Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

Grand Canyon du Verdon, Montdenier et Gorges de Trévans

Sommaire des randonnées :
Grand Canyon : sentier Martel, Circuit de l'Imbut
Montdenier : sommet des Barris, le Pavillon (H2), crête du Montdenier (H3), Chapelle Notre-Dame (H4), Le Pavillon depuis Venascle (H5), sommet du Montdenier (H6) depuis Saint-Jurs
Gorges de Trévans : Chateau de Trévans (itin. 11), Château de Trévans depuis le hameau (itin. 12), circuit du Point de vue sur Trévans (itin.13), circuit de Marachare (itin. 14), circuit des gurus de Trévans (itin.15)

Grand Canyon du Verdon

L'unité naturelle du Grand Canyon se limite depuis la Palud-sur-Verdon au Nord par la route C.D. 952 jusqu'à Rougon ; à l'Est, par le cours du Verdon, jusqu'au balcon de la Mescla, puis l'Artuby jusqu'au Pont de l'Artuby ; au Sud, par la route C.D. 71 jusqu'à l'aplomb du ravin de Mainmorte ; à l'Ouest, le ravin de Mainmorte jusqu'à la Palud-sur-Verdon.

Sentier Martel

Difficultés d'ensemble : P2 avec passages P3 et T2 (pour randonneurs moyens et bons randonneurs). Temps : sens de la description : 5 h, sens inverse : 5 h 15 Dénivellation : montée : 570 m, descente : 676 m
Kilométrage : 15,200 km. Caractéristiques : l'un des plus beaux itinéraires de France. Chaque saison, il présente un attrait différent mais toujours curieux. Certains passages sont un peu exposés. Prévoir une lampe électrique pour franchir les tunnels
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »
Accès
Cet itinéraire s'effectue dans les deux sens, mais généralement il est plus agréable de remonter la rivière, en partant des Malines, l'arrivée est beaucoup moins pénible. Prévoir un véhicule à l'arrivée, ou vous pouvez prendre un taxi (station au Point Sublime et aux Malines).

Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


Description de l'itinéraire

Du gîte-refuge des Malines (alt. : 893 m), géré par le Club Alpin Français, rejoindre le parking situé au Nord (G.R. 4). Quitter la route des crêtes pour prendre à droite un sentier à forte pente (P2-P3), d'abord vers le Nord, contourner le ravin de Charençon en corniche vers l'Est, puis vers le Sud. Par une série de lacets, le sentier dévale la pente et franchit de petits ressauts rocheux (P2-P3-T1-T2), à travers une végétation variée de buis, genêts d'Espagne, pins d'Autriche, chênes pubescents, yeuses, etc. Se trouver après un lacet au-dessus d'un escalier facilitant la descente de l'escarpement du « Pas d'Issane » (alt. : 732 m).
  • Du Chalet des Malines : 30 mn. Descendre par cet escalier, le sentier effectue des lacets successifs dans des pierriers, pour ensuite atteindre un carrefour à proximité du lit du Verdon. « Carrefour de l'Estellié », d'où arrive de droite le G.R. 99 (alt. : 554 m).
  • Du Pas d'Issane : 5 mn. Hors itinéraire : vers l'ouest, avec le G.R. 99, rejoindre l'emplacement de l'ancienne passerelle de l'Estellié qui enjambait la rivière pour ensuite monter sur le flanc opposé des gorges afin de gagner la route CD71 aux Cavaliers. Point de vue vers l'aval. Cette passerelle a été emportée par les fortes crues de 1994. Vers l'Est, s'engager sur le sentier montant à gauche la rive droite du Verdon dans une merveilleuse hêtraie, parsemée de houx. Le sentier oscille au-dessus de la rivière et parfois, en longeant le bas des falaises, on peut découvrir des baumes servant d'abris pour bivouaquer, face à la haute falaise des Cavaliers (P2). Arriver dans une zone plus large et très verdoyante « le Pré d'Issane » (saules et peupliers) (alt. : 554 m).
  • Du carrefour de l'Estellié : 25 mn. Le sentier s'oriente progressivement vers le NORD-EST, dans un étranglement des gorges « Etroit des Cavaliers », puis s'élève dans une zone rocheuse et des éboulis (P2-T1), « Eboulis des Guègues ». Après une petite côte, descendre un ressaut rocheux suivi d'une roubine mal stabilisée. Hors itinéraire : du haut de la roubine, on peut monter à gauche et suivre une vire, « Vire aux Bœufs », conduisant au tunnel de l'Artuby ou des Guègues. Atteindre plus loin une grande baume très haute, « La Baume aux Bœufs » (bivouac possible). Après un coude vers le SUD-EST, arriver à la bifurcation de la Mescla (alt. : 592 m).
  • Du Prés d'Issane : 45 mn. Hors itinéraire : du carrefour de la Mescla, on peut emprunter le sentier de droite, très agréable, allant au confluent de l'Artuby et du Verdon (alt. : 562 m) (P2).
  • Du carrefour de la Mescla : 15 mn. Point de vue : très impressionnant sur les hautes falaises de l'Artuby et du Verdon à la sortie du défilé des Baumes Férés. Par un sentier en lacets, monter dans un couloir entre deux falaises jusqu'à la Brèche Imbert (haut d'une série d'escaliers métalliques) alt.: 710 m. Point de vue : à droite des escaliers, plate-forme panoramique avec vue sur la « Rue d'Eau » du Verdon jusqu'au Chaos du Trescaïre, au Nord, dominée par les gigantesques falaises de l'Escalès, et, au Sud, sur le défilé des Baumes Féré et la Mescla.
Descendre par les escaliers métalliques (255 marches), assez raides, puis suivent quelques petits lacets (point de vue). Aller vers le N, en progressant souvent au bas des falaises. Passer devant plusieurs baumes, d'abord la Baume aux Hirondelles puis la Baume aux Chiens et arriver à quelques mètres au-dessus de la rivière à une plage de sable fin. Le sentier s'élève à travers hêtres et noisetiers ; passer sous la grande baume de l'Escalès, face à la falaise de l'Irouelle. Plus loin, laisser à gauche des tunnels creusés dans le terrain : « tunnel du Barri, tunnel du Clapier et tunnel de l'Escalès », mais suivre le sentier surplombant la sortie du chaos du Trescaïre où chaque zone est définie par une appellation. D'abord on remarque un barrage formé par des blocs où la rivière en s'infiltrant effectue un remous important : « La Turbine ». Plus haut, un amoncellement de bloc épars forme « le Coral », puis la sortie du « Grand Goulet », précédé par une chicane entre les gros blocs où un câble tendu permet de franchir à gué le lit de la rivière. Dominer ensuite la sortie du chaos du Trescaïre caractérisée par deux tours monolithiques en R.G. du torrent, à l'aval du lieu-dit « le Virage ». Laisser à gauche le tunnel des Baumes, et, en pied de falaise, après avoir franchi une partie terreuse, monter par un petit escalier métallique amenant à la sortie du tunnel des Baumes et plus loin à l'entrée du tunnel du Trescaïre.
  • De la Brèche Imbert : 2 h.
Traverser ce tunnel, long d'une centaine de mètres. A sa sortie, on peut voir la partie aval du couloir Samson, ainsi que le resserrement des gorges entre les gigantesques parois de l'Escalès à l'ouest et celles du Duc et de l'Encastel à l'Est. Très rapidement, on pénètre dans le « tunnel du Baù » d'une longueur de 700 mètres environ, en forme de Sud. A environ 250 m de l'entrée, une fenêtre permet d'accéder à un escalier qui descend vers le lit de la rivière, lieu-dit « Baume aux Pigeons ». Continuer par le tunnel, à sa sortie, un escalier précéde un petit ressaut rocheux permettant d'atteindre la berge R.D. du Verdon au lieu-dit « Le Solitaire » (alt. : 601 m) (P2-T1). Vers l'W, franchir le ruisseau du Baù, sous le Saut du Baù, par une passerelle et monter dans une zone un peu escarpée (P2-T1) jusqu'au parking d'accès aux gorges sous le Point Sublime (fin de la route) (alt. : 639 m).
  • Depuis l'entrée du tunnel du Trescaïre : 30 mn.
  • Du refuge des Malines  : 4 h 30. On peut rejoindre le chalet-restaurant du Point Sublime par un petit sentier (G.R. 4) qui rejoint d'abord le bas de la falaise du Point Sublime et la suit vers le Nord-est puis le Nord en dominant la route. Celui-ci monte régulièrement afin de rejoindre le parking du Point Sublime (alt. : 787 ml.
  • Du parking de l'Entrée des  Gorges : 30 mn.
  • Du Refuge des Malines : 5 h.  Hors itinéraire et point de vue : du chalet du Point Sublime, par un petit sentier, « Sentier Zurcher », vers le Sud, passer à la stèle dédiée à lsodore Blanc, et plus loin, atteindre la plate-forme aménagée offrant un panorama unique sur le cours du Verdon. Dominer vers le Sud l'entrée du Couloir Samson creusé entre d'impressionnantes murailles, et à l'Est, le cheminement de la rivière entre les falaises de Casseyre et la Barre de l'Aigle.

