Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

De la Bléone au Verdon - Riez

​Au départ de Riez  La Romaine

Dès l'entrée de la ville, Riez annonce la couleur: portique de colonnes corinthiennes, vestiges d'un temple dédié probablement à Apollon; baptistère mérovingien des mieux conservés de France; remparts du XIII' siècle; hôtels renaissance; campanile du XVIIIe. Riez, gauloise, romaine, médiévale, moderne se veut ville d'histoire. Ses musées "Lapidaire" et "nature en Provence" sont là pour le prouver. Cette ville, blottie au confluent de 2 rivières striant le plateau de Valensole en son centre, constitue une excellente base de départ pour des randonnées aux quatre coins de cette contrée des lavandes où il y a tant de belles choses à découvrir.

Les gorges du Colostre

Partant de Saint-Martin-de-Brômes cette excursion peut prolonger ou précéder la visite de ce village. Castellaras, Villa gallo-romaine sur la route de Riez à Gréoux, puis hameau mérovingien, commanderie des templiers et maintenant village accueillant qui n'a manqué aucun rendez-vous de l'histoire, il vaut la visite et celle de son musée archéologique. Les gorges du Colostre, n'ont pas la prétention d'égaler celles du Verdon, mais elles réservent au randonneur de bien bons moments avec le chemin éducatif sylvestre de l'O.N.F. De plus il y fait bon même en plein été et une petite sieste sous les arbres au bord de l'eau, après le repas n'est pas à dédaigner.
Facile. Attention à un passage délicat. Altitude départ: 350 m. Point haut: 501 m. Dénivellation totale: 250 m. Durée du trajet: 2h45. Stationnement : Mairie de Saint-Martin-de-Brômes.
  • De la mairie partir sur la D 952 vers Riez direction nord-est. Au croisement avec la D82, franchir le pont et s'engager à droite à sa sortie en suivant une flèche O.N.F "Gorges du Colostre ", balise jaune. Bifurcation, rester à droite sur le sentier presque horizontal.  Nouvelle fourche, prendre à gauche.
  • Le sentier disparaît suivre les traces au sol. Passer le lit d'un ruisseau souvent à sec et monter rive opposée, parallèlement au cours du Colostre. Déboucher sur une piste cavalière. Dans une épingle à cheveux de celle-ci, partir à droite.
  • Pin à crochets, appelé aussi pin des montagnes, signalé par l'O.N.F., remarquer la forme des pommes et de leurs écailles en hameçon qui leur a fait donner ce nom de "crochets". Arrivé dans le lit d'un ruisseau, le sentier descend à droite pour rejoindre le Colostre qui coule à droite dans un bois de bouleaux. Cheminer à l'orée du bois le long d'une clôture direction sud-ouest rive gauche du Colostre. Le pré dépassé, revenir à la rivière. Passer une autre clôture électrique. Dans le lit du cours d'eau un épicéa se dresse à côté de son panneau d'identification. Les cônes de l'épicéa sont pendants, alors que ceux du sapin sont dressés.
  • Des noisetiers sont signalés dans une clairière, suivis d'érables champêtres en touffe. A la sortie de la clairière, prendre l'allée cavalière direction sud-ouest Devant un abri en planches, la piste bifurque, rester à gauche et passer au pied d'un splendide pin sylvestre. Nouvelle clairière à longer sur la droite pour redescendre au niveau de la rivière.
