Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

Pioulet-Berbène, Pré-Chauvin-Bandis, Le Breis, Robion

Sentiers de randonnées :

  • Pioulet-Berbène : Les Réglés, de Rougon à Chasteuil, sommet du Pioulet
  • Pré-Chauvin-Brandis : De Chasteuil à Villars-Brandis et Castellane, Sommet de Pré-Chauvin, Les Cadières de Brandis, Les Cadières de Brandis par Villars-Brandis, circuit des Cadières de Brandis par le col des Lèques, Sommet de Pré-Chauvin depuis le col des Lèques, Oratoire Saint-Pierre , Sommet de Pré-Chauvin depuis Taulanne, Sommet de Pré-Chauvin depuis le plan d'Asse de Blieux
  • Le Breis : Circuit du Breis, Circuit de la Colle de Breis, Du point Sublime à Saint-Maimes, Sommet de Breis
  • Le Robion : Tour du Robion, Sommet du Robion, chapelle Saint-Trophime, circuit de Font Fréyière 

Pioulet-Berbène

L'unité naturelle de Pioulet-Berbène se limite au NORD-EST, depuis Blieux, par la Colle Basse, Chasteuil et les Gorges du Verdon jusqu'aux Clues de Carajuan ; au Sud, par Rougon et le C.D. 17 jusqu'aux Fabres ; et au NORD-OUEST, par le Plan de Chanier jusqu'à Blieux.

Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


Les Réglés (1 447 M) (M1)

Difficultés d'ensemble : P2-P3, passages T3. (pour randonneurs moyens entraînés et sportifs). Temps : sens de la description : 2 h, sens inverse : 1 h 30 Dénivellation : montée : 496 m, descente : 11 m.
Kilométrage : 5,300 km. Caractéristiques : parcours très pittoresque en balcon. A effectuer au printemps et en automne.
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

De Rougon (alt. : 962 m), avec le G.R. 4, rejoindre la partie aval de la doline du Suech, à un petit chemin accédant à un pylône de ligne à H.T. (alt. : 1 228 m) (petite canalisation d'eau recouverte laissant percevoir un léger glouglou).
  • De Rougon : 35 mn. S'engager sur ce chemin sur env. 200 m et s'en écarter à gauche par une petite trace mal définie, sur une croupe conduisant à la crête de la Barre de Catalan. Se tenir sur le versant Nord de celui-ci, le versant Sud présente un escarpement très important, et rejoindre le sommet marqué par un piquet (alt. : 1 333 m) et offrant un beau point de vue de toutes parts (P2).
  • Du G.R. 4 : 15 mn. Vers l'Est, poursuivre en balcon par la crête qui descend légèrement à travers buis et lavandes, jusqu'à un clapier conduisant au collet herbeux des Couestes (alt.: 1 330 m) (P2).
  • Du sommet de la Barre de Catalan : 30 mn. Vers le NORD-OUEST, traverser une doline herbeuse située au bas de la croupe sommitale. Emprunter celle-ci au mieux par une trace vers le SUD-EST en dominant des dépressions à gauche, atteindre une très profonde diaclase en travers de notre parcours. Par l'Est, la franchir sur un pont rocheux en bordure de falaise et se trouver devant une seconde diaclase encore plus profonde. Revenir vers le Nord-est sur env. 250 m dans une zone de lapiaz et arriver à la franchir. Vers le SUD-OUEST, entre cette seconde diaclase et une troisième moins profonde, rejoindre le sommet des Réglés (alt. : 1 447 m) après un parcours délicat (P2-T1) sur rochers souvent instables et buis. Poteau sommital.
  • Du collet des Couestes : 40 mn.
  • Du village de Rougon : 2 h. Point de vue : remarquable de toute part. Au Nord, du Mourre de Chanier aux crêtes de Colle Berneiche par les Traversières, le Pioulet, Berbène, Pré-Chauvin et les Cadières de Brandis. Au Sud, le défilé du Canyon du Verdon et la vallée du Jabron dominés par les grands plateaux de la Colle de Breis et du Bois d'Aïre. Curiosités : on peut explorer le fond des diaclases (corde, 3 anneaux de cordelette et mousquetons nécessaires, s'adresse à des randonneurs initiés à l'escalade et ayant un minimum de connaissances sur l'assurage et la sécurité. Nombreux gros blocs de rochers instables, pantalon nécessaire pour les orties.
  • Diaclase centrale (P3-T3) : entrer par le NORD-EST dans la gorge se resserrant progressivement entre deux murailles atteignant une hauteur de 30 m env. Après un sol couvert de buis entre des blocs, ce sont les orties et les fougères scolopendres qui abondent. A une partie étroite (2 m env.) se trouve un ressaut qu'il faut escalader en passant dans une chatière, et 50 m plus loin, descendre (corde nécessaire) dans une zone verticale de blocs instables conduisant plus loin en bordure d'escarpements au sommet d'une cheminée.
  • Diaclase occidentale (P2-T3): l'entrée est plus délicate que la précédente et s'effectue plus à l'aval en descendant dans des blocs instables. Franchir un à-pic d'env. 5 m (encordement recommandé) et circuler au fond de la diaclase en escaladant et désescaladant des blocs, à un tunnel, on peut soit sortir à droite en grimpant à une muraille sur le plateau de lapiez, soit franchir le tunnel, auquel cas on rejoint le haut d'une cheminée située dans l'escarpement.