Circuit de l'Imbut

Difficultés d'ensemble : P3-T3, passages T1, s'adresse à des randonneurs avertis et sportifs.
Temps : sens de la description : 4 h, sens inverse : 4 h Dénivellation : montée : 535 m, descente : 535m
Kilométrage : 8,200 km. Caractéristiques : itinéraire technique et sportif, assez exposé mais particulièrement beau. A éviter l'hiver à cause du verglas, et après de fortes pluies
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Du parking de l'auberge des Cavaliers (alt.: 802 m), redescendre légèrement par la route C.D. 71, vers le nord-ouest afin de contourner l'auberge (privé). Avec le G.R. 99, s'engager sur un sentier à droite, parallèle à la route à travers buis et chênes. Parvenir après quelques minutes au haut du couloir des Cavaliers. Longer la partie supérieure de la falaise vers le nord-ouest, puis effectuer une descente assez raide (P3-T1) et glissante due à la roche patinée. Des marches ont été façonnées dans le rocher et des barres de fer ont été installées, pouvant servir de point d'appui, bien que mal agencées (T2). Le sentier longe le flanc de la falaise dans une zone humide et verdoyante (chênes, pins), puis effectue des lacets où l'on peut commencer à découvrir le lit du Verdon. A mi-parcours, passer près d'un ancien relais E.D.F. et atteindre la rivière à une plage de cailloux (ancien forage qui servait à mesurer le niveau du cours de la rivière).
  • De l'auberge des Cavaliers : 30 mn.
Vers l'aval, suivre le G.R. jusqu'à l'ancienne passerelle de l'Estellié, aujourd'hui emportée par les fortes crues de 1994 ne permettant plus de franchir le torrent pour rejoindre le refuge des Malines. Poursuivre donc en R.G. (stèle – tracé jaune). Le sentier se tient à peu près au niveau du Verdon, les gorges se resserrent, la falaise se rapproche. Apercevoir une baume impressionnante par sa taille au-dessus, puis poursuivre vers un bois de hêtres d'une grosseur étonnante (coin de fraîcheur en période de canicule). Une montée progressive conduit à env. 20 m au-dessus de l'eau (être très vigilant) (P3-T3) ; on peut au bout de quelques minutes découvrir un semblant de sentier à notre gauche marqué par un cairn, on peut donc l'emprunter, petite variante d'env. 2 mn nous conduisant sous des surplombs et toits rocheux, avec des stalactites et des concrétions de calcaire en formation. En longeant la falaise, le sentier redescend, puis remonte à env. 50 m au-dessus du Verdon, la vue est saisissante sur le défilé des gorges (à nos pieds dans la falaise, on aperçoit un genévrier oxycèdre datant de 2 000 à 3 000 ans. Amorcer une descente où des câbles ont été installés (P2-T3). La roche est glissante et demande toute son attention, de petits cailloux roulent sous les pieds, des câbles ont été placés assez bas pour permettre de s'accroupir. Nous arrivons en vue du « Styx » (Couloir des Enfers), la végétation est luxuriante avec des herbes hautes contrastant avec le reste du paysage. Le Styx est l'un des endroits les plus marquants des gorges. En délaissant au détour d'un lacet le sentier, on peut surplomber le couloir du Styx où l'on découvre alors un mini-canyon aux roches blanches patinées, travaillées par l'érosion, formant des marmites et des vasques. Le Verdon se trouve à un étroit, entre deux murailles. Ses eaux sont tranquilles sur env. 50 m.