  • Passage en surplomb un peu délicat. Passerelle à franchir pour passer rive droite du Colostre au pied d'un peuplier blanc. Après un chaos rocheux s'enfoncer dans le canyon du Colostre en passant près d'un marronnier. En arrivant à l'écluse, passer sur la rive gauche de la rivière et continuer à suivre son cours en rencontrant un tilleul signalé par l'O.N.F.
  • Dans un espace de roches plates et lisses le sentier abandonne le lit du Colostre pour monter à gauche et contourner par le haut les falaises verticales. Suivre toujours les balises Jaune direction sud-est
  • Se diriger vers la ligne électrique à T.H.T à 5 fils. Passer sous une ligne à 3 fils à hauteur d'un genévrier de Phénicie, ces feuilles en "écailles" le distinguent du genévrier cade car leur fruits se ressemblent beaucoup.
  • La montée est rude, mais courte. Abandonner la ligne électrique suivie jusqu'à présent, pour continuer à droite perpendiculairement à celle-ci. Sortir sur une allée cavalière à prendre à droite, direction sud.
  • Des balises rouges se mêlent au jaune au moment où la piste est tangente de la ligne électrique. Dans une épingle à cheveux de l'allée, abandonner cette dernière, pour prendre un petit sentier balisé jaune qui se dirige vers le pylône électrique situé à droite direction sud-ouest.
Vue sur le barrage de Gréoux-les-Bains.
  • Passer sous le pylône et suivre le sentier sous la ligne électrique à 4 fils en descendant le long d'une arête rocheuse. Passages délicats mais pas dangereux, à aborder tout de même avec prudence.
  • Échelle métallique à descendre.  Laisser à droite une ruine, suivie un peu plus loin d'un sorbier des oiseleurs, à ne pas confondre avec le frêne ou le robinier (faux-acacia).
  • Prendre l'aqueduc côté rampe, en surplombant l'auberge et descendre sur la D 315. La suivre sur quelques deux cent cinquante mètres. Tourner à droite en suivant les indications d'un panneau et les balises jaune. Laisser une piste adjacente à gauche et passer sous le viaduc.
  • Bifurcation, prendre à droite en montant vers la D 952. Deux ou trois mètres avant la départementale, s'élever à gauche sur la croupe direction nord et se diriger vers la ligne électrique à 4 fils. Atteindre le pylône. Continuer à monter en suivant les marques jaunes. Passer sous une ligne électrique à 3 fils. Déboucher sur une voie forestière à prendre à droite. Belle vue sur le barrage de Gréoux-les-Bains, derrière lequel s'étale le lac d'Esparron.
  • Prendre à droite en légère descente. Passer sous la ligne à 5 fils. La piste forestière continue parallèle à la ligne à 3 fils. Rencontre d'une voie romaine sur laquelle il faut s'engager à gauche.
  • De loin en loin, sur le bord droit de la chaussée sont encastrées des pierres debout. Ce sont des "chasse-roues" qui servaient à empêcher les lourds chariots de glisser dans le vide. Petite source coulant en travers du chemin Contourner une grosse excavation par le sud. Bifurcation, continuer à gauche.
  • Dépasser un poste de transformation E.D.F. Premières maisons. La route est revêtue. Croisement, partir à gauche pour traverser le village de Saint Martin de Bromes. Rencontre avec les balises blanc rouge du GR 4 qui monte à gauche dans le chemin des Templiers, alors qu'il faut aller à droite pour atteindre la mairie.
Point de départ.

Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


La Forêt de la Repentance    

Des pentes conduisant au plateau de Valensole les perspectives sur le lac de Ste-Croix s'étendent jusqu'aux bords des grands plans de Canjuers au sud. En face, les barrières du Montdenier ferment l'horizon est de leurs crêtes déchiquetées. A leur pied, sommeille Moustier Sainte-Marie et la gueule resserrée du canyon du Verdon se devine dans le mur calcaire. En débouchant sur le plateau, c'est l'infinie grandeur de l'océan des lavandes qui coupe le souffle. Facile, à la portée de tous, cette randonnée est très agréable et praticable par tous les temps, même les plus chauds, car elle se déroule dans une belle forêt de pins. Attention, n'allumez pas de feu et ne fumez pas, les pins dégagent des essences très volatiles par forte chaleur et les risques d'incendie sont très grands.
Facile. Altitude départ: 490 m. Point haut: 770 m. Dénivellation totale: 280 m. Durée du trajet : 2h15. Stationnement : cote 490, carrefour de la D957.
  •  Franchir le pont sur la Maïre, et tourner à gauche dans le bois, marcher en direction de la flèche sur une voie carrossable. Continuer tout droit au croisement d'une allée cavalière bordée de platanes. Franchir la barrière E.D.F. Laisser à gauche un sentier qui descend au lac.
  • Bifurcation, prendre à droite en lisière du bois. Peu après s'engager dans le bois par une piste forestière. Arrivé presque au pied des lignes électriques à T.H.T. tourner à gauche, en montant parallèlement à celles-ci par la piste forestière.
  • Passer sous la première ligne T.H.T. Cheminer en montant entre les deux lignes. Rester sur la plus large piste en négligeant les amorces latérales plus petites. Barrière O.N.F. à hauteur de l'arbre N° 101. Bifurcation, aller à droite. A la suivante, rester sur la voie de gauche qui longe la ligne T.H.T.
  • Monter toujours entre les 2 lignes T.H.T., en décrivant des lacets. Laisser une ruine sur la gauche. Passer sous la seconde ligne T.H.T. En repassant sous cette ligne, belle échappée sur le lac.  Au surplomb d'un profond ravin, joli coup d'œil sur Moustiers-Sainte-Marie. Nouvelle barrière O.N.F., arbre numéroté 101, borne I.G.N. cote 766, lieu-dit: Campagne FERAUD.
  • Partir à droite et suivre les balises blanc rouge du GR 4 assez peu fréquentes. Direction le pylône de radiocommunication. Pylône. Continuer sur la route, maintenant goudronnée. 
  • A gauche s'étale, sans borne, la mer des lavandes. Parfois un champ de céréales interrompt, de ses blondes vagues, la nappe mauve des lavandins. Les balises du GR sont plus fréquentes. Jonction avec la D 111.
  • A hauteur de la pancarte "forêt domaniale de Montdenier" descendre à droite en suivant le GR 4. Panorama exceptionnel sur le nord et l'est. Négliger les pistes adjacentes et descendre sur la voie caillouteuse.
  • Balises blanc vert de limite de parcelle forestière. Route empierrée, garder les balises du GR en marchant vers le nord-est. A la bifurcation, prendre à droite direction SUD-EST. Dans la patte d'oie, partir à gauche et franchir le ponceau.
  • Sitôt après, abandonner la route pour longer le cours de la Maïre. En butant sur la clôture du Camping, longer celle-ci à gauche pour aller sur la D 957, à prendre à droite direction sud.
  • Laisser à gauche la route des Gorges du Verdon (D 952) et continuer sud.
Retour point de départ.