De Rougon à Chasteuil  (M2)

Par la doline de Suech (accompagné du G.R. 4).
Difficultés d'ensemble : P2 (pour randonneurs moyens) Temps : sSens de la description : 2 h, sens inverse : 2 h Dénivellation : montée : 286 m, descente : 376 m Kilométrage : 7,400 km. Caractéristiques : parcours très agréable. Peut être effectué toute l'année.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

De Rougon (alt. : 962 m), parking, avec l’itinéraire L1, gagner la doline de Suech (alt. : 1 210 m) (P2).
  • De Rougon : 40 mn. Laisser l’itinéraire L1 s'engager à gauche vers le NORD-OUEST, et se porter au Nord. Traverser la doline (pâturages), le chemin est suivi par une ligne électrique à B.T. Au cours du parcours, remarquer de nombreuses ruines d'anciennes bergeries. Atteindre le col de Caron à une bergerie à demi-restaurée (alt. : 1 248 m).
  • De la doline de Suech : 20 mn.
  • Point devue : vers l'est, sur les Cadières de Brandis. Le chemin, ancienne voie romaine, s'oriente vers le NORD-EST sur un tapis d'herbe grasse bordé de buis, et descend en dominant en R.G. le ravin de Passerin. Après quelques sinuosités, il entre dans un bois d'abord vers le Nord, puis vers l'Est, descend la forêt de chênes de Devens — plusieurs murets de l'époque romaine -- jusqu'au village de Chasteuil que l'on atteint à l'école après être passé au-dessus de l'ancien château (alt. : 872 m).
  • Du col de Caron : 1 h.
  • De Rougon : 2 h.

Sommet du Pioulet  (M3)

Par la crête des Traversières  et la crête de Berbène.
Difficultés d'ensemble : P3, avec passage T1 (pour bons randonneurs sportifs).
Temps : sens de la description : 5 h, sens inverse : 5 h Dénivellation : montée : 993 m, descente : 1082 m.
Kilométrage : 15,200 km. Caractéristiques : très beau parcours d'arête. A effectuer de préférence au printemps et à l'automne.
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

De Rougon (alt. : 962 m), parking, avec l’itinéraire L1, gagner la brèche située sur l'éperon ouest des Traversières (alt. : 1 597 m) (P2).
  • De Rougon : 1 h 45. Gravir cet éperon d'abord dans des pâturages, puis dans des éboulis (P2-P3T1) jusqu'au bord du plateau (alt. : 1 715 m). Vers le Nord, escalader la barre rocheuse conduisant au sommet des Traversières (alt. : 1 745 m).
  • De la brèche : 20mn. Suivre la crête vers l'Est, et gagner des pâturages aboutissant au cairn marquant le sommet de la crête des Traversières (alt.: 1 743 m).
  • Du sommet des Traversières : 10 mn. Aller progressivement vers le Nord-NORD-EST, en dominant les escarpements de gauche (NORD-OUEST). Passer aux pointements 1 700 m puis 1 694 m et descendre jusqu'au point 1 673 m pour ensuite monter fortement à l'antécime 1 719 m, puis au sommet du Pioulet (P3-T1) (alt. : 1 744 m) (borne géodésique). Au cours du circuit, au printemps, ce n'est qu'un tapis de fleurs (gentianes printanières, boutons d'or, pivoines sauvages, etc.).
  • Du sommet de la crête des Traversières : 30 mn. Par une descente un peu raide vers le Nord, en bordure de la crête, gagner le haut d'un ravinement (alt. : 1 659 m) et remonter dans des pâturages, puis dans une zone plus tourmentée et parfois rocheuse jusqu'au sommet de la crête de Berbène (alt. : 1 771 m).
  • Du sommet du Pioulet : 25 mn. Point de vue : au Nord, sur la vallée de l'Asse de Bileux et le sommet de Pré Chauvin. Au Sud, sur la vallée du Verdon. Continuer le long de la crête descendant progressivement vers l'Est, le terrain est plus escarpé (P3). Passer un pointement (alt.: 1 649 m) et se diriger vers des escarpements rocheux que l'on évite par le Nord, ceux-ci descendent vers le SUD-EST. Par une croupe, vers le N-NORD-EST (ligne de partage des eaux), descendre à la Colle Basse (alt. : 1 446 m), après être passé à gauche d'une bergerie en ruine.
  • Du sommet de la crête de Berbène : 30 mn (jonction avec les itinéraires L9 arrivant de gauche et N2 arrivant de droite). Avec l'itinéraire N2 en sens inverse, gagner le hameau de Chasteuil (alt. : 873 m).
  • De Colle Basse : 1 h 20.
  • De Rougon : 5 h.

Pré-Chauvin-Brandis

L'unité naturelle de Pré-Chauvin-Brandis est limitée au NORD-OUEST depuis Blieux par le C.D. 21 jusqu'à la R.N. 85 à la Tuilière ; au NORD-EST, par la R.N. 85 jusqu'à Castellane ; au Sud, par le cours du Verdon ; et au SUD-OUEST par une ligne passant à Chasteuil, la Colle Basse, et allant à Blieux.

De Chasteuil à Villars-Brandis et Castellane (N1)

Difficultés d'ensemble : P2 (pour randonneurs moyens) Temps : sens de la description : 3 h 30, sens inverse : 3 h 45 Dénivellation : montée : 239 m, descente : 394 m.
Kilométrage : 11,600 km. Caractéristiques : itinéraire classique. Peut être fréquenté toute l'année.
Cartographie : cartes I.G.N. n 34-42 E, « Senez » et n 35-42 W, « Castellane »

