Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

Sports pratiqués dans les Gorges du Verdon

Verdon passions, Verdon frissons

La randonnée pédestre est la plus ancienne activité de plein air dans les Gorges du Verdon. Même si la conquête des Gorges et Canyon en barque remonte au mois d'août 1905, il s'agissait à l’époque d'un défi, d'une aventure, d'une première mondiale.Depuis cette date il est bien évident que de multiples activités de loisirs sont nées et se sont développées, les Gorges du Verdon représentant une terre d'accueil et d'épanouissement pour tous les sports susceptibles d'être pratiqués dans ces reliefs, en fonction des infrastructures existantes.
De Castellane en Passant par La Palud-sur-Verdon, Comps-sur-Artuby, Aiguines, Moustiers Ste-Marie ou Riez des professionnels et des organismes offrent aux visiteurs une panoplie complète d'activités en tous genres : canyonisme, flottage, rado-rodéo, descente en eaux vives, escalade, randonnée pédestres accompagnée, randonnée à cheval avec un moniteur, spéléologie, le deltaplane, la parapente, l'ultra léger motorisé (ULM), le vélo tout terrain (VTT), la moto tout terrain (MTT)...Sans compter les loisirs aquatiques et nautiques éprouvés sur les principaux lacs artificiels avec les pédalos, la barque (à moteur électrique), le canoë, la planche à voile, ou la pêche.
L'adage qui pourrait s'appliquer aux activités sportives dans les Gorges du Verdon ressemblerait à ceci près :
« Le Verdon : les pieds dans l'eau, le corps sur les sommets, la tête dans les airs ! ».

L'escalade

L'escalade, ou varappe, a acquis ses lettres de noblesse sur les Falaises prodigieusement lisses et verticales de l'Escalès, que les anciens appelaient encore Escalet. Consacrées en août 1968 par cinq escaladeurs Français (Bordin, Cordier, Lothard, Moch et Richard) dans la voie du Duc (300 mètres environ), Bernard Gorgeon et Patrick Edlinger les élevèrent au rang des plus célèbres parois du monde.
Les falaises du Verdon ont été baptisées «la Mecque des Varappeurs». Depuis lors, ceux que l'on nomme les hommes-araignées, se sont donnés pour qualificatifs des escaladeurs, des varappeurs des grimpeurs. Leur passion est l'escalade, la varappe, la grimpe. Détrônant les mots alpinistes, ou montagnards, et alpinisme, réservés à la course aux plus hauts sommets de notre terre. Mais, tendons aux alpinistes la part qui leur revient car, avant d'être des montagnards, ils ont été randonneurs, par la force des choses, et bien souvent ces derniers ouvrirent des sentiers de randonnée pour accéder au départ de leurs tentatives d'escalade en montagne.
Il existe près de 2.000 voies ouvertes sur les Falaises calcaires dit l'Escalès. Environ 400 d'entre elles sont équipées, c'est-à-dire, qu'elles ne nécessitent pas d'avoir à planter les pitons dans la roche pour dénicher le passage de la progression.
Quelques-unes portent des noms curieux pour ne pas dire étranges au regard des profanes. Des noms de baptême d'une rare banalité : Miskatonik, Massacre à la Tronçonneuse, Pichnibul, Epericoloso, Interlope, Tectoflip, Mescalito, Pitonconthrope, lbujourjamé, Mangoustine Scatophage, Luna Bong, Dingomaniaque...
La sécurité et s'assurer, c'est-à-dire être relié par une corde qui assure sa propre progression, est vivement recommandé.
Disons même qu'il est vital de s'assurer. Tout le monde ne s'appelle pas Edlinger, et nombreux sont les accidents qui surviennent par négligence en s'essayant sans sécurité dans ces voies. 450 à 500 mètres de vide absolu ne pardonnent aucune erreur, aucun style libre, aucun défi aux lois les plus élémentaires de l'apesanteur...

Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


Descente en eaux vives

Cette activité a été popularisée par Roger Verdegen dans les années 1970/75. Bien que nombreux sont ceux qui se sont lancés à l'eau, c'est le cas de le dire, après Martel, et ont descendu à la nage les Gorges et le Canyon du Verdon, Verdegen fut le premier à organiser différentes variétés de cette activité : descente en gilets, parcours en radeau muni de boudins noirs, flottage, canyoning, kayak. Que ce soit dans le Verdon, et même dans l'Artuby, où l'on se contente de la descente de Glues, à pied, à la nage, en rappel, pour reprendre une expression contemporaine.
La descente du Canyon en radeau-rodéo ne s'effectue que par l'intermédiaire d'organismes professionnels, de même que l'exploration par les gués munis de gilets de sauvetages. La pratique de ces activités reste liée et contraintes par le débit imposé au torrent émeraude.
Le débit des eaux n'étant pas naturel depuis 1948, l'EDF gère l'alimentation du cours du Verdon, et toute tentative individuelle pouvant se révéler fâcheuse, sans connaissance parfaite des sites et des accès.
Quant au kayak, la pratique de cette discipline est conditionnée par l'entraînement régulier et une bonne connaissance de ce sport. Rares sont les kayakistes qui ont une expérience de moins de 4 à 5 ans derrière eux, dans cette activité, avant de se lancer dans l'exploration par les eaux du Verdon. Les niveaux de cotations des passages sont parmi les plus élevés du monde. Lors des compétitions, celles-ci se déroulent entre le Pont de Carrejuan et le Pas du Galetas. Un rendez-vous annuel est généralement fixé en fin de première semaine de juillet.

Dans les airs

Le parapente et le deltaplane sont en vogue depuis les années 1990. Une aire de lancement se situe sur les hauteurs de Moustiers Ste-Marie, vers Venascle ou Les Travers. Certains se jettent dans le vide au-dessus du Pas du Galetas, à partir du sommet de Plein Voir. L'U.L.M. se pratique plus à l'ouest vers Valensole ou au sud-ouest près de Vinon-sur-Verdon. Un centre de vol à voile (planeurs) mondialement connu est situé plus au sud-est, dans le Var, à Fayence. La pratique de cette discipline est ici peu courante, même si des possibilités sont offertes à Vinon-sur-Verdon et Puimoisson.
Ce qui est certain par contre, c'est qu'il est dangereux de survoler les Gorges et le Canyon du Verdon, que ce soit en parapente, en deltaplane ou même en ULM. En effet, des vents contraires, ascensionnels, descendants, pluridirectionnels se forment entre les falaises. Des dépressions se créent, le vent circule entre les falaises, monte, redescend, et plaque contre les parois de la roche toute tentative d'approche par les airs.
L'alternance de courants chauds et de courants froids en perpétuelles mutations sont à l'origine de ces dépressions. Les seules tentatives d'approche par les airs des Gorges et du Canyon sont l'hélicoptère et l'avion de tourisme.
Le survol est réglementé, d'abord par les conditions de vol elles-mêmes, ensuite, la proximité du camp Militaire de Canjuers ne permet pas un survol de la zone interdite qui jouxte la région des gorges. Des raisons à cela : les tirs au canon, les entraînements des batteries de tirs, les entraînements des hélicoptères de l'A.L.A.T. (Aviation Légère de l'Armée de Terre), et puis, l'existence d'un vaste périmètre sous haute surveillance, classé secret-défense, ce qui est tout à fait logique.

Les autres activités sportives

La fréquentation estivale grandissante a donné lieu au développement et à la pratique de multiples activités de plein air en dehors de l'escalade ou du canyoning. Des associations, des organismes, et des professionnels proposent un choix varié d'accompagnements dans bien des domaines. Des centres équestres proposent des randonnées-découvertes notamment aux environs de La Palud-sur-Verdon, mais aussi, près du lac de Ste-Croix, à Bauduen, Quinson, Valensole, Riez, Esparron-de-Verdon. Et si l'aventure équestre vous tente davantage, il vous sera aisé de louer un âne pour la randonnée pédestro-équestre.
Nul n'est besoin d'être accompagné pour pratiquer les activités aquatiques offertes à partir des lacs artificiels du Verdon, où des bases nautiques mettent à la disposition des visiteurs (moyennant location) barques, pédalos, planches à voile, canoë ou canot à moteur électrique. Les engins fonctionnant à l'aide d'un moteur à explosions (à essence ou autre carburant polluant) sont interdits sur les plans d'eau.
Quant à la Pétanque, si vous n'y connaissez rien, sa pratique et ses règles sont aisées, vous ne trouverez aucun mal à trouver des partenaires ou des adversaires. Mais si vous êtes novices, méfiance, «Fanny» pourrait bien vous poursuivre longtemps !