Autour de Moustiers-Sainte-Marie    

Célèbre par ses faïences depuis le XVIIe siècle, Moustiers-Sainte-Marie mérite beaucoup plus que ces quelques lignes. Riche en monuments et vestiges du début de la christianisation de la Provence, située depuis l'époque romaine à un carrefour de routes dans un site particulièrement touristique, perpétuant un art quatre fois centenaire, cette ville, l'une des plus belles de la Haute Provence dominée par son clocher Lombard possède des attraits inépuisables. L'architecture générale, révélatrice de la façon de bâtir régionale, en fait l'archétype de l'urbanisation provençale, avec ses ruelles biscornues, ses fontaines abondantes, ses places ombragées et, trônant en son centre, l'église romane au fier clocher Lombard. Non moins originale, l’Etoile accrochée à la chaîne de fer, qui relie les deux lèvres de la brèche d'où s'écoule le Riou au pied de Notre-Dame-de-Beauvoir, objet d'un vœu d'un chevalier de retour des croisades et entretenue avec ferveur par les générations successives jusqu'à ce jour. L'excursion proposée ici, très facile, permet de voir Moustiers-Sainte-Marie de trois côtés différents dans toute sa beauté.
Facile. Altitude départ: 650 m. Point haut: 992. Dénivellation totale: 450 m. Durée du trajet: 3h. Stationnement : Moustiers-Sainte-Marie.
  • Monter par la rue de "La Clappe" en direction de "La cascade" et "Grotte Ste-Madeleine". Devant l'oratoire, aller vers la cascade balises jaunes. Après le passage du porche, le revêtement de la rue cesse et un chemin empierré continue la voie.
  • Franchir le pont médiéval sur le Riou à hauteur de la cascade. Une centaine de pas après le pont le chemin bifurque, prendre à droite suivant les balises jaune sur le chemin de Majastre, balisé également blanc, en montant une calade à travers les restanques plantées d'oliviers.
  • Longer un bois de pins auquel succède un beau peuplement de jeunes cèdres.  Nouvelle bifurcation, prendre la direction "Vincel", à droite, balises jaune et orange. Pénétrer sous le couvert, en négligeant un petit sentier partant à droite. A gauche s'étale largement le plateau des lavandes, avec le village de Puimoisson très visible au premier plan.
  • Au sud s'allonge paresseusement le lac de Ste-Croix. La montée en lacets se déroule en lisière du bois alors, qu'à gauche, la garrigue provençale tapisse la colline. A l'horizon, barré par la montagne de Lure et le Lubéron, émerge la pyramide du Mont Ventoux.
  • Devenant presque horizontal dans le bois de pins de haute futaie, le chemin passe dans une combe boisée entre les pitons cote 1004 et 1068.
  • Un cairn marque une fourche. Partir à gauche, en suivant les balises jaunes au milieu des tas de pierres. Le sentier rencontre un chemin d'exploitation carrossable. Descendre à droite. A 150 ou 200 pas de la lisière d'un boqueteau de pins, ne pas manquer l'étroit sentier, à peine tracé, qui descend, à gauche.
  • (Par un crochet de 35 minutes AR. on peut descendre dans une cuvette herbeuse jusqu'au bord du RIOU sous un ombrage de saules, propice au pique-nique. Pour cela, continuer à descendre par le chemin carrossable et revenir ensuite, ici, pour continuer le trajet vers Moustiers-Sainte-Marie. Mais, surtout, une fois dans la cuvette, ne pas chercher à atteindre Moustiers-Sainte-Marie par une autre voie. D'un côté, se trouvent des barres, infranchissables sans équipement d'escalade, et à l'est, un terrain difficile entrecoupé de multiples petites barres ou ravineaux. Revenir sur vos pas).
  • S'engager sur ce sentier balisé jaune, en écharpe et en lisière du bois de pins, vers le fond du ravin. En passant sur un rocher de 1 mètre de haut qui barre le chemin, ne pas s'aventurer à droite directement vers le fond, mais remonter à gauche de 2 ou 3 pas, pour retrouver le sentier balisé jaune direction nord-est. Franchir le Riou à gué, le suivre rive gauche en remontant son cours sur 200 mètres environ. Une cinquantaine de pas avant un petit édicule servant de barbecue, tourner à droite en suivant les marques jaune sur un large chemin qui monte sur le plateau de Charrière. Etre attentif aux balises peintes sur le sol. Après le passage d'un ruisseau à sec, la direction s'infléchit sud. Monter en lacets la voie carrossable et déboucher sur le plateau. Laisser à droite un dépôt de ferraille, suivi d'une bergerie.
  • A gauche, s'élève l'importante ferme VINCEL bâtie à flanc de colline. Après un orme isolé, la voie pique vers une route empierrée qui lui est perpendiculaire. Prendre cette dernière, à droite, en suivant les lignes téléphonique et électrique. Bifurcation. Partir à droite sur la voie la plus étroite. Nouveau croisement, obliquer à droite, plein ouest en abandonnant la voie bordée de lignes électrique et téléphonique.
  • Le lac de Ste Croix brille. La route de terre se dirige vers une échancrure de la crête ouest. En montant vers échancrure on peut voir, en contrebas, les vestiges de la voie romaine qui va bientôt se confondre avec le chemin suivi. Ligne de crête. Beau panorama sur 180°. Moustiers-Sainte-Marie se blottit contre la falaise de droite.
Descendre par la voie romaine en nombreux lacets. Un rocher porte une inscription : "la chaine" et une piste tracée, de la même couleur à travers les rochers, conduit au point d'ancrage du célèbre lien.