Description de l'itinéraire

Depuis la route C.D. 952 allant de Pont de Soleil à Castellane, une petite route conduit au hameau de Chasteuil (parking avant l'accès dans l'agglomération) (alt.: 873 m). Avec l’itinéraire N2, traverser le village et emprunter le G.R. 4 arrivant de gauche jusqu'au tracé rouge qui s'écarte à gauche (alt.: 882 m).
  • Du hameau de Chasteuil : 30 mn. Continuer avec le G.R. par le chemin en balcon dominant à droite le Verdon. A un coude, on découvre devant soi les Cadières de Brandis qui dominent à gauche et des lames rocheuses à droite. La côte du chemin s'accentue, après un tournant, gagner un palier qui conduit à un petit collet où a été édifié un oratoire (alt.: 977 m).
  • Du tracé rouge (itinéraire N2) : 45 mn. Hors itinéraire : de l'oratoire, un petit chemin s'écarte à droite conduisant en 5 mn à la chapelle Saint-Jean, située sur une arête rocheuse. Celle-ci est dotée d'un campanile, où la cloche a été enlevée ; l'arrière est composé d'une abside. Le chemin s'enfonce dans le vallonnement du ravin de Brandis, vers le NORD-EST, en descendant légèrement. Atteindre celui-ci.
  • De l'oratoire : 10 mn. Par une côte très raide, gagner les ruines de l'ancien village de Brandis (source) (alt. : 1 061 m).
  • Du ravin de Brandis : 20 mn. Historique : le village de Brandis, au pied des Cadières, est composé de ruines. C'est en 1944, pendant la libération de la France, que l'ennemi a envahi le village qui était un repère de la résistance, et brûlé toutes les habitations. Curiosité : des ruines, un tracé jaune conduit à une grande prairie, où ça sent bon la sariette avec, à l'ouest, une zone très humide où vous pouvez voir une forêt de peupliers, de saules et de noyers. Point de vue : magnifique sur les Cadières de Brandis où un flanc régulier d'éboulis descend jusqu'à la grande prairie. Continuer vers l'Est par le G.R. 4, d'abord en descendant, puis en montant régulièrement en suivant les plissements du flanc de la montagne. Passer au ravin de l'Abreuvage puis atteindre un sentier arrivant de gauche (tracé rouge, itin. n° N4). A droite, gagner le hameau de Villars-Brandis (alt. : 1 004 m).
  • Des ruines de Brandis : 30 mn. De Villars-Brandis, on rejoint Castellane par la route communale  8. Effectuer quatre lacets et aller à gauche par un petit sentier qui la retrouve plus bas (alt. : 857 m). Par une piste de terre, se porter aux habitations de la Colle, petite croix puis oratoire (Camping). Un chemin revêtu nous transporte à la route C.D. 952 à Salaou (entrée de Castellane) (alt. : 726 m).
  • De Villars-Brandis : 45 mn. Vers l'Est, par la route, gagner la ville de Castellane (alt. : 718 m).
  • De l'accès à la route C.D. 952: 30 mn.
  • Du hameau de Chasteuil : 3 h 30.

Sommet de Pré-Chauvin (N2)  (1 741 M)

Depuis le hameau de Chasteuil.
Difficultés d'ensemble : P2-T1, avec passages P3 (pour bons randonneurs).
Temps : sens de la description : 2 h 30, sens inverse : 2 h Dénivellation : montée : 890 m, descente : 22 m.
Kilométrage 3,500 km. Caractéristiques : ascension directe et parfois pénible. A parcourir au printemps et à l'automne.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Depuis la route C.D. 952 allant de Pont de Soleil à Castellane, une petite route conduit au hameau de Chasteuil (parking avant d'accéder dans l'agglomération) (alt. : 873 m). Dépasser le village et emprunter le G.R. 4 arrivant de gauche. Celui-ci passe devant un oratoire puis sous une grande bergerie (tilleuls et noyers). Circuler en corniche vers le NORD-EST, en descendant jusqu'au creux du ravin de la Font où l'on rencontre une petite station de pompage (érables et pubescents). Le sentier passe sous des roubines en montant légèrement. Effectuer deux coudes, au troisième, un tracé rouge s'écarte à gauche (alt. : 882 m).
  • Du hameau de Chasteuil : 30 mn. (Les itinéraires  N1 et  N3 continuent par le chemin, ainsi que le G.R.). Avec ce tracé rouge monter par une petite sente (P2-P3) vers le Nord, à travers garrigue, et au-dessus de roubines. Contourner à gauche l'une d'elles et par des lacets très raides, dans un taillis de noisetiers, gagner un petit hameau (alt. 1 064 m) où se situent les ruines du vieux Chasteuil.
  • Du G.R. 4 : 30 mn. Hors itinéraire : à droite, vers l'Est, on peut aller à la tour ruinée du château, dont les quatre murs sont encore debout (5 mn). Vers le NORD-OUEST, monter régulièrement à travers garrigue et taillis, puis suivre à droite (R.G.) le ravin du Roi jusqu'au col de Colle Basse, en évitant au début une roubine par la droite (jonction avec les itinéraires M3 et N9) (ruines d'une ancienne bergerie) (alt. : 1 446 m).
  • Du vieux Chasteuil : 1 h. Avec l’itinéraire° N9, vers le NORD-EST, rejoindre le sommet de Pré-Chauvin (alt. : 1 741 ml.
  • De la Colle Basse : 30 mn.
  • Du hameau de Chasteuil : 2 h 30.
Retour :
Par le même itinéraire en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).
Par l’itinéraire N6 en sens inverse : 2 h 15 (soit au total : 4 h 45).
Par l’itinéraire N8 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).
Par l’itinéraire N9 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).

