Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

La route Napoléon- Séranon

En suivant les pas de Napoléon

Une fois de plus le brillant stratège prit ses ennemis de surprise et de vitesse. Négligeant l'itinéraire le plus simple et le plus confortable : la voie de la vallée du Rhône, Napoléon, de retour de l'Ile d’Elbe (Ier Mars 1815) choisit, avec la poignée de fidèles qui l'accompagnait, le chemin le plus rude, le plus discret, mais aussi le moins hostile : la route des Alpes.
Golfe-Juan - Escragnolles - Séranon - Castellane - Barrême - Digne : en quatre jours, à pied, il effectue cette randonnée par de mauvais chemins muletiers ralliant en route les vieux grognards qu'il trouve. Trois jours plus tard, il est acclamé à Grenoble et renforce considérablement sa petite armée avec les forces venues lui barrer la route qui se joignent à lui. Le 20 Mars, "l'Aigle, volant de clocher en clocher, vient se poser sur les tours de Notre-Dame..." C'est sur quelques tronçons restant de cette route, que des randonnées de ce livre vous conduiront...

Au départ de Séranon

Séranon est situé à la limite de trois départements provençaux : le Var, les Alpes de Haute Provence et les Alpes Maritimes. Napoléon y passe la nuit du 2 au 3 Mars 1815. Une jolie plaine plantée de la Chapelle romane de Gratemoine s'étale entre les monts de Lachens et le Bauroux. De là, les randonnées proposées se déroulent dans le Haut Var, hélas trop souvent méconnu et ignoré des randonneurs. Seul le GR 49 l'honore de son passage. La vieille ville de Séranon dresse ses murailles effondrées dans l'alignement des crêtes déchirées du Bauroux et ne se révèle au randonneur que lorsqu'il y arrive.

Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


Le Bauroux

(Prononcer Baou Rou). En provençal le terme Baou ou Bau désigne un éperon, ou un piton rocheux très proéminent avec au moins une face verticale abrupte et très haute. Le Baurouz émerge de 600 mètres au-dessus des plaines de Séranon au sud, de Caille à l'est et de Valderoure au nord. Si la montée au sommet par l'ouest est très progressive et très facile, la descente qui la suit, par l'est (en cotation 3), demande parfois l'aide des mains bien qu'elle soit sans danger. A partir du sommet, il est toujours possible de rebrousser chemin si l'on craint la pente trop raide de la face est. Ce parcours traverse les ruines du vieux Séranon, dont la taille de l'église ruinée donne une idée sur l'effectif de la population qui habitait ce village perché.
Difficulté : moyenne. Altitude départ: 1100 m. Point haut: 1644 m. Dénivellation totale: 550 m. Durée du trajet: 3h45.
  •  S'engager à hauteur de la croix sur la route goudronnée orientée nord-ouest.Passer derrière l'église et suivre le balisage blanc rouge du GR 51 A.
  • Dans un virage en épingle à cheveux, quitter la voie revêtue pour prendre à gauche une route de terre barrée d'une chaîne. Bifurcation, partir à gauche, en évitant à droite une voie privée.  Une petite source coule à droite du sentier. Chapelle Ste-Brigitte. Ne pas prendre le sentier qui monte à droite, mais celui de gauche.
  • Ruines du village du vieux Séranon, poteau balise N°193. Prendre la direction: Bauroux-Valderoure.
  • Église primitive de Séranon. A l'intérieur se trouve un baptistère monolithique remarquable.
  • Franchir le col, descendre une cinquantaine de pas sur le versant nord pour arriver au poteau directionnel N° 194.
  • Virer à droite direction Bauroux, plein est, balises jaune en abandonnant le GR 51 A.
  • Le chemin monte en pente régulière à quelques mètres en-deçà de la ligne de crête, côté nord, dans une belle forêt de pins sylvestres. Un arbre porte le chiffre 7 sur fond blanc en limite de parcelle forestière. Séparation de 2 parcelles marquées 6 et 7 à gauche et à droite d'une saignée dans la végétation, montant jusqu'à la ligne de crête.
Gardez les enfants près de vous et tenez vos chiens en laisse, quelques échancrures des barres plongeant de 500 mètres bordent le sentier par endroits.
  •  Le sentier rejoint la ligne de faîte. Éviter à gauche celui qui descend pour rester direction est, après un coup d'œil (soyez prudents) au bord du précipice.  Balise forestière N° 5. Grimpette assez rude, aux marques jaunes se mêlent des balises orange.
  • Carrefour de sentiers. Prendre celui de gauche, jalons jaune.
  • Passer au bord d'une faille abrupte au-dessus de Séranon, prudence. Traverser une petite doline  et cheminer le long de la crête direction est.
  • Nouvelle doline, arête sommitale. Bauroux 1644 mètres. Beau panorama. De là, deux possibilités de retour: par le même chemin que l'aller ou par la face est. Attention descente très raide, au milieu de lapiaz (difficile), décrite ci-après. A proscrire par temps de pluie de neige ou de verglas et de brouillard. Partir est.
  • Traverser une doline, le sentier passe à l'adret et plonge à travers les rochers. Balises JAUNE, et direction est à conserver jusqu'à un replat. Le sentier devient plus large. Partir à gauche De même à la bifurcation qui suit. Dépasser une citerne et, par la route forestière, rejoindre la Départementale.
  • D 79, gagnée un peu au-dessous du col BAS. Se diriger sur cette route en allant à droite vers Caille.
  • A Caille, éviter le village à gauche, prendre la direction Grasse-Castellane. Croix de Mission érigée en 1827. Poteau balise N° 197. Abandonner la départementale pour suivre direction Ouest, vers Séranon, une route de terre carrossable. Bifurcation. Partir à droite, en légère montée. Éviter le chemin d'exploitation à droite, un peu plus loin. Arriver à une ligne électrique sur pylônes métalliques et prendre à gauche.
Négliger les départs à droite, desservant des propriétés privées. Traverser le village d'est en ouest.