Recommandations

Il faut être extrêmement prudent en longeant le bord (T3) exposé ; nous sommes à 15 m au-dessus du lit, et la chute serait brutale, bien que l'on peut penser qu'il y a de la profondeur. A mi-parcours, il est possible de passer sous une roche qui nous masque le passage, s'accroupir, ramper un peu et sortir 1 m plus loin. Atteindre ensuite le « Maugué » (mauvais gué) avec son chaos de blocs (T3), lieu très agréable pour le pique-nique. Ce site est fabuleux, sous une voûte très importante, le Verdon suit son cours et les reflets eau et lumière y sont superbes, peu de courant, possibilité de se baigner. Le sentier remonte dans l'escarpement (R.G.) où l'on reste surpris par son cheminement. Vire surplombante sur env. 50 m, câble installé tout le long et tenu par de gros anneaux scellés. La vire fait env. 70 cm de large, surmontée d'une barrière surplombante. Effectuer ce parcours à env. 20 m au-dessus de l'eau.
A mi-parcours, nous passons, sans le savoir juste sous le couloir Vidal, une attention particulière est demandée à cause d'éventuelles chutes de pierres causées par des randonneurs qui le parcourent (évitez donc tout stationnement à cet endroit).
Atteindre une excavation équipée d'une chaîne servant de main courante, le sentier est en dévers et un peu glissant, passer en adhérence et s'aider de la chaîne à bout de bras pour effectuer une traversée de 1,5 m env. (aucun danger). Le sentier reprend à travers buis et chênes, puis monte sensiblement jusqu'à l'intersection du sentier Vidal.
  • De l'accès à la rivière : 1 h 30.
»Hors itinéraire : laisser la montée par le sentier Vidal et continuer la progression vers l'aval. Le Verdon n'est plus visible et c'est à travers les arbres qu'il faut se faufiler. Le sentier est en balcon par endroits, aucune difficulté, il faut enjamber un tronc et plus loin redescendre fortement, le terrain est érodé et des racines sont en travers ; peu commode, être vigilant (T2), franchir un passage en terre plus délicat (P3-T3), demandant beaucoup d'attention. Parvenir à l' « Imbut » (Entonnoir). Plage de galets, mais fort débit de la rivière. L'Imbut est signalé comme fin de sentier. On pourrait le croire, à cet endroit le Verdon disparaît sous un chaos de blocs. Il est toutefois possible de poursuivre au-delà au milieu de blocs. Escalade et désescalade faciles (T3-T1, orient.). Franchir un amas rocheux, l'itinéraire peut paraître difficile, cependant, il faut faire preuve de vigilance et d'imagination. Bonne gymnastique. Le mieux est de se tenir sur la gauche pour parvenir au superbe « Baù Béni » (fin de sentier) (traces blanches effectuées au marteau). Il ne reste plus qu'à revenir au sentier Vidal.
La montée du sentier Vidal est raide et impressionnante. Un escalier en colimaçon est taillé à même la roche (si l'on peut appeler ce tracé « escalier »), avec une main courante inclinée à droite sur env. 30 m de dénivelé. C'est ensuite le couloir où ont été plantés des bouts de bois afin d'éviter l'érosion. Le sentier progresse rapidement en lacets très raides et très serrés (P3-T1). Passer à une grotte aux couleurs variées, concrétions de calcaire ; plus loin, un éboulis étroit nous porte aux échelles de la partie supérieure du couloir. D'abord, une échelle droite, puis virer sur env. 15 à 20 m, une seconde échelle de 5 à 6 m nous permet de sortir sur le plateau d'où nous rejoignons la route C.D. 71 (alt. : 839 m).
  • Du bas du couloir Vidal : 45 mn.
  • De l'auberge des Cavaliers : 2 h 45.
On peut regagner le parking de l'auberge des Cavaliers :
  • soit par la route (sans intérêt) ;
  • soit en traversant la route, et par un sentier rectiligne jalonné en jaune, à travers bois et genêts vers le SUD-OUEST, rejoindre l'itinéraire n° V2, à gauche, vers le SUD-EST. Le suivre jusqu'à l'auberge des Cavaliers (1 h).
Total du circuit : 3 h 45 à 4 h.

Montdenier

L'unité naturelle de Montdenier se limite à l'ouest depuis la Palud-sur-Verdon par la route puis la piste forestière rejoignant au N le col de Saint-Jurs ; au Nord, par la piste atteignant à l'Est la ferme de Levens ; à l'Est, par le C.D. 17 si dirigeant vers Rougon ; au Sud, par la route C.D. 952 jusqu'à la Palud-sur-Verdon.

Sommet des Barris (H1) (1 143 M)


Difficultés d'ensemble : P2 (pour promeneurs). Temps : sens de la description : 15 mn, sens inverse : 15 mn Dénivellation : montée : 129 m, descente : 0 m
Kilométrage : 0,800 km. Caractéristiques : point de vue agréable au sommet d'un itinéraire court et facile. Peut être effectué toute l'année
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

De la Palud-sur-Verdon (alt. : 833 m), rejoindre le col de la Croix de Château-neuf, puis, env. 1 km plus loin, une zone clairsemée (alt. : 1 014 m).
S'engager vers le Sud-est par un petit sentier à travers une pinède de pins à crochets. La côte est régulière, ce ne sont plus que des traces qui nous conduisent au sommet des Barris (alt. : 1 143 m) (signal géodésique).
Du Plan de Châteauneuf : 15 mn. Point de vue : très joli et étendu sur l'ensemble du cirque du Mourre de Chanier, mais aussi au Sud, sur les Gorges du Verdon.

Le Pavillon (1 625 m) depuis Châteauneuf-les-Moustiers (H2)

Difficultés d'ensemble : P2 avec passage T1 (randonneurs moyens) Temps : sens de la description : 3 h 15, sens inverse : 2 h 45 Dénivellation : montée : 337 m, descente : 55 m
Kilométrage : 8,600 km. Caractéristiques : belvédère unique dans le pays du Verdon. A effectuer de préférence de septembre à juin. L'hiver, le sommet peut être effectué à skis
Cartographie : 14, carte I.G.N. n 34-42 W, « Moustiers-Ste-Marie » et n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

De la Palud-sur-Verdon, rejoindre par la route C.D. 123, la bifurcation de la ferme de Maubec (alt. : 1 038 m), possibilité de stationnement.
Emprunter à droite un chemin de terre s'élevant entre buis et genêts parsemés de quelques pubescents. Après un lacet, atteindre les ruines du village de Châteauneuf marqué à l'entrée par un oratoire où a été scellé à l'intérieur le mémorial des victimes du village pendant la guerre de 1914. Rejoindre derrière les ruines le collet de Châteauneuf (alt.: 1 155 m).
  • De la ferme de Maubec : 15 mn. Curiosités : des ruines du village de Châteauneuf, seuls des pans de murs sont encore debout, souvent recouverts d'une végétation grimpante et souvent agressive. Ce village a été abandonné à cause du manque d'eau. Laisser la piste qui descend vers le NORD-OUEST pour suivre une trace vers l'ouest. Passer à gauche d'une ruine puis monter par la croupe de la colline sur une petite sente rocailleuse (P2-T1) qui conduit à un plateau. S'orienter vers le N puis le NORD-OUEST. Grand Cairn. On se situe sur le contrefort de la crête (alt. : 1 245 m).
  • De Châteauneuf-les-Moustiers : 40 mn. Vers le NORD-OUEST, suivre le sentier ; gravir une petite côte qui donne accès à la crête. Parcourir celle-ci en dominant les escarpements des Rochers de Notre-Dame, au NORD-EST, passer au sommet de deux pointes (alt. : 1 325 m et 1 326 m), séparées d'un collet (alt. : 1 319 m). Monter sur la croupe à travers buis, gouffre à gauche, et à travers un clapier atteindre le sommet, 1 441 m, puis après une dépression, le point alt. 1 462 m (P2).
  • Du Grand Cairn : 40 mn. Descendre au collet des Gais puis monter à la côte alt. : 1 479 m. Après une courte dépression, rejoindre la côte 1 496 m. Une légère pente permet d'atteindre l'extrémité du chemin forestier du Montdenier (alt. : 1 458 m) (P2).
  • Du point 1 462 m : 40 mn. Emprunter ce chemin vers le NORD-OUEST, parcourant le flanc du sommet du Pavillon, sur env. 1,500 km jusqu'au collet du Pavillon (alt. : 1 520 m) (P1).
  • De l'accès à la  piste : 30 mn. Se diriger vers la croupe à l'ouest où l'on rencontre l'itinéraire arrivant en sens opposé. Avec cet itinéraire, gagner le sommet du Pavillon (alt. : 1 625 m) (P2).
  • De la piste forestière  du Montdenier : 30 mn.
  • De la ferme de Maubec : 3 h 15.
Retour: par le même itinéraire en sens inverse : 2 h 45 (soit au total : 6 h). * Par l'itinéraire H5 en sens inverse : 2 h 15 (soit au total : 5 h 30).