VTT et moto tout terrain

Le VTT connaît un bel engouement dans les monts et massifs. Cette discipline mériterait ici d'être réglementée quant aux parcours, itinéraires et pistes consacrées à cette activité, car d'une part il n'y a guère de balisage sur le terrain, et d'autre part, certains vététistes», méconnaissant des sites, peuvent s'aventurer dans des zones à risques. Qui plus est, cette méconnaissance des sites, parfois l'ignorance totale de ceux-ci, amène sur des territoires inconnus ces cyclotouristes sur des zones de nidifications ou de reproductions d'espèces protégées.
Ou bien encore, dans des endroits de sites floraux d'espèces protégées ou menacées. Les roues et les passages successifs pouvant amener une disparition des espèces naturelles.
Il n'existe pas pour le moment de véritable circuit et la pratique de la moto tout terrain est encore du domaine sauvage n'étant ni contrôlé et non plus réglementé. Qui plus est à l'intérieur d'un l'arc Naturel Régional visant à la protection des sites et des espèces (flore et faune) ce serait un comble que de laisser cette chevauchée infernale s'imposer !
Parmi d'autres disciplines sportives citons encore la randonnée aquatique effectuée en compagnie d'un guide professionnel, le golf, le tir au pigeon, les croisières touristiques sur les lacs. Et si le cœur vous en dit, vous pourrez toujours accomplir la «Route de la Lavande Cyclotouristique» qui de Grasse à Moustiers Ste-Marie, épouse Castellane, St-André-les-Alpes, Aiguines et les Gorges du Verdon. 333 kilomètres de routes cyclables que les amoureux de la petite Reine empruntent sportivement pour conquérir le pays des lavandes.
En mai 1995 (les 20 et 21), eut lieu la première édition d'une compétition cycliste intitulée «La VIRENQUE du Verdon», dont le parrain, mais aussi participant, était Richard Virenque, le cycliste varois bien connu des Français. Lui a succédé en 1997, la première édition «les Boucles du Verdon».
Cette épreuve sportive se déroule essentiellement dans la région des Gorges du Verdon. «Les Boucles du Verdon» se déroulent généralement le dernier dimanche de mai.

Le "benji"

Si, par contre, vous doutez encore des sensations, il vous sera possible d'effectuer un grand saut dans le vide au-dessus du pont de l'Artuby et vous essayer au «benji». Cette activité ne se fait qu'en présence de professionnels pour l'encadrement, les conditions de sauts, le matériel, etc...
Derniers grands frissons apparus récemment, sport d'un genre nouveau, à la limite de l'absurde et l'inconscience : «la chute de l'extrême». Discipline qui nous vient d'outre-Atlantique - encore une fois...- et qui consiste à se jeter dans le vide du haut d'une falaise, muni néanmoins d'un parachute, mais sans force motrice... L'américaine Michèle KNUTSON, en a fait la triste expérience en août 1999, en s'élançant du haut de l'Escalès.
Son parachute, mais surtout les vents dominants, l'ont rabattue sur la paroi rocheuse. Sérieusement blessée, elle a dû patienter près de 3 heures avant d'être secourue. Non pas, à cause des Secours qui ne sont pas arrivés avant, mais tout simplement, parce qu'elle était accrochée à une branche, dans un lieu difficile d'accès, pour ne pas dire inaccessible. Il a donc fallu, à ces mêmes Secours, prendre toutes les précautions nécessaires pour que cet accident ne connaisse pas un dénouement tragique. Voilà encore un exemple flagrant d'inconscient(e) qui, au mépris de toute considération humaine, peut déclencher des accidents mettant en jeu, non seulement leur propre vie (mais après tout, cela les regarde !) mais et surtout, celle des personnes qui leur viennent à la rescousse.