Les forêts de Mons 

Outre cette randonnée, Mons offre un attrait touristique certain. Son histoire, celle de son double peuplement Ligure que raconte le prospectus du syndicat d'initiative; son église du XIIIe et les retables qu'elle contient; le belvédère d'où la vue s'étale de Toulon à l'Italie; font de ce village perché du Haut-Var un centre à visiter. La forêt d'Esclapon, puis celle de Bliauge, objets de soins attentifs de l'Office des Forêts, constituent l'un des intérêts de ce parcours, car on y rencontre de très beaux spécimens de la sylve originelle de cette région, ainsi que des essais d'acclimatation d'espèces étrangères (telles que le pinsapo ou les cèdres). La visite du dolmen de St-Pierre et du tombeau Gaulois termine ce rapide périple en Haut Pays Varois, traversé par le GR 49.
Facile. Altitude départ: 810 m. Point Haut: 1311 m. Dénivellation totale: 590 m. Durée du trajet: 5h30. Stationnement : Mons, au pied de la tour ruinée entrée nord du village.
  •  Sortir de Mons par la D 563 en direction Nord.
  • A hauteur de l'ancien lavoir, s'engager dans le sentier montant aussitôt après, à droite, balisé blanc rouge, GR 49.Partir à gauche sur le chemin d'exploitation. De même à la bifurcation suivante. Tourner à droite sur la route goudronnée qui monte vers l'antenne télécoms. Contourner celle-ci par l'est et reprendre la direction nord sur l'ancienne route. Longer une ligne électrique à 3 fils sur pylônes.  Des restanques s'étagent à droite. Passer sous la ligne H.T. et descendre sur la D 563 au lieu-dit LE FIL.
  • Suivre la route sur 500 mètres environ, et 15 à 20 pas avant la borne hectométrique 4, descendre dans le lit du cours d'eau. Passer à gué et monter nord-nord-ouest sur la voie forestière en pente régulière. Abandonner le GR, qui part à gauche, pour suivre son ancien tracé sur la large piste.
  • Deux piliers encadrent le chemin. Des restanques subsistent de chaque côté, témoins de l'activité agricole passée.
  • Ruine sur la gauche. Bifurcation, partir à gauche.
  • Après un assez raide lacet, négliger la voie de gauche Monter toujours nord-ouest en direction de la montagne de Lachens qui domine à l'horizon avec ses antennes paraboliques. Presqu'arrivé sur la crête, le sentier bifurque, prendre la branche de droite, pour pénétrer dans la forêt d'Esclapon, au milieu de chênes séculaires, sur un beau plateau.
  • Déboucher sur une large allée cavalière, partir à droite direction nord, au croisement suivant, aller à gauche. (A chaque embranchement, adopter la voie qui parait la plus fréquentée, en suivant les balises du GR qui réapparaissent, assez espacées). Bifurcation 200 mètres après, aller à droite.
  • Puis 100 mètres plus loin, à gauche. Faire de même, à la fourche suivante. Nouveau croisement, partir à droite.