Crête du Montdenier (1 750 M) depuis Châteauneuf-les-Moustiers (H3)

Difficultés d'ensemble : P2-P3 avec passages T1 (pour randonneurs sportifs).
Temps : sens de la description : 6 h 15, sens inverse : 5 h 30 Dénivellation : montée : 882 m, descente : 602 m Kilométrage : 16,400 km. Caractéristiques : panorama exceptionnel le long des crêtes. Parcours assez pénible et long présentant quelques difficultés.
A conseiller le printemps et l'automne. L'hiver, il peut être effectué à skis de fond.
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 W, « Moustiers-Sainte-Marie », n 34-42 E « Senez »

Description de l'itinéraire

De la Palud-sur-Verdon, comme pour l'itinéraire n H2, rejoindre la bifurcation de Maubec par le C.D. 123 (parking possible) (alt. : 1 038 m). Toujours avec cet itinéraire, gagner le collet (alt. : 1 520 m) sur la piste forestière du Montdenier (P2, passage T1).

  • Du stationnement de Maubec : 2 h 45. S'écarter de la piste à droite par une petite croupe, passer à gauche d'une cabane de berger et atteindre le pointement 1 561 m. Poursuivre vers le Nord, le sentier s'infléchit légèrement puis remonte vers la zone rocheuse de Bouche-Molle. Se porter sur le flanc ouest, et rejoindre la côte 1 641 m. Sous la crête, toujours versant ouest, descendre au clapier du Clot de Roi (alt. : 1 563 m) (P2).
  • De la piste forestière du Montdenier : 30 mn. S'orienter vers le NORD-OUEST afin de passer dans des rocailles sous une zone rocheuse, le parcours est assez exposé et accidenté (P2-T1). Rejoindre la crête après la pointe 1 681 m et poursuivre en dent de scie le parcours des crêtes assez rectiligne, passant d'abord au-dessus d'une stratification de lames verticales à l'Est, puis par des pointements tantôt en arête, tantôt en croupe formant des dômes, séparés par des selles souvent très larges offrant de petits alpages. S'élever progressivement jusqu'au sommet du Montdenier (alt. : 1 750 m) (point géodésique). Petite construction sommaire (P2-T1)  H6 arrive en face).
  • Du Clot de Roi : 2 h. Curiosités : au printemps, le long du parcours, vous rencontrerez une flore alpestre assez riche telle que le myosotis, la gentiane printanière, la tulipe de Cels, etc.
Avec l'itinéraire n H6 en sens inverse, ainsi qu'un tracé jaune, descendre dans des pâturages, après une rupture de pente, suivre des drailles jusqu'au collet de Bourges. Vers l'Est, sous la crête rocheuse de Bourgés, parcourir un petit sentier dans une pinède d'aleps et de pins noirs, puis s'écarter à droite par une petite trace à l'Est rejoignant un bon sentier. Vers le Nord, traverser un merveilleux sous-bois tapissé d'herbe parsemée au printemps d'une magnifique floraison dominée par des orchidées, et rejoindre la piste forestière du Montdenier (alt. : 1 452 m) (P2).
  • Du sommet du Montdenier : 40 m. A droite, suivre la piste vers l'W puis le NORD-OUEST jusqu'au col de Saint-Jurs (alt. 1 318 m) (barrière et citerne à droite, avant d'atteindre le col).
  • De l'accès à la piste : 20 mn.
Total de la traversée : 6 h 15.

Chapelle Notre-Dame (H4)

Difficultés d'ensemble : P1-P2 (pour les grottes : T3) (pour promeneurs)
Temps : sens de la description : 0 h 30, sens inverse : 0 h 30 Dénivellation : montée : 127 m, descente : 60 m
Kilométrage : 1,950 km. Caractéristiques : curiosité unique pour un parcours relativement court. Peut être effectué toute l'année
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

De la Palud-sur-Verdon, rejoindre la ferme de Maubec (alt. : 1 038 m) Possibilité de stationnement. Avec l'itin. n H2, gagner les ruines de Châteauneufles-Moustiers (alt. : 1 155 m).

  • De la ferme de Maubec : 15 mn. Continuer par le chemin charretier vers le NORD-OUEST après le cimetière (tracé orange des équestres). Celui-ci descend régulièrement, et, dès que l'on atteint le premier ressaut rocheux (rocher de N.-D.), le contourner légèrement. Un petit sentier s'amorce à gauche vers le S, par des lacets, rejoindre le bas de deux grandes grottes superposées. Par des marches taillées et entre des murets, accéder à la première grotte ; la petite chapelle N.-D. se trouve à droite en entrant (alt. : 1 115 m).
  • De Châteauneuf-les-Moustiers : 15 mn.
  • De la ferme de Maubec : 0 h 30. Curiosité : grande grotte très profonde, à droite, petite chapelle en forme de cul de four. A l'extrême fond de la grotte, en rampant sous la voûte, on sent un courant d'air provenant de la grotte supérieure. On découvre un boyau au plafond qui permet d'y accéder en escalade. Il est donc conseillé d'être équipé d'une lampe électrique pour franchir ce boyau et éventuellement pour les moins initiés à l'escalade de posséder une corde pour l'assurance. La grotte supérieure, aussi profonde que la précédente, possède un muret en bordure extérieure. Dans les interstices, nombreux nids d'hirondelles.