Les Cadières de Brandis (N3)  (1 545 M)

Depuis le village ruiné de Brandis.
Difficultés d'ensemble : P2-T1 (pour très bons randonneurs) Temps : sens de la description : 3 h 15, sens inverse : 2 h 45 Dénivellation : montée : 723 m, descente : 51 m.
Kilométrage : 6,000 km. Caractéristiques : itinéraire très sauvage dans un cadre très dur. La montée est souvent pénible.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Du hameau de Chasteuil (alt. : 873 m), avec l’itinéraire N1 rejoindre le village ruiné de Brandis (alt. : 1 061 m).
  • De Chasteuil : 1 h 45. Se porter à gauche, suivi d'un ancien tracé jaune, et atteindre une grande prairie. La traverser ainsi qu'un bois de saules et de peupliers afin d'atteindre le bas du pierrier descendant des Cadières. S'engager dans le vallonnement formé à gauche, au milieu de noisetiers. L'abandonner assez vite pour s'élever sur les coteaux de gauche, assez boisés, afin d'atteindre le sommet de la Barre de l'Aigle (alt. : 1 212 m).
  • Des ruines de Brandis : 35 mn. A flanc, par une trace, suivre un nivellement vers l'ouest, et monter vers le Nord sur un coteau de garrigues parsemé de pins, jusqu'à un ravinement que l'on gravit vers le NORD-EST dans un pierrier en traversant par endroit des taillis (attention : vipères). Passer à gauche (ouest) du Menhir — première colonne formant les Cadières — des lacets conduisent au collet du plan situé entre les Cadières de Brandis et la crête du Pas du Loup (alt. : 1 484 m).
  • De la Barre de l'Aigle : 45 mn. Se porter à droite (Est-SUD-EST) par des traces jusqu'à l'effondrement des Cadières et elles-mêmes (alt. : 1 545 m).
  • De l'accès au plan : 10 mn.
  • Du hameau de Chasteuil : 3 h 15.
Retour :
Par le même itinéraire en sens inverse : 2 h 45 (soit au total : 6 h)
Par l’itinéraire° N4 en sens inverse : 2 h 45 (soit au total : 6 h).

Les Cadières de Brandis (N4)   (1 545 M)

Par Villars-Brandis
Difficultés d'ensemble : P2 (pour bons randonneurs). Temps : sens de la description : 3 h 30, sens inverse : 2 h 45 Dénivellation : montée : 827 m.
Kilométrage : 9,300 km. Caractéristiques : itinéraire rapide et très agréable, malgré une partie aride. A effectuer de préférence au printemps et en automne. Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

De Castellane (alt. : 718 m), emprunter la route C.D. 952 vers Comps-sur-Artuby jusqu'à Salaou (alt. : 726 m) (à 2 km env. de Castellane). Suivre le C.D. 8 accompagné du G.R. 4 dont ce dernier s'écarte à droite vers le hameau de Villars-Brandis, en montant vers la Colle (camping). Atteindre une bifurcation (oratoire) et franchir le ravin de Brayal (alt. : 758 m).
  • De Castellane : 45 mn.
  • De la Colle : 45 mn. Curiosité : sympathique petit hameau des Préalpes datant du XIIe siècle dont le nom d'origine fut « Brandisium ». Il est composé d'un nombre réduit d'habitations, avec un gîte d'étape à l'entrée, puis un oratoire. Petite église et fontaine au-dessus du hameau. Autour, plusieurs petits vergers de pommiers et de poiriers. Traverser le hameau et contourner l'église par la droite pour s'élever dans une zone de garrigue, passer sous une ruine, à une croupe, le G.R. 4 s'écarte à gauche ; emprunter un tracé jaune (ancien tracé rouge) qui s'élève à droite sur la croupe vers le NORD-OUEST, puis vers le Nord en direction d'un ravinement. Par des lacets sur les coteaux des Deversets, à travers une zone dénudée vers le haut, atteindre la crête de Colle Bernaîche, au coude de la piste allant à la station de télé (alt. : 1 392 m). Emprunter la piste à gauche qui s'élève vers la station (antenne) (alt. : 1 420 m).
  • Du hameau de Villars-Brandis : 1 h 10. Avec l’itinéraire° N5 en sens inverse, rejoindre les Cadières de Brandis (alt. : 1 545 m).
  • De la station télé de Colle Bernaîche : 50 mn.
  • De la ville de Castellane : 3 h 30.
Retour:
Par le même itinéraire en sens inverse : 2 h 45 (soit au total : 6 h 15)
Par l'itinéraire n° N3 en sens inverse : 2 h 45 (soit au total : 6 h 15).

Circuit des Cadières de Brandis (N5)  (1 545 M)