  • Passer à droite entre deux piliers, direction nord, et emprunter la route empierrée se dirigeant à droite vers le château d'Esclapon (domaine MAUREL). La clôture de gauche limite le terrain militaire du plan de Canjuers. Abandonner le GR. Château d’Esclapon. Continuer en direction générale NORD-EST sur la route. Après la chapelle, le parc magnifique descend jusqu'à Mabile, admirer au passage la bonne acclimatation des "pinsapo",(sapins d'Espagne) et leur port majestueux (toucher leurs aiguilles piquantes caractéristiques, plantées dans tous les sens).
  • Laisser à droite la voie privée qui descend vers le bas Esclapon, pour rester sur la route. Cote 1084, pont sur LE FIL, suivi de la ferme du Colombier. A gauche part le chemin qui va à la ferme de la Lubi.
  • D 563. Monter à gauche par la route goudronnée.
 Borne séparatrice des départements: Var et Alpes Maritimes.
  • Tourner à droite sur la voie de terre fléchée: "Bliauge" à suivre direction est, après avoir dépassé les maisons de Font-Michel.
  • Cette route qu'il ne faut pas quitter jusqu'à  décrit un très large S en montant dans la forêt de Bliauge.
  • Une ligne électrique sur poteaux en bois la longe un moment. Bâtisse rénovée et fin de la ligne. A droite, borne de limite de forêt. Après une montée la voie s'oriente sud-sud-ouest  Négliger la piste montant à gauche. Les arbres portent la lettre "d" blanc, ou jaune sur fond blanc, en limite forestière. Une ruine s'élève à droite, en bordure d'une doline après un arbre numéroté 17 en jaune. Des arbres portent des marques en blanc, lisière de parcelle. Un cairn jalonne un départ de piste forestière qu'il faut négliger, alors que la route vient au sud-sud-ouest. Ne pas aller jusqu'à la bergerie située à droite, dans la clairière, mais continuer plein sud en amorçant la descente, sur un étroit sentier.
  • Descendre sud en obliquant sud-sud-est dans un bois de pins clairsemés. Arrivé sur un petit plateau dénudé reprendre sud, en dévalant une pente plus raide, en écharpe ensuite, sur un adret aride. Rentrer sous le couvert de chênes verts pour franchir la barre de Roque Rousse puis, à travers les restanques, longer le pied de la barre en revenant sud-sud-ouest. Le sentier s'élargit en chemin d'exploitation, dont il coupe une boucle pour aboutir sur la route empierrée de Riens, à hauteur de la dernière maison.
  • Partir à droite direction sud, puis sud-ouest sur cette voie qui goudronnée à 200 mètres de là.
  • Suivre cette route jusqu'au moment où une traverse de terre la rejoint en venant de gauche.
  • Rebrousser chemin sur la route goudronnée jusqu'au second poteau électrique, s'enfoncer dans le maquis, par un petit sentier à droite, sur cent à deux cents mètres pour découvrir le dolmen de ST-Pierre. Assez bien conservé, il se dresse au milieu des chênes, ayant seulement perdu sa table.
Revenir à la traverse de terre. La prendre à gauche, et trouver une autre route goudronnée à suivre à droite. Là, ruines de la chapelle St-Pierre à côté de laquelle se trouve le "tombeau Gaulois".