Le Pavillon (1625 m) depuis Venascle (H5)

Difficultés d'ensemble : P2, avec passages P3 et T1 (pour randonneurs moyens entraînés). Temps : sens de la description : 3 h 30, sens inverse : 3 h 30 Dénivellation : montée : 715 m, descente : 715 m
Kilométrage : 11,100 km. Caractéristiques : très joli circuit pastoral. A effectuer de préférence au printemps et à l'automne
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 W, « Moustiers-Sainte-Marie »

Description de l'itinéraire

Rejoindre la ferme de Venascle en empruntant la piste de Châteauneuf-les-Moustiers allant à Ségriès par le plateau de Barbin.
De la ferme de Venascle (alt. : 940 m) (possibilité de parking 750 m au Nord de la ferme, alt. : 969 m), emprunter le sentier du ravin de la Cine qui s'élève vers l'Est (tracé jaune). Passer entre le mamelon de la Belle-Pierre au Nord et celui de Cot de Jean Long au Sud. Le ravin se resserre et le sentier passe dans des étranglements rocheux afin d'aboutir aux ruines du Clos de la Charité dans une doline (alt.: 1 385 m), vers le SUD-EST (P2-P3-T1).
  • De la piste de Venascle : 1 h. Par une large croupe, dans des lapiez, s'élever vers le SUD-EST, d'abord par un petit sentier puis par de petites traces souvent interrompues (cairns). A l'alt. : 1 510 m, s'orienter vers le Sud et passer à une antécime (alt. : 1 606 m), après un collet (alt. : 1 591 m), gravir la dernière côte conduisant au sommet du Pavillon (alt. : 1 625 m) (P2-P3) (cairn, borne géodésique).
  • Des ruines du clos de la Charité : 1 h.
  • De la piste de Venascle : 2 h.  Regagner le collet (alt. : 1 591 m), vers l'ouest, par le flanc de la montagne, en passant à proximité de la dépression du trou des Marmottes, descendre vers la Selle de la Chaume des Agneaux, puis vers le Nord, atteindre la bergerie (alt. : 1 463 m) (P2-P3).
  • Du sommet du Pavillon : 15 mn. Contourner vers l'W, ruines de la bergerie (alt. : 1 414 m), un petit sentier conduit au S. Des lacets serrés ramènent vers l'W, et par un valonnement, rejoindre la ferme de Venascle (alt. : 940 m) (P2).
  • De la bergerie de la Chaume des Agneaux : 1 h. Contourner la ferme de Venascle par le Nord, un chemin charretier vers le N ramène au parking (alt. : 969 m) (P1).
  • De Venascle : 15 mn.
Total du circuit : 3 h 30.
Retour : * Par l'itinéraire  H2 en sens inverse : 2 h 45 (soit au total : 5 h).

Sommet du Montdenier (1750m) depuis le col de Saint-Jurs

Difficultés d'ensemble : P2, avec passages T1 (pour petits randonneurs)
Temps : sens de la description : 1 h 15, sens inverse : 1 h Dénivellation : montée : 440 m, descente : 8 m
Kilométrage : 3,100 km. Caractéristiques : petite randonnée conduisant à un beau panorama. A effectuer de préférence au printemps et en automne. Très tôt le matin, l'été
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 W, « Moustiers-Sainte-Marie »

Description de l'itinéraire

Du col de Saint-Jurs (alt. : 1 318 m), avec un tracé jaune, emprunter la piste forestière de Montdenier (barrière et citerne à gauche). Celle-ci s'élève régulièrement jusqu'à un coude à droite (1,200 km env. du col de St-Jurs). Au cours de la montée à travers une forêt de pins d'aleps et de buis, remarquer à gauche un joli petit cabanon dominant une clairière.
  • Du col de Saint-Jurs : 25 mn.
Quitter la piste pour suivre un petit sentier à gauche traversant une magnifique pinède. Le parcours est tapissé d'herbe parsemée de nombreuses petites fleurs au printemps où les orchidées dominent. Env. 200 m plus loin, quitter le sentier pour monter par une petite trace à droite (tracé jaune — être vigilant pour ne pas manquer cette bifurcation), et venir buter sur un sentier transversal (P2). Parcourir celui-ci vers la gauche à travers une pinède d'aleps et de pins noirs. On est dominé à droite par la crête rocheuse de Bourgès dont on atteint un collet dans son prolongement.
  • De la piste forestière : 20 mn.
A gauche, s'élever vers l'Est dans un pierrier, puis dans des drailles à moutons sur un terrain tourmenté et parfois escarpé (P2-T1), afin d'atteindre une rupture de côte où s'étale devant soi de vastes pâturages parsemés de myosotis, gentianes, tulipes de Cels et combien d'autres fleurs au printemps. Traverser ces pâturages jusqu'à la crête que l'on suit à droite vers le Sud-SUD-EST jusqu'au sommet du Montdenier (alt. : 1 750 m). Point géodésique. Petite construction sommaire en pierres.
  • Du collet de Bourgès : 30 mn.
  • Du col de Saint-Jurs : 1 h 15 (l'itinéraire n° H3 arrive en face).

Le sommet de l’Agra

Difficile, 5h30 de marche, 830m de dénivelée, balisage jaune, au départ de Saint-Jurs.
Au début de l’été, avant que blés et lavandins ne soient coupés, un véritable patchwork s’étale au pied du Montdenier.

  • Pénétrer dans le village de Saint-Jurs en empruntant la rue de droite, passant devant la mairie et l’école. A l’intersection, poursuivre tout droit. Au croisement (oratoire), monter à gauche. Au carrefour situé au-dessus du lavoir (fontaine), prendre à droite. Passer devant la « maison du fournier », un chemin prolonge la ruelle. Il s’élève en contrebas de l’église du village, puis de ruines, pour déboucher sur la route du col Saint-Jurs. Emprunter celle-ci sur la gauche sur une vingtaine de mètre avant de bifurquer en épingle sur la droite. Monter jusqu’à une maisonnette isolée où le chemin de dédouble. Continuer sur la bretelle gauche. Suivre la route sur la gauche, à la montée. A hauteur du réservoir pénétrer dans la forêt domaniale du Montdenier. Un peu plus loin prendre à droite, un chemin parallèle. A la bifurcation, poursuivre tout droit. 
  • Nouvelle bifurcation, prendre à droite, puis plus loin, encore à droite. A l’intersection suivante couper la piste de Demandols, interdite à la circulation. Sortir à nouveau sur la route du col.  L’emprunter un court instant en conservant la même direction, puis poursuivre tout droit. Ignorer deux départs de traînes à main gauche. Plus loin partir à droite et sortir une ultime fois de la route du col. Continuer à monter par le sentier d’en face.

Continuer dans la même direction. Gagner un collet. Nouvelle bifurcation.