La spéléologie

La spéléologie autrefois très pratiquée n'est plus d'actualité dans la région des Gorges du Verdon. Les avens sont relativement rares, paradoxes pour un pays du karst où règnent les diaclases (fissures verticales superficielles ou enfouies dans les roches sédimentaires - calcaires, grès -) et les lapiazs (ciselures superficielles de la roche de surface provoquées par les eaux, désigne aussi l'entrée d'un gouffre), mais il en est ainsi. Quelques puits se situent sur le Plateau de Barbin, au nord de La Palud-sur-Verdon, dont l'aven du Grand-Duc, connu depuis de nombreuses années.
Les principaux accès spéléologiques sont situés sur le Terrain Militaire de Canjuers, l'aven de Sorps, l'aven du Plan de l'Ormeau, l'aven de Roumégas (au lieu-dit les Bessons), et ceux du Clos de tanoun, de la Nouguière, le Petit Aven de la Nouguière, le Grand Aven, et l'aven de Sardon (près du canyon de l'Artuby), pour ne citer que  ceux-là.
Sans oublier une grande épreuve sportive dans les monts et massifs de ce vaste territoire, «la Grande Course Trail du Verdon» .
Enfin, nul n'est besoin d'être un spécialiste ou un photographe chevronné pour s'adonner tout à loisirs aux joies de la vidéo ou de la photographie. Il n'existe pas encore, pour le moment et à ma connaissance, de «Safari Photos Verdon». Ceci viendra peut-être un jour, mais pour l'instant, cette discipline de l'image est totalement libre de toute contrainte, si ce n'est de la météo et des conditions.

La randonnée pédestre, sur les pas de Martel

La marche à pied est l'un des sports de plein air qui demande moins d'équipement particulier et demeure très simple à pratiquer à condition, néanmoins, de suivre les bases élémentaires de sécurité et d'équipements.
La découverte des Gorges du Verdon par les sentiers et itinéraires pédestres reste l'activité primordiale et dominante de cette vaste contrée. L'année 1998 célébrait les 70 ans de la création du sentier Martel, entre le Couloir Samson et le Chalet de la Maline, mis à la disposition des randonneurs par le Touring Club de France.
L'entretien des sentiers et de leur signalétique est réalisé par des membres de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (F.F.R.P.), par des sympathisants locaux ou des associations, ou bien encore, en ce qui concerne l'aménagement du parcours en milieu forestier, par l'O.N.F. (Office National des Forêts) qui apporte également sa contribution.
Il est difficile de partir à la découverte de l'un des plus fabuleux sites minéral du monde sans avoir, au préalable, été informés sur les conditions mêmes dans lesquelles se déroule cette activité. Rares sont les terrains plats, et le «plancher des vaches» ne fait pas partie de cette région. Les reliefs sont escarpés, parfois francs, raides et vigoureux. N'oublions pas que ce pays se situe dans la zone de moyenne-montagne et par conséquent, les aspects du paysage suivent les courbes de niveaux. Certaines zones semblent vertes et accueillantes, d'autres par contre, sont désertiques et parfois hostiles.
La climatologie joue un rôle important également. Peu nombreuses sont les activités (y compris la randonnée pédestre) qui se déroulent en période d'hiver entre les mois de novembre et de mars, voire avril, selon les années. Qui plus est, des accès routiers sont fermés à la circulation, la Route des Crêtes, entre le 15 novembre (parfois, dès le 15octobre) et le 15 mars.
A fortiori, accéder au départ des sentiers n'est pas concevable. Les principales règles à observer sont la bonne conduite des randonneurs et la sécurité des personnes et des biens. Trois points essentiels sont à prendre en considération : la traversée du torrent émeraude, l'eau du Verdon, les animaux.