La montagne de Lachens

Couronné par les antennes paraboliques de la surveillance aérienne du territoire, le sommet de Lachens est interdit. Mais l'approche est autorisée jusqu'aux barbelés qui entourent le dispositif militaire, d'ailleurs très limité en surface. La montagne possède 2 cimes: Lachens proprement dite au nord-est (1714 m) et Var Neige (1685 m) au sud-ouest distantes entre elles d'à peine 1 km. L'emplacement d'une ancienne station de ski, aujourd'hui abandonnée, sur la cime nord-ouest témoigne d'un enneigement assez important les années neigeuses, surtout côté ubac. Les grondements que l'on y entend souvent proviennent du plan de Canjuers, dont les écoles à feu d'artillerie ne sont guère éloignées. De chacun des sommets un très large horizon s'étale au nord, à l'est et au sud.
Facile. Altitude départ: 1095 m. Point haut: 1714 m. Dénivellation totale: 700 m. Durée du trajet: 5h35. Stationnement : N 85 embranchement de Rouaine.
  •  Partir sur la route de Rouaine dir sud-ouest. Hameau de Rouaine. Le traverser d'est en ouest, et prendre .le chemin herbeux qui continue la route. Laisser deux petites bâtisses sur la gauche et poursuivre plein ouest à travers les restanques. Deux rochers blancs barrent le sentier, partir à leur gauche sur la planche horizontale. Le sentier pénètre dans un bois de pins. Rencontre d'une ancienne voie à suivre en montant à gauche.
  • Ne pas se soucier des balises rouges qui apparaissent sur le sol. Baisse, cote 1284. Prendre à gauche le chemin qui descend plein sud, pour obliquer ensuite vers l'ouest, en plongeant vers le hameau de La Lubi. Sortir du hameau et continuer ouest-sud-ouest, en montant en direction des antennes du sommet de Lachens, par une belle route forestière.
  • Dépasser un captage d'eau et s'élever rive gauche du vallon du FIL. Bifurcation, rester sur la voie de droite. La direction s'oriente vers le Pas de Lubi cote 1370. Négliger les petits sentiers qui se branchent sur le plus large qu'il faut garder jusqu'au pas. A 2 ou 3 mètres avant d'arriver au PAS, partir à gauche sur un étroit sentier serpentant sud dans le bois. Passage à plat assez court dans un beau peuplement de pins sylvestres et de sapins pectinés. A la bifurcation, partir à droite. Baisse de l'Adrech d’Esclapon  cote 1500. Descendre sur la route de terre et prendre celle-ci en montant à droite direction OUEST.
  • En sortant du couvert, belle échappée sur le village de la Roque d'Esclapon. La route fait un crochet nord-est et débouche à la cote 1624, entre les 2 sommets. Au nord les anciens bâtiments de Var Neige, dressent leurs façades délabrées.
  • Partir à droite le long de la ligne de partage des eaux vers les antennes, en suivant au sol et sur les poteaux des balises jaune. Retourner par le même chemin qu'à l'aller jusqu'au pas de Lubi, après avoir fait un crochet au sommet 1685 sud-ouest. Cote 1624 (le temps mis pour monter et descendre de 1685 n'est pas compté ici). Reprendre la route forestière en descendant. Cote 1500. Baisse de l'Adrech d’Esclapon. Descendre maintenant face nord de la montagne sur une large voie forestière. Bifurcation, partir à droite. Même opération.
  • Beau peuplement de sapins pectinés dans le creux du vallon. Descente en lacets. Barrière O.N.F. sur la piste. Sans traverser le ruisseau du Rieufort, partir à droite en longeant le cours d'eau rive gauche. Au nord, en face, les maisons de l'Aco de Caille; et au-dessus, les ruines du vieux Seranon.
  • Abandonner la voie agricole qui part à gauche dans les prés, pour s'engager sur le petit sentier de droite direction est, dans le bois, à hauteur d'un gros pin portant deux balises orange. Partir à gauche ensuite. A gauche se dresse sur son petit monticule, au-delà des prés, la jolie chapelle romane de Gratemoine. Dans le lointain, Seranon, au pied du Bauroux.
  • Prendre à droite la piste forestière, en suivant les marques orange. Nouvelle voie forestière, partir à gauche pour arriver devant 2 barrières O.N.F. et poteau N° 201. Prendre à droite la direction est, "Pas de la Clue". Autre barrière. Partir à gauche en suivant les balises orange, en lisière d'une parcelle forestière délimitée par des marques rouge et blanc.
Progresser rive gauche du ruisseau en se tenant à quelques mètres de celui-ci. Arriver sur la route en passant derrière une vieille maison. Poteau N° 207, continuer s.s.0 sur la N 85, à 300 m.