Baudinard-sur-Verdon : la roche aux blasons

Les guides touristiques sont peu prolixes sur ce village demi-perché du Haut Var. Pourtant, pour qui sait voir en regardant, il dévoile, en secret, de bien jolies choses: sa chapelle de Notre-Dame-de-la-Garde d'où la vue est exceptionnelle sur le lac de Ste-Croix et les Hautes-Alpes, ses anciennes maisons cossues, ses oratoires à deux faces, le prieuré roman de Valmogne et son baptistère paléochrétien, enfin la pierre aux trois blasons (du XVIIIe) à la jonction des trois seigneuries: Baudinard, Artignosc et Ste-Croix. Toutes ces choses ne peuvent pas se contempler en roulant à 60 km heure, mais seulement en allant à pied, les yeux, les oreilles, les narines et le cœur, largement ouverts.
Facile. Altitude départ: 526 m. Point haut: 712 m. Dénivellation totale: 400 m. Durée du trajet: 4h20    
  • Monter dans le creux du talweg qui fait face à la route E.D.F., suivre les balises jaunes. Après le raidillon, sur une petite plateforme, monter à gauche dans le maquis de chênes verts en gardant toujours les marques jaune. En obliquant, le sentier réapparaît et progresse presque horizontalement. Sur un replat, beau panorama sur le lac de Ste-Croix, avec en rideau de fond les barres rocheuses de Montdenier.
  • La direction revient sud, en montant le long de la ligne de partage des eaux de la croupe. Dans la clairière, partir à droite pour retrouver les balises jaunes. Bifurcation, rester à droite sur le sentier le mieux tracé qui devient laie forestière. Croisement avec une autre voie qui descend à droite, continuer à gauche.
Chapelle de Notre-Dame-de-la-Garde.
  • Contourner l'édifice et prendre la voie carrossable sud. Laisser à droite l'oratoire de Notre-Dame-de-L' Esperance. Nouvelle bifurcation, partir à droite vers le calvaire dont la croix porte, côté EST, la Sainte Vierge, et le Christ, côté ouest.
  • Les balises blanc rouge du GR 99 apparaissent. Les suivre. A l'embranchement, aller à gauche. Longer les tennis, passer ensuite au-dessus du cimetière.
  • Baudinard. Abandonner le GR 99. Prendre à droite la rue qui rejoint la D 71 après le monument aux morts. Continuer sur la départementale.
  • Après une croix plantée à gauche de la route, bifurcation. Abandonner la D71 et s'engager sur la voie de gauche. Passer entre les bâtiments de la ferme, direction nord-ouest en évitant la voie descendant à gauche. Un puits couvert se dresse dans le champ de droite. La couverture des puits répond en Provence à deux soucis: limiter l'évaporation de l'eau et éviter aux bêtes assoiffées de s'y précipiter. Négliger la route de droite, rester sur celle de gauche longée de lignes électrique et téléphonique sur poteaux bois. 
  • Bifurcation, partir à droite. Dépasser un transformateur. Le revêtent de la voie cesse à hauteur de l'abbaye de Valmogne (Vaumouge sur la carte). Très beau vestige roman restauré en partie et bien entretenu par ses propriétaires actuels. Comprenant une abside flanquée d'une absidiole. Demander aux occupants, très courtois, l'autorisation d'en faire le tour (propriété privée). Côté nord, un baptistère paléochrétien du IVe ou Ve siècle est particulièrement remarquable: cuvette enterrée, accessible par 3 gradins pour le baptême par immersion totale du catéchumène suivant les rites de l'église primitive; c'est un monument rarement aussi bien conservé.