  • Pour monter au sommet de l’Agra, prendre à gauche. Au sortir d’un goulet, le chemin continue son ascension dans l’adroit de l’Agra, en effectuant de larges lacets tantôt à découvert, tantôt sous les pins. Déboucher en crête. Après avoir passé le mirador, descendre à droite en direction du collet boisé. Au collet, prendre à gauche. Le sentier débouche sur une piste forestière. Prendre le sentier en face. Au fond d’un petit ravin, descendre à gauche et déboucher sur le chemin d’accès à la begerie de la Colle. Continuer à gauche. Passer à côté d’un réservoir  (DFCI). Aboutir sur la piste forestière de Levens. L’emprunter sur la gauche jusqu’au col de Saint-Jurs.
  • Continuer sur la route d’accès au col. A l’orée de la pinède, prendre à gauche. A la bifurcation, continuer sur la gauche pour retrouver un croisement évoqué plus haut. Continuer tout droit jusqu’au collet et délaisser l’itinéraire d’ascension du sommet de l’Agra. Poursuivre tout droit jusqu’à la route forestière de Mouresse. Prendre celle-ci sur la gauche sur 700m environ. Au carrefour, tourner à droite sur la pise interdite à la circulation « sauf services ». Au collet elle se divise. Prendre la première à gauche. Juste après la placette de chargement, utiliser le sentier de gauche. Croisement : à gauche. Franchir à gué le ravin. Longer ce dernier en rive gauche puis à la bifurcation prendre à droite vers la bâtisse partiellement ruinée. Poursuivre à gauche. Le chemin se dédouble : aller à droite. Rejoindre le ravin de Mouresse. Au ruisseau de Balène, le traverser à gué. Sur la rive droite, rejoindre les terres de Négaras. 
  • Un chemin prolonge le sentier. Il passe en contrebas d’une première ruine, puis en amont d’une seconde. Aux deux carrefours : tout droit. Avant que la piste ne change de versant, bifurquer à droite. Descendre, franchir deux ravins, et continuer tout droit. Plus haut quitter ce chemin et prendre à droite, et quelques mètres plus loin à gauche.
  • Poursuivre tout droit sur les croisements, le village de Saint-Jurs apparaît.

Gorges du Trévans

L'unité naturelle de Trévans se limite à l'ouest depuis Saint-Jurs vers le Nord jusqu'à Estoublon par le chemin vicinal ; au Nord, par les gorges de l'Estoublaisse jusqu'au Pas de l'Escale ; à l'Est, par le C.D. 17 jusqu'à Majastres et Levens ; au Sud, par la piste rejoignant le col de Saint-Jurs, puis la route jusqu'à Saint-Jurs.

Château de Trévans depuis la ferme de la Delasse (11)

Difficultés d'ensemble : P2 (pour petits randonneurs) Temps : sens de la description : 1 h, sens inverse : 45 mn Dénivellation : montée : 254 m
Kilométrage : 2,100 km. Caractéristiques : parcours très agréable dans la forêt. Peut être fréquenté toute l'année
Cartographie : carte I.G.N. n 34-41 W, « Digne »

Description de l'itinéraire

Du village d'Estoublon, emprunter la route C.D. 667 sur env. 2,700 km, face à la ferme de la Delasse (alt.: 562 m). Possibilité de stationner sur le côté Sud de la route. Avec un tracé jaune, franchir le ruisseau de l'Estoublaisse par une passerelle construite en rondins de bois. Environnement de peupliers et d'aulnes. Un petit sentier s'élève immédiatement (P2) à travers pins noirs, pubescents et buis. Une marque équestre s'écarte à droite. Continuer vers le Sud à gauche (R.D.) du ravin de Pierre Grosse, bientôt le sentier effectue de nombreux petits lacets, ce qui permet de gagner rapidement de l'altitude, en s'orientant progressivement vers l'Est. Aboutir à un large chemin (alt. : 772 m).
  • De la ferme de la Delasse : 40 mn. Parcourir ce chemin à droite vers le SUD-EST à travers bois et atteindre une très belle pinède de pins d'alep, ainsi que les ruines du château de Trévans (alt. : 816 ml (refuge de l'O.N.F.)
  • De l'accès au chemin : 20 mn.
  • De la ferme de la Delasse : 1 h. Curiosités : les ruines du château sont recouvertes en grande partie de lierre. Adossé à ces ruines, le petit refuge de l'O.N.F., ouvert, mais non gardé ; il offre la possibilité d'héberger une dizaine de personnes. Une cheminée permet de faire des grillades ; il n'est meublé seulement que de 3 bancs. Derrière le refuge : source et grand bassin entourés d'aulnes, de fusains, de cerisiers, de tilleuls et d'acacias.
Retour : par le même itinéraire en sens inv. : 0 h 45 (soit au total : 1 h 45)— * Par l'itinéraire n° 12 en sens inv. : 0 h 45 (soit au total : 1 h 45).

Château de Trévans depuis le hameau de Trévans

Difficultés d'ensemble : P2 (pour petits randonneurs). Temps : sens de la description : 1 h, sens inverse : 0 h 45 Dénivellation : montée : 218 m
Kilométrage : 2,400 km. Caractéristiques : parcours magnifique à travers un bois très joli. Peut être parcouru toute l'année.
Cartographie : carte I.G.N. n 34-41 W, « Digne »

Description de l'itinéraire

Du village d'Estoublon, emprunter la route C.D. 667, sur env. 5 km. Stationner à un coude avant d'atteindre le hameau de Trévans (alt. : 598 m).
Prendre le chemin de terre se dirigeant vers l'Est, remontant le torrent sur l'Estoublaisse. Le franchir sur un petit pont en béton ; on se trouve devant un grand panneau de l'O.N.F., à la lisière de la forêt (alt. : 601 m).
  • Du parking : 5 mn. A droite vers le SUD-OUEST, avec un tracé rouge, gravir un petit sentier en lacets à travers une pinède, puis sous un couvert de feuillards, très agréable (P2), afin d'aboutir en bordure d'un plateau boisé : « Plaine de la Condamine » (alt. : 752 m).
  • Du pont sur l'Estoublaisse : 40 mn. Toujours vers le SUD-OUEST, traverser à peu près à niveau dans un sous-bois de pins d'alep et de sapins mêlés à la dense forêt de pubescents de buis et de genêts. Aboutir à un bon chemin à env. 50 m des ruines du château de Trévans, qui est situé à droite (alt.: 816 m) (tracé jaune).
  • De l'accès à la bordure de la plaine de la Condamine : 15 mn.
  • Du hameau de Trévans : 1 h.
Retour : par le même itinéraire en sens inverse : 0 h 45 (soit au total : 1 h 45) — Par l'itinéraire 11 en sens inverse : 0 h 45 (soit au total: 1 h 45).