Le tour de la Montagne de Brouis

Pour une fois, ce ne sera pas un sommet, mais le tour de la montagne qui fera l'objet d'une randonnée, dans ces Préalpes. Au passage, le château en ruines de Bargeme dresse son altière silhouette. Plus loin, en descendant sur l'Artuby, les restes du Castellas, au-dessus de la Bastide Neuve, et les vestiges du château de Ste-Magdeleine dominant le village de la Bastide rappellent, qu'autrefois, tous les terrains en friche traversés au cours de ce parcours, étaient une source importante de production agricole qu'il fallait protéger. La montée au Grand Brouis ne présente guère d'intérêt. Par contre celle du Petit Brouis, dont le sommet est dégagé, offre d'amples vues sur cette partie du Haut Var. Décrite en D5, l'ascension de ce petit sommet, peut s'adjoindre ici à partir de  et donnera 275 mètres de montée, avec AR, à ajouter aux chiffres ci-dessous.
Facile. Altitude départ: 973 m. Point haut: 1150 m. Dénivellation totale: 350 m. Durée du trajet: 4h40. Stationnement : La Bastide, place du village, après l'hôtel de Lachens.
  •  Sortir du village par le petit pont, en face de l'hôtel, au pied de l'oratoire, en suivant les balises blanc rouge du GR 49. Laisser un chemin partant à gauche, monter le long de la voie goudronnée, bordée d'une ligne électrique. Le revêtement de la route cesse à l'entrée d'une villa. Continuer ouest sur la route de terre qui lui succède. Monter par un lacet à un petit col, duquel il faut partir à droite. La silhouette des ruines du château de Bargème se découpe à l'ouest sur le sommet d'une colline, dans la direction générale de marche.
  • Longer une restanque en traversant un pré. En contrebas le hameau de l'Estang. Retrouver la voie carrossable à prendre à droite, toujours direction ouest.
  • De loin en loin, des plaques regards de la canalisation d'eau enterrée sous le chemin affleurent le sol. Laisser sur la gauche le hameau de la Grau (nom provençal des séchoirs de figues, du latin "craticius" = grillagé) se prononce "graou". Passage au-dessus du hameau de Besson.
  • Cote 1092 et réservoir d'eau. Si l'on veut visiter les ruines du château des Pontevès et le village de Bargème, aller sud-est L'église romane contient un beau rétable de St-Sébastien (clé à la mairie). Temps de visite non compté ici. De la cote 1092 partir nord-ouest sur la route de terre parallèle à la voie goudronnée.
  • Bifurcation prendre à droite. Passer sous la ligne électrique à 3 fils. Nouvelle bifurcation, monter à droite, nord, en abandonnant le GR qui continue à gauche, ouest, vers la chapelle St-Laurent.
  • Laisser une fermette à gauche. Col du Pra Guillem, cote 1159. Pour monter au Petit Brouis, prendre D 5. Négliger le chemin de gauche, descendre nord-nord-est par un bon sentier bien tracé. Au nord, en bas, la Bastide Neuve, suivie du Castellas dont les ruines s'étagent sur la colline. Cote 1007, laisser à gauche l'entrée de la Bastide et plonger à droite en descente raide. Après la pente, la voie s'oriente nord-est dans la forêt. Clôt des moulins. Bifurcation, partir à gauche. L'Artuby barre le chemin.
  • Éviter de la traverser, longer son cours rive gauche direction ouest, sans s'en écarter.
  • Pont de la SERRE. Le franchir et s'engager à gauche sur la route empierrée. Cinquante mètres avant le macadam, prendre à droite le chemin de terre dit "chemin des fours à chaux" qui s'oriente vers l'est, presque rectiligne. Passage dans une baisse cote 1039. D 52. Suivre cette route direction sud-est, à droite. Pont des Passadoires. Continuer sur la D 52. Négliger une première piste forestière à droite. Ainsi que celle qui part à gauche. Quelques pas plus loin, s'engager à droite sur le chemin, dans le bois, vers le poteau d'une ligne électrique à 3 fils direction SUD.
  • Au sud-est, les antennes paraboliques de Lachens se détachent dans le ciel.
  • Dans le pré, se diriger vers la maison isolée et obliquer à gauche, juste avant celle-ci, pour retrouver la piste disparue. Passage à hauteur de la maison qu'on laisse à droite.
  • D 52, aller sud jusqu'à sa rencontre avec la D 21.
  • La suivre en partant à droite jusqu'au col de Clavel. Prendre la route de droite interdite à la circulation automobile.
Descendre tout droit. Les ruines du château et de la chapelle Ste-Magdeleine, invisibles de la route, se situent à l'est, dans le bois 200 mètres au-dessus du niveau de la route et sont accessibles par le village ancien, après le captage d'eau.