Depuis le col des Lèques
Difficultés d'ensemble : P2-T1, avec passage T2. (pour randonneurs avertis). Temps : sens de la description : 2 h 45, sens inverse : 2 h 45 Dénivellation : montée : 615 m, descente : 615 m
Kilométrage : 7,800 km. Caractéristiques : très bel itinéraire classique dans un cadre particulièrement sauvage, semblable à celui du Vercors. Peut être effectué toute l'année. L'hiver, attention à des zones gelées dans les lapiaz. Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Par la route N. 85 (route Napoléon), rejoindre le col des Lèques situé à env. 10 km à l'ouest de Castellane. Possibilité de stationnement (alt. 1 148 m).
Vers le Sud, emprunter une piste de terre qui passe à gauche d'un terrain de tennis. A env. 750 m, se trouver à une bifurcation (signalisation ; jalonnement jaune sur les deux chemins) (alt. : 1153 m).
  • Du col des Lèques : 10 mn. Laisser la piste poursuivre vers le Sud à gauche; mais prendre à droite, vers l'ouest, la direction "Taulanne". Ce chemin s'enfonce dans un bois de pins à crochets et de buis, dont le sol parsemé de blocs rocheux est tapissé de mousse. Nous sommes dominés à gauche par une montagne ruiniforme. Plus loin, en suivant le côté gauche d'un ravinement (R.D.), on rencontre des genévriers et des noisetiers. Arriver à une bifurcation (alt. : 1 210 m).
  • De la bifurcation (alt. : 1 153 m) : 25 mn. Laisser à droite le chemin qui descend vers Taulanne (point blanc) ainsi que celui qui poursuit devant soi, pour emprunter à gauche, vers le Sud : un petit sentier, suivi du tracé jaune, qui s'élève fortement dans le bois très serré de Chalonnet. Atteindre un sentier transversal. Se porter à droite, vers l'ouest et très rapidement progresser de nouveau vers le Sud à droite d'un chaos morainique. C'est sous un couvert de hêtres, d'ormes et de buis que l'on aborde le bas de la falaise de la Tête de la Barre de la Sapée (alt. : 1 397 m). « Si vous avez de la chance, vous pouvez rencontrer des chevreuils et des chamois - ça nous est arrivé ».
  • De la bifurcation, alt. 1 210 m : 15 mn. En balcon, le sentier circule vers l'ouest dans un chenal naturel, au-dessus de la forêt. La vue est saisissante sur la vallée de Taulanne, et la progression est parfumée par des touffes de lavandes. Après avoir gravi quelques blocs, descendre dans un tunnel formé par le glissement d'une strate; encore un petit ressaut qui conduit au-dessous sur une corniche (P2-T1-T2). La suivre sur une quinzaine de mètres et s'élever progressivement dans des rochers afin d'atteindre un chaos dans une zone de lapiaz (attention aux blocs parfois instables ainsi qu'à des failles souvent très profondes). Le site est particulièrement sauvage et unique. Descendre dans une petite grotte étroite et remonter sur un plateau boisé que l'on traverse jusqu'à un carrefour (un ancien tracé vert arrive à droite) (alt. : 1 508 m) (l’itinéraire N3 arrive de droite; l’itinéraire N4 arrive à gauche et l’itinéraire N6 s'écarte à droite.
  • Du bas de la falaise : 30 mn.
Hors itinéraire : par des traces, s'écarter à droite vers le SUD-OUEST jusqu'à une crête afin de voir les fabuleuses tours que représentent les Cadières de Brandis ainsi que l'effondrement chaotique qui les sépare de la crête (alt. 1545 m) (15 mn) (P2 T1). On peut ensuite suivre la crête, vers l'Est, un ancien tracé jaune ramène à l'itinéraire.
Vers la gauche (E), monter sur un petit plateau dans un bois de pins noirs, dont le sol est jonché de framboisiers et de myrtilles. Le sentier s'écarte au SUD-EST afin de se trouver dans le prolongement Est des Cadières. Le milieu devient plus dégagé et la vue est magnifique au-dessus du cours du Verdon dominé par le sommet du Robion. C'est au milieu de genêts très bas que l'on se dirige à l'Est, puis, après une pente vers le S, revenir vers l'W en descendant progressivement jusqu'à un éperon où le sentier effectue une boucle (P.V. sur les Cadières). De nouveau vers l'Est, circuler en traversée sur le flanc de la colline et rejoindre le sommet de la crête de la Colle Bernaîche à une station TV (plusieurs antennes et locaux techniques) (alt. : 1 420 m).
  • Du chaos des Cadières de Brandis : 40 mn. Point de vue : généreux sur l'ensemble du Pays du Verdon. On est dominé au NORD-OUEST par la tête de la Barre de la Sapée marquée par une croix au sommet. Une piste arrive en face, la suivre; 300 m plus loin, arriver à une bifurcation (signalisation). Laisser en face la piste qui descend vers Villard-Brandis (avec un tracé jaune et ancien tracé rouge) (itinéraire n° N4). Prendre celle de gauche (tracé jaune) qui ramène au col des Lèques. Vers le Nord, contourner le rocher du Castel de Ruel, remarquer par endroit de belles carlines, éviter un premier lacet en empruntant un sentier à travers un bois de mélèzes, de pins à crochets et de pins cembrus qui ramène plus bas à une boucle de la piste. Vers l'aval, la parcourir. Un chemin DFCI arrive à contresens à droite (alt. : 1211 m). Poursuivre à gauche en s'inclinant au NORD-OUEST, revenir progressivement au N et atteindre la bifurcation de départ (alt.: 1153 m). Rejoindre plus loin le col des Lèques (alt. : 1 148 m).
  • Du sommet de la Colle Bernaîche : 45 mn.
Total du circuit : 2 h 45.

Sommet de Pré-Chauvin (N6)  (1 741 M)

Depuis le col des Lèques.
Difficultés d'ensemble : P2-T1 avec passage T2. (pour randonneurs moyens et sportifs). Temps : sens de la description : 2 h 45, sens inverse : 2 h 15 Dénivellation : montée : 631 m, descente : 38 m.
Kilométrage : 5,200 km. Caractéristiques : parcours peu fréquenté et souvent accidenté, offrant une vue magnifique. A effectuer de préférence au printemps et en automne.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34.42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Par la R.N. 85, rejoindre le col des Lèques situé à 10 km à l’ouest de Castellane (parking) (alt.: 1 148 m). Avec l’itinéraire N5, gagner le carrefour du tracé vert (alt.: 1 508 m). — Du col des Lèques : 1 h 20.
S'écarter à droite (vers l'ouest avec le tracé vert) pour traverser le plateau puis monter dans un chaos de blocs parfois très instables, conduisant à une crête (alt. : 1 527 m).
  • Du carrefour avec le tracé jaune : 10 mn. Suivre la crête à peu près horizontale et atteindre la brèche du Pas du Loup (alt. : 1 530 m).
  • De l'accès à la crête : 15 mn. La crête du Pas du Loup s'oriente vers le NORD-OUEST. Parcourir son taillant par une trace dans une zone de blocs et de lapiaz dominant un versant Sud très aride et rocailleux et un versant Nord particulièrement boisé. Atteindre le sommet d'une antécime (alt.: 1 626 m).
  • Du Pas du Loup : 30 mn. Descendre à une selle et gravir l'arête sommitale conduisant à la cime du Pré-Chauvin (alt. : 1 741 m) (se tenir souvent sur le versant Nord, à cause des escarpements situés à gauche) (borne géodésique, cairn).
  • De l'antécime 1 626 m : 30 mn.
  • Du col des Lèques : 2 h 45. Point de vue : saisissant sur la vallée de Blieux et le cirque de la chaule de montagne contournant jusqu'au Mourre de Chanier.
Retour:
Par le même itinéraire en sens inverse : 2 h 15 (soit au total : 5 h).
Par l’itinéraire° N2 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 45).
Par l’itinéraire° N8 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 45).
Par l’itinéraire° N9 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 45).