Circuit du point de vue sur Trévans

Difficultés d'ensemble : P2 (pour randonneurs moyens) Temps : sens de la description : 3 h, sens inverse : 3 h
Dénivellation : montée : 408 m, descente : 408 m
Kilométrage : 8,100 km. Caractéristiques : circuit fabuleux à travers une végétation variée. Peut être effectué toute l'année
Cartographie : carte I.G.N. n 34-41 W, « Digne »

Description de l'itinéraire

Du village d'Estoublon, emprunter la route C.D. 667, sur env. 5 km. Stationner à un coude avant d'atteindre le hameau de Trévans (parking) (alt. : 598 m).
Avec l'itinéraire 12, rejoindre les ruines du château de Trévans (alt.: 816 m).
  • Du hameau de Trévans : 1 h. Continuer avec le tracé rouge par un bon chemin sur env. 200 m ; un tracé vert s'écarte à gauche par un chemin plus étroit (alt. : 850 m).
  • Des ruines du château de Trévans : 5 mn. Parcourir ce chemin vers le Nord à travers une forêt de pubescents. Celui-ci s'incline vers le NORD-EST ; ce n'est plus qu'un sentier à travers les genêts et les buis qui s'élève régulièrement vers l'Est (P2). Après une zone dégagée, descendre dans le bois en bordure d'un escarpement. Suivre celui-ci en montant légèrement, puis par un sentier horizontal, atteindre la croupe de la colline de Coste Chaude au lieu-dit Cubercelas (alt. : 976 m)
  • Du début du tracé vert : 40 mn. Point de vue : en s'écartant à gauche, se porter sur un promontoire rocheux où une vue magnifique s'offre à vous sur la vallée de l'Estoublaisse, le village de Trévans où les ruines moyenâgeuses dominent les nouvelles constructions, et en toile de fond, les montagnes déchiquetées de Beynes.
  • Suivre l'itinéraire 14 en sens inverse, sur la gauche, vers le Sud-SUD-EST, en descendant régulièrement dans une forêt d'érables et de hêtres jusqu'au carrefour du Turquet, où un tracé jaune arrive de gauche (alt. : 840 m).
  • Du point de vue de Cubercelas : 30 mn. Laisser le tracé vert, filer devant soi et suivre ce tracé jaune descendant assez brutalement à travers bois vers le Nord. Celui-ci effectue un crochet pour franchir le ravin de Turquet, puis c'est par une pente plus douce que l'on marche sur le flanc d'une colline pour contourner plus bas une croupe rocheuse (alt. : 796 m).
  • De la  bifurcation de Turquet : 15 mn. Le sentier se faufile entre des escarpements en effectuant des lacets très raides et serrés, afin d'atteindre la R.G. de l'Estoublaisse. Suivre celle-ci à travers les arbustes ; contourner vers l'ouest sous une barre rocheuse, un tracé rouge arrive de droite (fin du tracé jaune).
  • De la croupe rocheuse (alt. : 796 m) : 15 mn. Avec celui-ci, passer devant une source et env. 100 m plus loin, arriver au panneau de l'O.N.F., cité au départ, au pont sur l'Estoublaisse.
  • De l’arrivée du tracé rouge : 10 mn.  Avec le parcours de départ, rejoindre le parking de Trévans (alt. : 598 m). — Du Pont sur l'Estoublaisse : 5 mn.
Total du circuit : 3 h.

Circuit de Marachare (14)

Difficultés d'ensemble : P2, passages T1 orient. (pour bons randonneurs)
Temps : sens de la description : 5 h 15, sens inverse : 5 h 15 Dénivellation : montée : 551 m, descente : 551 m. Kilométrage : 14,800 km. Caractéristiques : très beau circuit varié avec une végétation très riche. Peut être effectué toute l'année
Cartographie : cartes I.G.N. n 34-42 W, « Moustiers-Ste-Marie », et n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Au col de Saint-Jurs, parking possible (alt.: 1 318 m). Vers l'Est, suivre la piste de l'O.N.F. qui descend jusqu'à un carrefour 200 m plus loin (réservoir D.F.C.I. 100 m à droite). Un tracé rouge s'écarte à gauche pour parcourir un chemin parallèle à la piste à travers un bois de mélèzes, pins d'Autriche et buis. Après 1,500 km env., atteindre un large chemin (alt. : 1 270 m) (P1).
  • Du col de Saint-Jurs : 25 mn. L'emprunter à gauche (toujours avec le tracé rouge), dépasser deux épingles et se trouver au fond du ravin de Mayaiche (alt. : 1 247 m) (P1-P2).
  • Du large chemin : 5 mn. Vers le NORD-OUEST, suivre un chemin herbeux. A une fourche, prendre à droite en direction de Valbonnette (panneau) et atteindre 150 m plus loin les ruines de Mayaiche (alt. : 1 212 m) (P2).
  • Du ravin de Mayaiche : 10 mn. Curiosité : des ruines, il ne reste que des poutres suspendues. Au-dessous, à gauche, dans le creux du vallon, un grand bassin avec une eau particulièrement claire. Suivre un petit sentier d'abord en balcon au-dessus du ravin, puis dans une magnifique forêt de hêtres, afin de rejoindre le carrefour où un sentier allant au Pont de Tuf s'élève à droite, accompagné d'un tracé vert (alt. : 865 m) (P2).
  • Des ruines de Mayaiche : 1 h. Effectuer un crochet à gauche, passer devant une ruine magnifique où un pilier cylindrique supporte une poutre, et atteindre le lit du ravin de Mayaiche (alt.: 807 m). Abandonner le tracé rouge vers la droite qui va longer le ravin pour atteindre le refuge de Valbonnette. Monter sur l'autre versant par un sentier tracé en vert, passer entre des ruines entourées de cèdres, et, progressivement, vers l’ouest, se détacher en corniche en s'élevant régulièrement jusqu'à une intersection d'où arrive un tracé jaune. Carrefour du Turquet (alt. : 840 m) (P2) (l'itin. n 13 arrive en face et s'écarte à droite).
  • Du ravin de Mayaiche : 30 mn. Laisser à droite le tracé jaune, et monter à gauche avec l'itinéraire n 13 vers le N-NORD-OUEST dans une forêt d'érables et de hêtres dont le sol est quelquefois parsemé de belles ancolies et de sceaux de Salomon. Atteindre une pointe de la montagne en forme de proue où se situe 40 m à droite le magnifique belvédère de Cubercelas (alt.: 976 m) (l'itinéraire n 13 et un tracé rouge s'écartent à droite). Point de vue : la vue s'étale à gauche jusqu'au village d'Estoublon dans la vallée de l'Asse. A droite, les montagnes de Beynès. Devant : les ruines de la chapelle St-André au sommet d'une colline en pain de sucre. A nos pieds, le ruisseau de l'Estoublaisse.
  • Du carrefour du Tourquet : 30 mn. On se trouve à une bifurcation, le tracé s'oriente brusquement vers le SUD-OUEST en direction du gîte de Trévans. Un petit sentier forme la bissectrice de l'angle du chemin, s'élève vers le Sud (tracé jaune). Prendre ce petit sentier, plus dénudé, env. 900 m plus loin, il effectue brutalement un crochet vers le NORD-OUEST puis contourne la cime de Coste-Chaude pour aboutir à une coupe et une piste récentes (alt. : 1 038 m) dans un bois de mélèzes et pins à crochets.
  • Du Belvédère de Cubercelas : 1 h. Le tracé jaune coupe la piste et la suit au-dessus, d'abord parallèlement puis s'en écarte pour ensuite la jouxter à un coude (alt.: 998 m) au lieu-dit « Les Béluguettes ».
  • De la piste : 30 mn. Un tracé rouge arrivant de droite coupe la piste, l'emprunter à l'amont (à gauche), s'élevant d'abord sur un terrain un peu aride puis dans un sous-bois parsemé de fraisiers jusqu'à atteindre le carrefour de la piste et de la route reliant Saint-Jurs au col de Saint-Jurs (alt. : 1 222 m).
  • Du tracé jaune : 35 mn. Par la piste, d'abord vers le Nord, puis vers le Sud, rejoindre le col de Saint-Jurs (alt. : 1 318 m).
  • De l'accès à la route : 30 mn.
Total du circuit : 5 h 15.