Le Petit Brouis

Le sommet du Grand Brouis enfoui sous la forêt n'offre qu'un dégagement de vue restreint. Au contraire, largement dégagée, la cime du Petit Brouis permet de contempler pleinement sur 3 côtés (sud, ouest et nord) un très beau panorama. Si l'on y ajoute la visite de Bargème, avec son enceinte médiévale, de son église et des ruines de son château de la famille des Pontevès, il y a là de quoi meubler une bonne journée de vacances.
Moyenne. Altitude départ: 1050 m. Point haut 1432 m. Dénivellation totale: 400 m. Durée du trajet: 2h15. Stationnement : Bargème.
Du parking  (la circulation dans le village est réglementée), monter au village par la route puis, à travers les ruelles, aller jusqu'au Château ruiné, en passant sous une porte de l'enceinte datée du XVe. Le temps des visites n'est pas compté ici.
  • Derrière le château, au nord-ouest, s'engager sur la route de terre parallèle à une voie goudronnée, passer devant la chapelle St-Pierre et, après la borne incendie, prendre à droite la route orientée nord.
  • A quelques pas de la bifurcation qui suit la borne, monter à gauche, sur un sentier, en abandonnant la voie carrossable. Prendre à gauche dans la bifurcation. Franchir une petite baisse et continuer en montant en pente douce. Pénétrer dans un bois de pins où le sentier est peu visible à partir du replat. Garder le même cap, en obliquant légèrement nord.
  • Petit col. Cote 1159, Pra Guillem. Partir est en montant par une voie carrossable. Dans un amas de blocs épars, au bas d'un clapier, monter en bordure gauche de celui-ci, hors sentier, en quittant la piste de terre.  Au plus haut du pierrier, obliquer nord-nord-est, grimper en écharpe par des sentes moutonnes plus ou moins apparentes, en se dirigeant vers la large échancrure des barres rocheuses de la crête. Déboucher sur un plateau incliné, à hauteur d'un cairn.
  • Suivre le bord des barres à 2 ou 3 mètres de leur arête, direction nord, pour atteindre la borne 1432, sommet du Petit Brouis. Attention, les roches sont très glissantes par temps de pluie ou de  gel et l'à pic des barres de plusieurs centaines de mètres.
  • Revenir plein sud pour atteindre la limite sud du plateau, d'où très ample vue sud et ouest.
Rejoindre le cairn en bordure ouest, car la descente ne peut s'effectuer que par la même voie que celle de la montée.