Recommandations pour la randonnée dans les gorges du Verdon

  • Soyez équipés d'un matériel bien adapté : sac à dos, chaussures de montagne, vêtements chauds et de rechange (quelle que soit la saison), imperméable, coupe-vent, chapeau ou casquette, lunettes de soleil, une lampe électrique, corde (éventuellement, de 10 à 15 mètres), piolet ou bâton de marche, crème solaire ;
  • Préparez votre itinéraire : repérer le point de départ et d'arrivée de votre excursion et sachez mesurer les efforts que vous devrez fournir sur le choix du parcours ;
  • Partez de préférence de bonne heure le matin ; évitez les heures chaudes de la journée comprises entre 10h et 14h00 en période estivale ;
  • Évitez de randonner seul, prévenez de votre départ, de votre destination et de l'heure approximative de votre retour;
  • Ne surestimez jamais vos capacités physiques ;
  • Méfiez-vous toujours des dangers de la montagne : ravins, corniches, chutes de pierres, et du temps (pluies, orages). Sachez renoncer devant un obstacle imprévu ou trop difficile. Avec de jeunes enfants, sachez adapter votre rythme au leur ;
  • Emportez cartes, boussole, plans, guides, sifflet d'alarme, altimètre et autres effets pour la randonnée ;
  • Munissez-vous toujours d'une trousse de premiers secours (il en existe des toutes prêtes que l'on trouve aisément dans les pharmacies ou dans les grandes surfaces), d'une couverture de survie (en aluminium) ; crèmes solaires, pommade contre les piqûres d'insectes, pommade à l'arnica pour les petits bobos.
  • Emportez nourriture et boissons en quantités suffisantes (de l'eau de préférence : compter 1,5 l à 2 litres par personne). Pensez aussi à prendre de l'eau pour votre animal de compagnie s'il vous suit en randonnée. Si vous craignez manquer d'eau et que vous soyez obligés d'en prendre dans une source ou un torrent, vous pouvez vous procurer des pastilles de purification d'eau dans toutes les pharmacies ;
  • Prenez garde aux reptiles nombreux en cette région (pierriers, plateaux secs et calcaires, rochers, ruines), regardez où vous mettez les pieds et où vous vous asseyez lors des pauses ;
  • Le Camping sauvage et les feux sont strictement interdits dans le périmètre du P.N.R. du Verdon ; si vous êtes fumeur, après avoir éteint votre cigarette, glissez le mégot refroidi dans une pochette que vous jetterez dans un conteneur au retour de la randonnée ;
  • N'empruntez jamais les raccourcis et les sentiers non répertoriés.
  • Ne jetez pas de pierres depuis les sentiers en corniche. Restez à proximité des sentiers balisés ; ne détruisez pas les kairns, au besoin remettez-les en place ;
  • Respectez la nature, ne laissez aucune trace de votre passage, remportez vos détritus ;
  • Munissez-vous de votre téléphone portable. En cas d'extrême urgence : accident ou blessure grave rendant votre retour impossible (vous pouvez être pénalisé en cas d'utilisation abusive ou inconsidérée des appels émis en direction des secours). - Respectez toujours et en tous lieux, la nature et les animaux, les hommes et leurs demeures, les champs et les propriétés privées traversés ;
  • Ne cueillez pas de fleurs sans les connaître réellement. Certaines variétés sont protégées, d'autres sont en voie de disparition, et d'autres espèces encore, peuvent être toxiques ; mêmes consignes pour les champignons ;
  • Enfin : n'oubliez pas votre appareil photo, des pellicules, votre caméra vidéo et des films avant le départ, car vous risqueriez de regretter amèrement de ne pas fixer vos souvenir. Un grand spectacle de la nature, du jeu des couleurs, des panoramas et des sites grandioses vous attendent offerts spontanément par le Verdon et ses gorges, les monts et massifs où vous randonnerez.
Tous les athlètes de haut niveau parviennent un jour ou l'autre au sommet de leur discipline. Les meilleurs remportent coupes et médailles. Pour les marcheurs du monde entier, parcourir les Gorges du Verdon représente la consécration suprême du randonneur. De fait, ceux-ci peuvent fièrement dire : «- J'ai randonné dans le Verdon...». Cette seule phrase impose le respect !
(Nota : les conseils et les recommandations qui sont donnés ici s'appliquent parfaitement pour les randonnées effectuées en dehors des sites du Verdon. Le Vrai Randonneur met en pratique ces conseils, et les suit, en tout lieu où il se trouve).