Circuit des Gurus de Trévans (15)

Difficultés d'ensemble : P2-P3 avec passages T1. Temps : sens de la description : 5 h, sens inverse : 5h. Dénivellation : montée : 451 m, descente : 451 m
Kilométrage : 11,800 km. Caractéristiques : circuit exceptionnel par sa beauté et sa diversité : à caractère sauvage. Peut être effectué toute l'année
Cartographie : carte I.G.N. n 34-41 W, « Digne »

Description de l'itinéraire

De la route C.D. 907, allant vers Digne, prendre la petite route C.D. 17 au Nord d'Estoublon, sur env. 10 km, se dirigeant vers le hameau de Majastre. Cette route est très étroite, passe le col de la Croix, parcourt le flanc de la montagne de Beynès, puis suit la faille du Pas de l'Escale, ce qui donne la sensation de s'enfoncer dans la France profonde. Possibilité de stationnement, soit après le pont du Pas de l'Escale, soit 1 km avant ce pont sur les bas-côtés de la route. Ceci suivant le départ que l'on veut effectuer.
1ère possibilité de départ : par le pont romain, 1 km en aval du Pont de l'Escale (panneau) (alt : 885 m)
Un bon sentier descend à travers buis et chênes en effectuant quelques lacets qui conduisent au pont romain, enjambant le ravin du Pas de l'Escale (alt. : 805 m) (P2).
  • De la route : 15 mn. Passer sur l'autre rive (R.G.) et s'élever vers le SUD-OUEST sur un sentier dans des pier-railles et des buis. Une trace dans un éboulis (arrivée de la 2e possibilité). Par une côte régulière, monter dans le bois de pins d'alep, chênes, érables, noisetiers, tilleuls, genêts, buis, dont le sol est parsemé de sceaux de Salomon, de cotinus, de lys, d'ancolies, etc., et atteindre le collet de Saint-André (alt.: 848 m) (P2).
  • Du pont romain : 45 mn.
2ème possibilité de départ : du pont du Pas de l'Escale (A : 886 m)
Suivre la route sur env. 100 m vers l'aval jusqu'à un rocher et un poteau à gauche. Par une trace, descendre vers le ravin (P3-T1). Traverser celui-ci et gravir un rocher à l'amont (P3-T2). S'élever au-dessus sur un flanc très raide (P3) sous une ligne électrique, afin de rejoindre un ancien sentier en corniche que l'on devine à peine sous des escarpements. Vers l'ouest, puis le SUD-OUEST, parcourir ce sentier au mieux, et, après des lacets soutenus par de vieux murets, descendre dans une zone encombrée de végétation, suivie d'un petit éboulis qui aboutit au sentier venant du pont romain (T2 orient.). Avec celui-ci, atteindre le collet de St-André (alt. : 848 m).
  • Du pont du Pas de l'Escale : 1 h 15. Hors itinéraire : un petit sentier s'élève à droite vers les ruines de la chapelle Saint André dont seuls les murs restent debout (P2): 10 mn. Vers le Sud, avec un tracé jaune, s'engager dans un bois en corniche au-dessus de l'Estoublaisse (R.D.). « Entrée des Gorges de Trévans ». Un chemin arrive à droite (tracé rouge), passer à droite d'un gouffre, par endroit, le bois est coupé par des éboulis particulièrement raides. Progressivement, descendre vers le lit de la rivière que l'on traverse sur un pont vermoulu afin d'atteindre le refuge de Valbonnette situé sur l'autre rive (alt. : 752 m) (R.G.).
  • Du collet Saint-André : 40 mn. Équipement : refuge ouvert, Aucun confort, mais bon abri.
Du refuge, 2 possibilités se présentent :
  1. par le fond des gorges : Une trace remonte le lit de la rivière à droite (R.G.). S'il n'y a pas trop d'eau, aucun problème, on peut même monter dans la gorge jusqu'au Pont de Tuf. S'il y a beaucoup d'eau, des bribes de sentes parcourent le flanc de la colline et à un verrou, gravir une trace très raide sur le flanc (R.G.) à travers un bois très sombre parfois fréquenté par des vipères, sur un dénivelé de 80 à 100 m, afin de rejoindre un sentier transversal (tracé vert) (P3) au bas d'escarpements. (Michel Simon, auteur de Randonnées en Haute-Provence, citait ce passage de « masochisme à l'état pur ») (alt. : 850 m). Du refuge de Valbonnette : 45 mn.
  2. Du refuge de Valbonnette, continuer par le tracé rouge vers le NORD-OUEST, puis le Sud, le long du ravin de Mayaiche. A une bifurcation (tracé vert et panneau Pont de Tuf), prendre à gauche en corniche et rejoindre l'arrivée de la 1re possibilité au bas d'escarpements (alt.: 850 m) (P2). Du refuge de Valbonnette  :  45 mn. Avec ce tracé vert, parcourir ces escarpements (P3-11) en balcon au-dessus du ravin, passer sur des rails suspendus en s'aidant d’une main courante et descendre vers la rivière au Pont de Tuf (alt. : 806 m).
  • De la jonction : 45 mn.  Curiosité : arche naturelle en tuf formée par la forte humidité. Outre la rivière qui s'écoule dans une grotte et sous le pont, une cascade coule au-dessus. A l'aval, de nombreuses marmites forment des tourbillons. Coin de fraîcheur très agréable. Monter par un passage rocheux sur env. 50 m (P2-T1) puis en lacets. Atteindre une zone plus aride conduisant au ravin du Feston assez encaissé présentant une succession de marmites qui permettent éventuellement d'offrir un petit bain. (alt. : 918 m).
  • Du Pont de Tuf : 20 mn. Suivre le lit du ravin vers le NORD-EST, puis le N, passer à la ruine des Blaches, peupliers à droite ; le sentier s'élève ensuite à la lisière occidentale d'un bois jusqu'à une crête de roubines (alt. : 1 016 m) (P2). Traverser la crête par des traces dans des roubines, puis, par un petit chemin, descendre à vue vers la ferme du Gros Jas (alt. : 914 m) (P2). Passage de la route C.D. 17.
  • Du ravin du Feston : 1 h. Par la route vers la gauche, rejoindre le Pont de l'Escale en 15 mn ou l'accès au pont romain en 30 mn.
Total du circuit : 5 h.

Saint-Pancrace - Digne
Digne
Vallée de la Bléone - Digne
Digne
Provence

Retour aux questions sur Randonnées pédestres dans le Verdon

Autres informations
Autres catégories