Oratoire Saint-Pierre (1144m) (N7)

Difficultés d'ensemble : P2 (pour promeneurs)
Temps : sens de la description : 0 h 30, sens inverse : 0 h 20 Dénivellation : montée : 106 m, descente : 3 m.
Kilométrage : 1,200 km. Caractéristiques : promenade agréable sans difficultés particulières. Peut être parcourue toute l'année.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Par la route R.N. 85, env. 500 m au NORD-OUEST, avant d'atteindre l'accès au hameau de Taulanne, un petit chemin s'écarte vers l'ouest (parking, 150 m au Nord) (alt. : 1 041 m). Par un petit pont de bois, franchir le ravin de Sant Peire (tracé jaune). Un bon chemin circule vers le NORD-OUEST, bordé de peupliers et d'aulnes. Passer à gauche des ruines du Logis entourées de pruniers sauvages, puis traverser le ravin de la Serre. Dans un sous-bois, gravir un chemin soutenu par un muret, après trois lacets, atteindre la crête rocheuse de la montagne où a été édifié l'oratoire Saint-Pierre en 1815 (alt. : 1 144 m) (l’itinéraire° N8 s'écarte à gauche au troisième lacet).
  • De la R.N. 85 : 30 mn. Curiosité : l'environnement en est sa caractéristique. Si le haut de la montée par le versant Sud est particulièrement aride, à travers une maigre végétation de genêts, le versant opposé est tout à fait différent et offre un couvert très serré de feuillus, tels : pubescents, érables, noisetiers, etc.

Sommet de Pré-Chauvin (1741m) (N8)

Depuis Taulanne
Difficultés d'ensemble : P2-T1 (pour bons randonneurs). Temps : sens de la description : 2 h 30, sens inverse : 2 h. Dénivellation : montée : 708 m, descente : 8 m
Kilométrage : 4,600 km. Caractéristiques : itinéraire peu fréquenté, pourtant très intéressant. A effectuer de préférence au printemps et en automne.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Par la route R.N. 85, env. 500 m au NORD-OUEST, avant d'atteindre l'accès au hameau de Taulanne, un petit chemin s'écarte à l'ouest (parking à 150 m au Nord) (alt. : 1 041 m).
Avec l’itinéraire° N7, rejoindre le dernier lacet conduisant à l'oratoire Saint-Pierre, et par une trace à gauche, s'écarter vers le NORD-OUEST, à travers un terrain assez aride, composé de genêts. Monter vers le bas du ressaut rocheux qui domine, et le contourner par la gauche (P2-T1). Gravir un raidillon de pierrailles qui rejoint la crête à l'W d'un signal géodésique (alt. : 1 252 m).
  • De la R.N. 85 : 40 mn. Vers l'ouest, par une petite trace, parcourir la crête d'abord en s'élevant fortement (P2) jusqu'au point 1 309 m ; la côte s'atténue, et la crête s'incline vers le SUD-OUEST. Monter régulièrement au-dessus d'escarpements situés au Nord, c'est ensuite vers le S que l'on progresse sur un terrain assez aride avec quelques pins isolés. Atteindre un replat (alt. : 1 626 m) (P2).
  • De l'accès à la crête : 1 h 20. Traverser ce replat sur env. 500 m, une côte très prononcée fait suite jusqu'au sommet de Pré-Chauvin (alt. : 1 741 m) (P2).
  • Du replat : 30 mn.
  • De la route R.N. 85 : 2 h 30. Point de vue : cf. itinéraire N6.
Retour :
Par le même itinéraire en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).
Par l’itinéraire° N2 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).
Par l’itinéraire° N6 en sens inverse : 2 h 15 (soit au total : 4 h 45).
Par l’itinéraire° N9 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).

Sommet de Pré-Chauvin (1 741 M) (N9)