  • Sitôt l'abbaye dépassée, bifurquer à droite dans le creux, dans les champs de lavandin par le chemin de terre, en passant sous une ligne électrique sur poteaux béton. Retrouver les balises jaunes en aboutissant sur une voie carrossable à prendre à gauche. Sortir sur la D 211, à suivre à gauche sur 150 mètres environ puis, tourner encore à gauche vers la ferme de l'Arbitelle sur le chemin d'exploitation. L'Arbitelle. A gauche se dresse les ruines d'un vieux moulin à vent. Contourner la ferme par le nord-ouest en suivant la lisière du champ cultivé pour trouver à l'orée du bois et en face la ferme une piste forestière s'enfonçant sous le couvert.
  • Après quelques pas sur ce chemin, dans la bifurcation, prendre à droite (balises jaune). Le village de Montpezat s'étage en face sur la colline. Dans une vaste clairière de dalles plates, le chemin disparaît, suivre les marques jaune au sol. Barrière O.N.F., la voie est carrossable, le balisage jaune comporte des lacunes, ne pas s'en inquiéter, rester sur cette piste forestière.
  • Déboucher sur une route dont le revêtement s'arrête à cet endroit. Prendre à gauche la voie revêtue, dépasser un virage très prononcé, après lequel il faut quitter la route pour s'engager sur un large chemin partant à gauche.
  • Il se transforme rapidement en sentier étroit serpentant dans les chênes verts et aboutit peu après à la "Roche aux Blasons": 3 beaux blasons sont gravés en relief sur les faces nord, ouest et sud. La date de 1743 figure sur le dessus. Revenir sur ses pas, remonter la voie goudronnée jusqu'à la fin du macadam. Continuer sur la route empierrée, en négligeant tout sentier adjacent à cette voie. En décrivant une boucle, suivie d'une petite montée, elle rejoint la D 211. Descendre à gauche sur cette dernière. Franchir le Pont Sylvestre sur le Verdon, à l'entrée des "basses gorges". Abandonner la D 211, pour prendre à droite la route empierrée.
  • Carrefour, rester sur la voie du milieu direction est. A la bifurcation qui suit, aller à gauche.
  • Descendre le long de la rive du petit lac. S'élever jusqu'à un plateau.
  • Bifurcation, partir à droite. Passer sous la ligne H.T. sur pylônes métalliques. La ligne électrique T.H.T. à 5 fils passe au-dessus de la route à hauteur des ruines d'Auchier. Au gros pin, prendre à droite. Passer à nouveau sous la ligne T.H.T. Une ligne H.T. à 3 fils sur pylône béton traverse au-dessus de la route. Vue sur le lac de Ste-Croix Du Verdon.
  • Cent pas plus loin, descendre tout droit par le chemin. Puis, à la bifurcation qui suit, aller à droite.
  • D 111, à suivre à droite. Pont du barrage. Vue sur cet ouvrage et, à sa sortie sur la droite, tableau d'explications sur cette très belle réalisation d'E.D.F.