Interprétation des itinéraires

Les itinéraires qui sont exposés permettent de présenter le vaste choix des randonnées qui existent. Les visiteurs pourront ainsi effectuer un tour d'horizon sur les possibilités offertes pour découvrir l'un des plus merveilleux sites du monde. Les principaux sentiers, tels ceux de l'Imbut, encore appelé le sentier des Gorges, ou le plus célèbre d'entre tous, le sentier Martel.
«Le guide des sentiers de randonnée dans les Gorges du Verdon» propose et développe plus de 25 itinéraires, pour tous les randonneurs de tous niveaux. Toutes les balades suggérées ici y sont intégralement décrites une à une ainsi que d'autres itinéraires de randonnée offrant d'autres très belles destinations. Le temps de parcours, concernant chaque itinéraire est donné à titre indicatif (n'excédant pas une heure en plus pour les plus longs), basé sur une randonnée en marche normale, avec sac à dos, arrêts photos, haltes et repas, dans des conditions classiques. La description et le temps nécessaire pour chaque randonnée sont fixés au point de départ des sentiers. Il vous reste à définir le temps.
Sachez apprécier ces sites d'une grande diversité et ne faites pas comme certains qui viennent ici pour battre des records et qui au final, ne savent même pas ce qu'ils ont vu sur le chemin !
Les difficultés sont mentionnées et chaque parcours est classé selon son caractère et ses critères :
  • I : sentier aisé ne représentant pas de difficulté majeure, à la portée du plus grand nombre, y compris par des enfants (dès 6 ans),
  • II : sentier d'un niveau supérieur, d'un degré moyen, avec certaines difficultés sur le terrain, (enfants dès 8 à 10 ans),
  • III : sentier réservé aux randonneurs chevronnés, jugés d'un haut niveau (franchissement de corniches, passages en balcon), déconseillé aux personnes en manque d'activité sportive ainsi qu'aux enfants de moins de 15 ans.
Dans toutes les destinations, la prudence est la mère de la sécurité. Les personnes qui souffrent de vertiges, d'un manque total d'entraînement, ou de problèmes cardiaques devront éviter les itinéraires mentionnés III.
Il en va de même si l'on randonne avec des enfants en bas âge, ou un chien quelle que soit sa taille. En ce qui concerne les enfants : il est difficile de déterminer l'âge effectif à partir duquel ils peuvent accompagner les adultes en randonnée. Les itinéraires s'effectuent sous l'autorité et la responsabilité de leurs parents, ou des personnes chargées de leur encadrement. Les âges mentionnés ici, en ce qui concerne les enfants, ne sont donnés qu'à titre purement indicatif, il appartient aux parents (ou aux adultes concernés) de juger si les randonnées présentées sont accessibles à leurs enfants.
Les accidents arrivent vite en montagne et personne ne peut se prévenir d'un faux pas. Compte tenu des reliefs, des distances, et des difficultés qui peuvent survenir, il faudra un certain laps de temps aux secours pour vous venir en aide et vous sortir d'une situation délicate.

Le Parc Naturel Régional du Verdon

Les sentiers développés dans ce chapitre se déroulent dans l'enceinte du P.N.R. du Verdon. Par conséquent, il convient de respecter scrupuleusement la réglementation en vigueur émise par l'administration de cette entité géographique, notamment en ce qui concerne le campement sauvage, l'interdiction d'allumer des feux, (le fumer, de cueillir des espèces florales protégées, de dégrader les sites, le prélèvement de fossiles, etc...
Toute infraction pouvant être sévèrement réprimandée. Des procès-verbaux sont susceptibles d'être dressés envers les contrevenants.