Depuis le plan d'Asse de Blieux
Difficultés d'ensemble : P2, passages P3-T1
Temps : sens de la description : 2 h 30, sens inverse : 2 h Dénivellation : montée : 878 m, descente : 12 m
Kilométrage : 5,100 km. Caractéristiques : ascension classique dans la forêt, très agréable. A effectuer toute l'année, éviter les heures chaudes de l'été.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Par la route C.D. 21, ne pas rejoindre le village de Blieux, mais au Plan d'Asse, emprunter une petite route descendant vers la rivière de l'Asse de Blieux que l'on franchit sur un pont de bois. Possibilité de stationner près d'une exploitation de bois (alt.: 875 m). Emprunter le chemin charretier vers l'Est franchissant le ruisseau de la Castelle sur un pont de bois. Celui-ci s'élève parfois fortement (ligne électrique à B.T.). Passer à gauche des ruines du Diufrei puis atteindre la bergerie et la ferme de la Castelle (entièrement restaurée) (alt. : 955 m).
  • Du Plan de l'Asse de Blieux : 25 mn. Laisser les chemins et sentiers de gauche, vers le Sud, s'élever régulièrement par un petit chemin d'abord à travers prairies en jachères puis à la lisière du bois. Passer à droite des ruines de Luguette et plus loin entrer dans la forêt de la Platrière. Franchir le ravin de la Platrière (alt. : 1 033 m) puis après une montée à peine prononcée, traverser un second ravin pour ensuite se trouver 100 m plus loin à une bifurcation (alt. : 1 082 m).
  • De la ferme de la Castelle : 20 mn. Emprunter le chemin de gauche vers le SUD-EST, qui s'élève franchement sur la croupe de la forêt entre deux ravinements. Très vite, on gagne de l'altitude sans pour autant que la côte soit très forte. Le sentier jouxte le ravin. La côte se redresse à travers un bois de pins noirs très dense, puis suivre à gauche (R.D.) le ruisseau de la Castelle jusqu'à la Colle Basse (alt.: 1 446 m) (ruines à droite).
  • De la bifurcation (alt. : 1 082 m) : 1 h (l’itinéraire M3 arrive à droite, l’itinéraire N2 arrive en face).A gauche, s'élever en direction N-NORD-EST sur la croupe de la montagne assez aride, seulement couverte de prairies. La côte est régulière, mais très raide et rectiligne pour aboutir directement au sommet de Pré-Chauvin (alt. : 1 741 m) (borne géodésique).
  • De la Colle Basse : 45 mn.
  • Du Plan d'Asse de Blieux : 2 h 30. Point de vue : cf. itinéraire  N6.
Retour :
Par le même itinéraire en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).
Par l’itinéraire° N2 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).
Par l’itinéraire° N6 en sens inverse : 2 h 15 (soit au total : 4 h 45).
Par l’itinéraire° N8 en sens inverse : 2 h (soit au total : 4 h 30).

Le Breis

L'unité naturelle du Breis est limitée au N, depuis Rougon, par le C.D. 952 jusqu'à Pont de Soleil ; à l'Est, par le C.D. 955 jusqu'à Trigance, puis le C.D. 90 jusqu'aux limites du Camp de Conjuers ; au Sud, par la limite du Camp de Canjuers jusqu'au Pont de l'Artuby ; à l'ouest, par l'Artuby et le Grand Canyon du Verdon jusqu'à Rougon.

Circuit du Breis (P1)

Difficultés d'ensemble : P2, T1 orientation (pour bons randonneurs) Temps : sens de la description : 3 h 30, sens inverse : 3 h 30 Dénivellation : montée : 385 m, descente : 385 m.
Kilométrage : 10,700 km. Caractéristiques : circuit classique très intéressant et varié. Peut être effectué toute l'année.
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Du petit village de Trigance (alt. : 788 m), (parking situé au Sud), se diriger vers le Nord et descendre par une petite route, accompagnée de tracés jaune et rouge. A une épingle, continuer dans la même direction par une piste (petite barrière), laissant le chemin de Carajuans à droite ainsi que le tracé jaune (alt. : 772 m).
  • Du village  de Trigance : 15 mn. Suivre la piste bordée de pins et de buis. A l'alt. 825 m, effectuer une double épingle, et plus loin, la piste fait place à un chemin — mais pour combien de temps ? Celui-ci monte régulièrement dans le magnifique bois parsemé de gros blocs rocheux recouverts de mousse. Atteindre une bifurcation (alt. : 874 m).
  • De la bifurcation (alt. 874 m) : 30 mn. Avec le tracé rouge, prendre à gauche, la côte se redresse légèrement aux alt. 930 m et 950 m ; effectuer des lacets et plus haut atteindre un replat au Sud (alt. : 1 035 m).
  • Du début de la piste : 45 mn. Ce n'est plus qu'un petit sentier se faufilant dans le bois qui vers l'ouest nous conduit à la crête de Casseyère (alt. : 1 040 m). Parcourir le versant Est de cette crête, notre parcours est soutenu par des pierres au milieu de la garrigue, dominée à gauche par les escarpements du sommet de Breis. C'est ensuite dans un bois de pins et de pubescents, au sol tapissé de fraisiers, que nous atteignons le collet de Breis (alt. : 1 134 m). Descendre vers un large chemin (alt. : 1 117 m) (arrivée à droite du G.R. et d'un tracé jaune ainsi que de l’itinéraire P3).
  • Du replat de la Colle de Breis : 30 mn. Emprunter ce chemin s'élevant à gauche et très rapidement gagner le col d'Entreverges (alt.: 1 140 m).
  • De l'accès à la piste : 10 mn.  Hors itinéraire : du col d'Entreverges, on peut atteindre facilement à droite la crête de l'Arme-Vieille en suivant des drailles à moutons à gauche de zones rocheuses. Vers le Sud, parcourir celle-ci à travers arbustes jusqu'au sommet (alt. : 1 251 m) (du col d'Entreverges : 20 mn). Par un bon chemin, descendre entre des pâturages jusqu'à la ferme d'Entreverges que l'on évite par la gauche (alt. : 1 096 m).
  • Du col d'Entreverges : 10 mn. Curiosité : cette ferme habitée se compose d'une bergerie et de nombreuses dépendances. Devant l'habitation principale, havre de fraîcheur sous les arbres. Au Sud de la ferme, accéder à un chemin carrossable que l'on jouxte seulement pour s'écarter à gauche vers l'ouest puis le Nord par une caraire qui conduit à une nouvelle demeure (tracé jaune et G.R.). Avant d'atteindre celle-ci, s'écarter à droite pour traverser une prairie jusqu'au collet séparant les sommets de Breis et de Biach (source) (alt. : 1 063 m).
  • De la ferme d'Entreverges : 15 mn. Traverser un ravinement et suivre le flanc Sud et rocheux de la Serrière du Preil, en descendant régulièrement par un sentier à travers buis, genêts et genévriers. Dans une pinède parsemée de pubescents, gagner un bon chemin (alt. : 928 m), construction au-dessus.
  • Du collet (alt. : 1 063 m) : 35 mn. Descendre à droite en laissant de part et d'autre des accès aux résidences, puis, à un carrefour, le tracé jaune s'écarte à droite. Avec le G.R., aller tout droit vers l'Est, puis vers le Nord, et de nouveau vers l'Est, afin de rejoindre le village de Trigance après être passé à gauche d'un puits en forme de pain de sucre (alt. : 788 m).
  • De l'accès au chemin : 20 mn.
Total du circuit : 3 h 30.

