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


Allos

De l'élevage au tourisme. Allos eut à souffrir des conflits incessants entre la France et la Savoie. De ses remparts, que Louis XIII fit raser, il ne subsiste qu'une tour transformée en clocher vers 1700. Au début du siècle, la commune était un centre d'élevage bovin important, doté d'une coopérative performante. Aujourd'hui, Allos est devenu un agréable centre de tourisme qui regroupe deux importantes stations de ski : Le Seignus et La Foux.
  • Notre-Dame-de-Valvert
L’architecture, le décor du chevet l'appareil du portail donnent à penser que l'édifice appartient à l'art roman alpestre tardif, sans doute du XIIIe siècle. La façade présente de belles voussures toriques retombant sur des colonnettes à chapiteaux ornés de motifs sculptés (ours, bélier, têtes). L’Église renferme un très beau retable du début du XVIIe siècle, précurseur des grands retables baroques.
  • Excursions
Trois excursions sont à privilégier: le col (anciennement nommé Valgelaye) avec son panorama, les sources du Verdon, depuis le haut de La Foux, et, surtout, le lac d'Allos. Une route en lacets de 12 km y mène depuis Allos. Le stationnement se fait à environ 45 min de marche du lac, où l'on parvient par un sentier balisé de tables de lecture présentant le paysage et son histoire. Perché à 2 230 m d'altitude, profond, en son milieu, d'environ 50 m et d'une superficie de 60 ha, c'est le plus grand lac de haute montagne d'Europe. Son histoire commence il y a environ 20000 ans. Un énorme glacier, en se déplaçant, creuse et polit la cuvette du lac actuel. Poursuivant sa progression, il franchit un premier verrou glaciaire, descend la pente et creuse une seconde dépression, moins profonde, l'actuel plateau de Laus fermé, lui aussi, par un verrou rocheux. Deux lacs existaient. Le second a disparu, comblé par les sédiments et les alluvions, colonisé par une végétation qui s'accumula en couches fossiles successives pour former une tourbière

Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
pédalo dans le lac de Sainte-Croix
Accrobranche
Rafting
Pont de Galetas
Pont du Roc

Retour aux questions sur Les villes autour de Castellane

Autres informations
Autres catégories