Sommet de La Clare   

Du haut de la colline de La Clare, et malgré sa relativement faible hauteur (1266 m), la vue s'étend très loin au nord, jusqu'à la montagne de Destourbes qui barre l'horizon et en une belle perspective sur le Teillon au nord-nord-est Le Bauroux à l'est dresse son pic très reconnaissable. De l'autre côté, sur la gauche on peut deviner le Mourre Chanier au nord-ouest et, plus près, la montagne de Robion au nord.
Facile. Altitude départ: 917 m. Point haut: 1266 m. Dénivellation totale: 450 m. Durée du trajet: 3h. Stationnement : Brenon (Les Henry).
  • Du hameau Les Henry, descendre à droite direction nord-est vers les Aubrans par la route goudronnée. Pont sur le ruisseau de Beautar. Ferme des Aubrans (propriété privée) demander aux occupants l'autorisation de traverser la propriété pour aller aux ruines de I'Iscle. Passer devant les maisons en obliquant légèrement ouest-nord-ouest Longer le pré et s'engager sur la piste forestière qui monte en pente douce. Déboucher sur les ruines de l'Iscle, contourner celle-ci et se diriger à droite vers la ligne électrique sur poteaux bois.
  • Puis à gauche, en descendant de quelques mètres, pour rejoindre une voie d'exploitation.
  • Partir à gauche sur cette route, direction sud-ouest. Franchir à gué le ruisseau de Beautar et laisser un peu plus loin un pylône béton portant un transformateur. Bifurcation, partir à gauche. Jonction avec la D 52. Emprunter celle-ci en montant à gauche. Sur la droite, après une boucle de la route, Cote 861, prendre la route forestière de la forêt domaniale de Maurin-Clare. A suivre sans s'en écarter jusqu'à hauteur de la citerne de D.F.C.I. où il faut prendre à gauche. La piste se termine. Retourner d'une centaine de pas en arrière. Sur le côté sud de la route des rochers portent des marques vertes.
  • Pénétrer dans le bois à cet endroit et se guider sur des marques de la même couleur faites sur des troncs d'arbres, direction sud d'abord, signalant un sentier mal tracé qui s'oriente progressive ment vers l'est en même temps qu'il est jalonné par des petits cairns. Il devient plus apparent en montant légèrement. Obliquant plein est, il atteint le sommet signalé par un gros cairn. Vue panoramique particulièrement étalée. Prendre à droite du cairn un sentier qui plonge est. Très escarpé et très raide.
  • En se rapprochant du pied de la barre qui se dresse à l'est, il devient plus praticable, moins pentu, passe dans un clapier puis, au bas de la barre. Il prend la direction nord, en descente légère, le long d'une ligne de partage des eaux. Sur la droite s'ouvre un aven fermé par des branchages pour éviter un accident. Il s'agit de l'aven des Clots.
  • La crête est barrée par un éperon rocheux. Obliquer à droite sur le flanc NORD de la colline en dégringolant en écharpe pour atteindre une piste forestière. Partir à droite direction nord-est sur une centaine de pas, puis abandonner cette route en obliquant à gauche, pour en reprendre une autre, un peu plus bas dans une zone de captage d'eau.
 Dépasser les réservoirs et continuer à descendre. Premières maisons sur la gauche. Sortir sur la D 52, prendre à gauche. Les HENRY.

Saint-Pancrace - Digne
Digne
Vallée de la Bléone - Digne
Digne
Provence

Retour aux questions sur Parcourir la Haute-Provence à pied

Autres informations
Autres catégories