Les Basses Gorges du Verdon

Bien sûr, les basses gorges ne sont pas aussi prestigieuses que le Grand Canyon, mais la randonnée proposée ici conduit à une vue différente de ce cours d'eau. Son débit plus lent, plus étale, incite à la flânerie, voire au farniente. Le cheminement en balcon au-dessus du Verdon se déroule sous l'ombrage d'une sylve toute provençale des terrains calcaires. Cette randonnée accessible à tous ne comporte qu'une grimpette raide. Une lampe électrique sera utile pour la traversée d'un tunnel à mi-parcours.
Facile. Altitude départ: 370 m. Point haut: 549 m. Dénivellation totale: 200 m. Durée du trajet : 3h. Stationnement auto: Quinson.
  • Descendre par la D 1 vers le Verdon. Franchir le pont. Dépasser une baume et aussitôt après monter sur le sentier balisé jaune avec une plaque: "Chapelle de St-Maximin 190 minutes".
  • Arriver à un mur formant pied droit de l'ancien canal. Longer celui-ci sur son chemin de ronde, rive droite. Bifurcation, prendre à droite le sentier avec garde-fou surplombant le Verdon.
  • Passer sur la passerelle de bois. Suivre le chemin de ronde du canal. Doubler les vestiges d'une passerelle métallique sur le canal. Descendre du mur et longer son pied. Passage un peu délicat au bord de la rivière où le plus grand risque est de prendre un bain de siège si l'on manque son pas. Monter l'escalier de fer.
  • En butant contre le pied droit du canal, à hauteur d'un arc de décharge du mur, monter à gauche sur ce dernier, le sentier du bas se termine en cul de sac. Après être redescendu du mur la balise jaune en courbe peut prêter à confusion, elle semble inviter à remonter sur le mur, alors qu'il faut continuer à droite. Se trouvant à nouveau sur le mur, une petite maisonnette accolée au tunnel termine le chemin de ronde. La longer par son côté gauche en se servant de la bordure de la toiture en tôles comme main courante et des marches d'escalier engravées dans le mur pour descendre sur le radier de l'ancien canal. Traverser le tunnel. A sa sortie, 20 mètres plus loin, escalader le mur gauche du canal, qu'il faut définitivement abandonner maintenant, pour s'enfoncer dans le bois de buis tapissant le fond du ravin de St-Maximin.
  • Bifurcation, partir à gauche dans le sentier caillouteux balisé jaune qui s'élève en lacets. Vieille chapelle de St -Maximin, à laquelle est adossé un sanctuaire plus récent dédié à la Ste-Vierge.
  • Partir à l’est, en passant près d'un pilastre, socle d'un ancien calvaire. Le sentier domine les gorges et constitue l'ancien chemin de pèlerinage. Rencontre avec les balises blanc rouge du GR 99.
  • Partir, à gauche, en suivant ces balises qu'il ne faut plus quitter jusqu'à l'arrivée. Après une légère montée, le chemin circule sous un frais ombrage de chênes. Dans un croisement, à hauteur du socle d'un ancien oratoire, tourner à droite en négligeant tout départ adjacent. Des balises orange de parcours équestre se joignent à celles du GR. Ruines à gauche. Bifurcation, rester sur la voie de gauche. Cote 549.
  • La garrigue s'étale sur le plateau hérissée de cades et de genévriers particulièrement développés. Croisement. Prendre à droite entre 2 murs de pierres sèches. Nouvelle bifurcation, aller à gauche. Sur la gauche à remarquer les restes de 2 puits (seule ressource en eau de ce plateau lorsqu'il était occupé). Autre croisement partir encore à gauche. Large panorama sur le cours inférieur du Verdon et le barrage de Quinson. Au bord de la voie très caillouteuse, qui descend en lacets. D 13 à prendre à gauche. Pont sur le Verdon.
Retour Quinson.