Règles de bonnes conduites, de sécurité et d'équipements

  • La première des règles à observer est la bonne conduite et la bienséance. Toute personne responsable de ses actes se soit de respecter la Nature dans son ensemble. N'oubliez jamais que vous êtes l'hôte d'une région qui vous accueille avec toutes ses richesses. En respectant les biens et les personnes, les habitants de ce pays ne vous seront que plus reconnaissants.
  • La préparation physique joue un rôle important. Les monts et massifs du Verdon s'étagent de 500 à 1930 mètres, sachez appréciez les saisons et les distances pour le bon déroulement de votre excursion. - Soyez équipés d'un matériel adapté : eau, vivres, équipements. Une bonne randonnée est aussi fonction du matériel dont le marcheur a besoin pour progresser : bonnes chaussures de marche ou de montagne, piolet ou bâton, chapeau ou casquette, sac à dos... Les pantalons de style treillis, sont préférables aux «shorts» pour le passage dans les garrigues, ronces ou pierriers. Prévoyez un vêtement chaud et un effet de pluie du style coupe-vent.
  • Pour les vivres, il est de bon ton d'emporter des aliments énergétiques, des fruits secs, du sucre, des fruits frais, des barres vitaminées, des pâtes de fruits, des salades de riz, ou de la viande blanche cuite mais froide. Quant aux liquides, songez toujours que seule l'eau est nécessaire à la vie. Ce qui n'empêche pas de glisser dans le sac à dos (qui ne doit pas dépasser 12 à 15 kg pour un adulte), des boissons énergétiques ou de l'effort, évitez les boissons gazeuses ou artificiellement trop sucrées, ainsi que le thé ou le café.
  • Trousse premier secours : il est préférable d'en posséder une dans le sac à dos. Quant au sérum anti-venin, mieux vaut se procurer en pharmacie une pompe de style «Aspi Venin». Il y a encore plus d’accidents provoqués à la suite d'injection du sérum que par la morsure elle-même.
  • Il est préférable d'éviter de partir en randonnée avec des enfants en bas âges et de leur faire subir des itinéraires qui leur sembleront interminables. Oubliez les sentiers d'un degré trop élevé pour eux, et les marches de plus de 5 heures aller-retour. Coiffez les toujours d'un chapeau ou d'une casquette et pensez à leur donner souvent à boire de l'eau de préférence, ou avec une dose légère de sirop.
  • En cas d'accident, ne jouez pas les apprentis-médecins si vous êtes ignorant des premiers soins à prodiguer. Préférez attendre un randonneur compétent en ce domaine, ou mieux, l'arrivée des secours. Il est aussi préférable de couvrir un blessé pour ne pas qu'il prenne froid, et de lui parler posément de façon à éviter l'affolement. Protégez-le du soleil, et soyez rassurant. Ne laissez jamais un accidenté seul ou dans un endroit isolé autant que faire se peut.
  • Avec un chien, soyez prévoyant avec lui, ne le laissez pas mourir de soif, emportez de l'eau pour lui, des friandises pour le casse-croûte, une longe de 4 à 5 mètres pour qu'il évolue librement sur le sentier sans gêner la progression des autres randonneurs, et soyez vigilant à l'approche d'un troupeau, ou à proximité des propriétés privées. Quoi qu'il arrive vous êtes responsables des faits et gestes de votre animal de compagnie.
Les kilomètres ne comptent pas en montagne, la seule unité de référence est l'heure de marche nécessaire pour accomplir tel ou tel sentier.
  • La météo : les conditions météorologiques sont primordiales ici. Les orages sont violents et les risques liés à la foudre importants du fait des dépressions, de la nature de la roche (fer, manganèse), des changements de températures brusques. Les sentiers sont rendus glissants avec la pluie et il convient d'attendre la fin d'un orage pour rebrousser chemin, ou poursuivre, si l'on est engagé sur un itinéraire.
  • Les arbres : lorsqu'ils sont présents éviter de vous abriter sous leur ramure. Évitez les résineux élevés propices à recevoir la foudre. Si vous n'avez pas d'autre solution que de vous mettre à l'abri sous un arbre, préférez-en un bien vivace, à feuilles caduques et sur le tronc duquel la pluie ruisselle.
  • Les pylônes électriques : ils existent, ils sont bien là, évitez de toucher aux câbles mêmes tombés à terre. Les lignes haute tension qui sillonnent le nord des massifs de cette région transportent respectivement 150 et 225.00 kW. Ils permettent de servir de repères à la lecture d'une carte.
  • La progression : n'imposez pas un rythme trop soutenu. Si vous êtes en groupe, préférez adapter votre vitesse à celle du plus lent de l'équipe. Sachez renoncer devant un obstacle délicat, abrupt, ou dangereux. Respectez les balisages. Pour les personnes souffrant de troubles cardiaques il vaut mieux éviter les randonnées jugées d'un trop haut niveau, s'abriter des effets du soleil, prendre le temps des pauses et se désaltérer fréquemment, éviter les grosses chaleurs de la journée. Pour tous les randonneurs, évitez de vous approcher trop près des précipices et des barres rocheuses.
Au cours de vos randonnées vous aurez l'occasion de voir et d'entendre parler de «kairn» (ou, cairn). L'origine vient du celtique qui signifie clapier, signal, repère. Les kairns sont un empilement de pierres et de cailloux de forme pyramidale, et sont là pour orienter le chemin. Les bergers furent les premiers à dresser des kairns pour se repérer dans la montagne. Aujourd'hui, à défaut d'un marquage de sentier, ils sont votre guide sur le chemin. L'usage veut que chaque randonneur, lorsqu'il croise un de ces amas de cailloux, dépose à son tour une petite pierre pour agrémenter le kairn.
  • Le balisage : mis en place par les institutionnels ou des organismes locaux, les marques du balisage sont généralement représentées par des rectangles (environ 3 cm x 10 cm) de couleurs rouge et blanche superposées (pour les sentiers de grande randonnée), ou d'un trait de couleur blanche, jaune, verte, ou rouge (randonnée de pays). La Fédération Française de la Randonnée Pédestre (F.F.R.P.) a attribué aux sentiers de randonnée pédestre des marques distinctives, tels «GR 4» pour la grande randonnée ; «GRP» pour les sentiers de pays, etc... 