Gréoux-les-Bains – Saint-Martin-de-Brômes

Le lac d'Esparron

Gréoux-les-Bains, station thermale connue depuis la plus haute antiquité, et même avant l'occupation romaine, se regroupe au pied du château des templiers. A l'entour, la ville moderne se disperse en hôtels immeubles et villas. Suivant le GR 4, la randonnée, très facile conduit à St-Martin-de-Brômes. S'évadant vers les champs de lavande, elle ramène par les crêtes des collines du Défends au point de départ, en offrant de magnifiques perspectives sur le lac d'Esparron et le barrage masse de Gréoux-les-Bains. Un barrage masse est constitué d'une accumulation de matériaux (terre en général) dont la résistance à la pression s'effectue en diminuant la hauteur d'eau au niveau du barrage tout en élargissant le plus possible la base de celui-ci avec un très grand rapport entre la largueur de l'ouvrage et sa hauteur. Ici nous avons 260 m. d'épaisseur à la base pour 67 m. d'élévation sur fondations. A l'inverse dans le barrage voûte la force de résistance à la pression réside dans la transmission de cette pression, aux rives rocheuses dans lesquelles s'ancre le barrage. C'est le cas des barrages de Chaudanne et de Castillon ; Ste Croix et Quinson.
Facile. Altitude départ: 326 m. Point haut: 517 m. Dénivellation totale: 390 m. Durée du trajet: 3h55.
  • Prendre le GR 4 direction N.E en montant vers la ligne électrique à 5 fils, en suivant les balises blanc rouge. Passer sous la ligne électrique T.H.T. à 5 fils au pied d'un pylône béton marqué blanc rouge. Laisser à gauche les ruines de Pujol et, en lisière du bois, contourner le pré par l'est en passant, 2 fois successivement, sous la ligne électrique à 3 fils.
  • Emprunter la large voie forestière montant à droite. Rester toujours sur la voie la plus large. Passer sous une ligne électrique T.H.T. Laisser à gauche une autre route forestière. Bifurcation. Des balises de toutes couleurs "décorent" les arbres. Prendre à droite en légère montée.
  • Dans un rond-point, au milieu duquel trône un gros pin, tourner à gauche et rejoindre une piste balisée de différentes couleurs. Emprunter cette voie en partant à droite. Cote 492. Assez discrètes, les marques blanc rouge du GR se retrouvent parfois. Sortant de la forêt, continuer sur un plateau de cultures diversifiées. Croisement avec une route de terre perpendiculaire. S'y engager en partant à droite. Une balise est peinte sur un poteau béton, elle indique qu'il faut continuer sur la route et ne pas s'en écarter.
  • Bifurcation, descendre à gauche. A la suivante rester à gauche.
  • Le village de St-Martin-de-Brômes s'étale à flanc de colline sous son vieux château. Dépasser le lotissement sur la droite. Au croisement de 2 rues goudronnées, à l'orée du village, abandonner à gauche le GR. Descendre à droite et gagner la D 952 à suivre à gauche en direction de Riez.
  • Longer le pied du village jusqu'au croisement avec la D 82. Franchir le pont sur le Colostre et prendre la direction d'Esparron-Sur-Verdon. Bifurcation, éviter la route de gauche. Dans le virage en épingle à cheveux, s'engager à gauche dans le chemin de terres rouges. Embranchement, prendre à droite en montant. Lorsque la voie de terre est tangente de la D 82, obliquer à gauche sur une route carrossable. Suivre l'orée du bois marquée des balises forestières, presque sur la ligne de crête. Croisée de chemins. Partir à droite. (En continuant tout droit au lieu de tourner, à 5 ou 6 mètres de là, sous la ligne électrique, un rocher planté au bord de la voie est gravé en croix sur sa face supérieure, pouvant faire penser à un menhir mégalithique qui aurait été christianisé).
  • Passer sous la ligne électrique T.H.T. Laisser une ruine à droite dans les champs de lavande.
  • Sortir sur la D 82 la traverser et poursuivre sur la laie forestière parallèlement à la ligne T.H.T. en suivant les crêtes, dans un bois de chênes: verts, kermès et pubescents, ainsi que genévriers communs, cades et de Phénicie (cette dernière espèce se distingue de la précédente dont les baies sont semblables, par ses feuilles en "écailles", alors que le cade a, comme le commun, des aiguilles piquantes). Eviter la piste de droite. Passage sous la ligne T.H.T. Continuer en crête parallèlement à la ligne T.H.T. Nouveau passage sous la ligne électrique à 3 fils. Puis, peu après, sous une autre ligne à 3 fils qui la croise. Clôture électrique au bord du chemin. Dernier passage sous la ligne électrique. La voie carrossable part à gauche. La suivre pour déboucher sur la route goudronnée du barrage de Gréoux-les-Bains.
  • Bifurcation, partir à gauche. Même chose à la suivante, puis à la troisième, et à la quatrième, suivre toujours les balises rouge. Panorama sur le lac d'Esparron. Descendre à droite sur la route goudronnée. La D 315 surplombe le barrage "terre" de Gréoux-les-Bains. Pont sur le Colostre. Auberge. Bifurcation avec un chemin de terre, à gauche, qui longe le cours du Verdon, rive droite. Suivre cette voie.
  • A la rencontre d'une route empierrée, monter à droite sur cette route. Déboucher au croisement des départementales 952 et 315. Partir à gauche sur la première.
Point de départ.

Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
pédalo dans le lac de Sainte-Croix
Accrobranche
Rafting
Pont de Galetas
Pont du Roc

Retour aux questions sur Parcourir la Haute-Provence à pied

Autres informations
Autres catégories