Les consignes de base concernant la randonnée dans le Verdon

  • La traversée du Verdon : la vigilance et la prudence sont de rigueur. Les usines électriques situées en amont ne prévenant pas des lâchers de barrages et des turbinages, le débit de l'eau peut monter à tout moment. Si vous êtes engagés sur une rive opposée et qu'il vous faille traverser le Verdon pour regagner le sentier balisé, vous risquez d'être emportés par le courant en franchissant le torrent. Si par mégarde vous vous êtes aventurés au-delà du Chaos de l'Imbut, la montée des eaux vous interdit tout retour en arrière. Dans la Zone des Gués, après l'Imbut, il n'existe plus aucun sentier, le lit du Verdon seul sert de cheminement.
  • L'eau du Verdon : bien que des analyses effectuées sur la qualité de l'eau du torrent émeraude et des lacs soient conformes aux normes et aux réglementations en vigueur, certains points sont néanmoins pollués et la consommation de l'eau du Verdon est déconseillée, tout comme celle des ruisseaux d'altitude auprès desquels paissent les troupeaux. Certaines sources dites vauclusiennes sont, elles tout à fait potables. Les sources et les points d'eau sont en surface, parfois asséchés entre juin et septembre. Les seuls qui sont alimentés en permanence sont le Verdon, le ruisseau du Baux, et la Cascade de St-Maurin. En dehors de ces trois points d'eau, la possibilité d'en trouver est faible.
  • Les animaux : il n'existe pas pour le moment de réglementation les concernant, et ils sont les bienvenus dans le Verdon. Néanmoins certains parcours leurs sont interdits. L'accès aux chiens ainsi qu'à d'autres animaux domestiques est interdit sur le sentier Martel et celui de la Baume aux Pigeons par arrêté municipal ; vivement déconseillé sur celui de l'Imbut et l'accès Vidal : échelles, passages en corniche, sentier étroit et parsemé d'embûches… Enfin, pour la sécurité des personnes et de l'animal, seul un chien de moyenne ou de grande taille peut vous suivre sur les parcours qui existent (I et II uniquement).
  • La chasse : pendant la période de la chasse (de son ouverture, c'est-à-dire, fin septembre-début octobre généralement et pendant toute la durée de celle-ci), certains itinéraires sont à éviter car des battues de sangliers (ou autres gibiers) sont organisées par les sociétés locales de chasse. Les battues se déroulent généralement dès le lever du soleil et prennent fin vers midi.
Cette recommandation concerne surtout les itinéraires situés en terrains et massifs boisés tels les sentiers du Robion, du Cirque de Vaumale, des Tours d'Encastel, du Signal du Grand Margès, du Signal de Plein Voir et, les sentiers situés vers le Jas d'Aire (Route des Crêtes, La Palud-sur-Verdon) et en forêt de Barbin (nord de La Palud-sur-Verdon, Châteauneuf-les-Moustiers).
 
  • Avertissement : Le sentier Vidal (Verdon, rive gauche) connu également sous le nom de «Vidal-accès de secours» est interdit à la descente. Seule sa remontée est autorisée car il est périlleux, parsemé d'obstacles, d'embûches et d'un niveau très physique. Son tracé est très raide, quasiment inaccessible aux enfants et aux animaux de compagnie. Nous vous conseillons de vous abstenir de l'emprunter même s’il figure sur des topos guides actuellement en vente dans le commerce ou s'il est mentionné ailleurs comme circuit de randonnée. Ce sentier est dangereux.    
Il vous suffira dès à présent de n'en faire qu'un pour dire «- j'ai fait le Verdon» et que l'on vous décerne le titre élogieux de «Randonneur au Verdon»...

Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
pédalo dans le lac de Sainte-Croix
Accrobranche
Rafting
Pont de Galetas
Pont du Roc

Retour aux questions sur Mémoires du Grand Canyon du Verdon

Autres informations
Autres catégories