Circuit de la Colle de Breis (P2)

Par Carajuan.
Difficultés d'ensemble : P2, avec passages P3 et T1. (pour randonneurs moyens). Temps : sens de la description : 2 h 45, sens inverse : 2 h 45 Dénivellation : montée : 188 m, descente : 188 m.
Kilométrage : 8,100 km. Caractéristiques : la première moitié du circuit s'effectue dans un bois très agréable. Le retour vers Trigance emprunte une piste qui rend le parcours parfois monotone. Peut être effectué toute l'année.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Du village de Trigance (alt. : 788 m) (parking à l'entrée Sud), le traverser vers le Nord et descendre par une petite route, accompagné des tracés jaune et rouge. A une épingle, laisser à gauche une piste (itinéraire P1) et prendre la direction du Pont de Carajuan (panneau) avec le tracé jaune (alt. 772 m).
  • De Trigance : 15 mn. Descendre dans une pinède et atteindre une piste forestière. La suivre jusqu'à une bifurcation (alt. : 740 m).
  • De la route : 10 mn. Laisser le tracé jaune suivre la piste à droite et parcourir le bon chemin de gauche dans un bois de magnifiques grands arbres (pins et pubescents). A la ruine des Granges de Breis, s'orienter vers le NORD-OUEST dans un vallonnement qui s'élève vers une selle (alt. : 805 m), aux côtés de restanques couvertes de mousse. Très belle vue sur la barre de l'Aigle en face et à droite sur les Cadières de Brandis et le Robion.
  • De la piste : 45 mn. Amorcer une descente par un petit sentier très agréable, d'abord vers le Nord, puis vers l'Est-NORD-EST. Se trouver à une zone plus dégagée et dominer le confluent du Jabron avec le Verdon. Par un raidillon très raide (P2-P3-T1), descendre à la piste abandonnée précédemment, au lieu-dit « les Salaus » (alt. : 660 m).
  • De la Selle (alt. : 805 m) : 20 mn. Hors itinéraire : par curiosité, suivre la piste à gauche pour découvrir le Pont de Carajuan. Vers le Sud, emprunter la piste qui s'élève régulièrement jusqu'à la bifurcation (alt. : 740 m).
  • Des Salaus : 45 mn. Avec le parcours de départ en sens inverse, rejoindre le village de Trigance (alt. : 788 m).
  • De la bifurcation (alt.: 740 m) : 30 mn.
Total du circuit : 2 h 45.

Du point Sublime à Saint-Maimes (P3)

Par le col d'Entreverges.
Difficultés d'ensemble : P2 (pour randonneurs moyens) Temps : sens de la description : 2 h 15, sens inverse : 2 h Dénivellation : montée : 520 m, descente : 251 m.
Kilométrage : 6,400 km. Caractéristiques : très beau parcours dans une forêt fabuleuse. Peut être effectué toute l'année.
Cartographie : carte I.G.N. n 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Env. 1 km avant d'atteindre l'extrémité de la route C.D. 234 accédant au point de vue du Couloir Samson, le G.R. et un tracé jaune traversent la route (possibilité de stationnement) (alt. : 711 m).
Vers le SUD-EST, emprunter ces tracés par un chemin de terre sur env. 50 m puis descendre par un petit sentier dans le bois (P2-P3-T1), passer sous une petite grotte, à gauche et rejoindre plus bas le Pont de Tusset enjambant le Verdon (ait.: 620 m).
  • De la route C.D. 234: 15 mn. Curiosité : pont médiéval en forme de voûte dont le sol avait été caladé. Vers l'ouest, circuler en corniche au-dessus du Verdon, passage un peu exposé, et entrer dans le bois aux essences très variées (pins, fusains, érables, acacias, pubescents, buis, etc.). Après avoir franchi le ravinement de Combe Drêche, monter en lacets (P2) puis atteindre une zone plus dégagée couverte de noisetiers en dominant le vallon de Serre Meyan situé à droite. Passer à la source de Serre Meyan (alt. 754 m).
  • Du Pont de Tusset : 20 mn. Le sentier s'élève toujours en lacets et entre dans une magnifique forêt d'érables très hauts ; rejoindre à gauche le rocher de la Renardière, où une petite grotte s'ouvre devant nous (alt. : 868 m).
  • De la source de Serre Meyan : 15 mn. Progresser vers le Sud dans une chênaie de pubescents, où quelques pins supportent souvent des touffes de gui. Laisser un sentier s'écarter à droite ; de temps en temps, effectuer des crochets dans le bois de la Ferraja, où le parcours est très agréable, puis en balcon, dominer la ferme d'Encastel entièrement restaurée, avec au-dessus, une paroi qui la domine dont le bas est marqué par une grande faille rocheuse horizontale (la rimaye). Derrière ce décor, au-delà du Verdon, se développe la falaise de l'Escalès. Plus haut, atteindre la piste d'accès à la ferme d'Encastel (alt. : 1 047 m).
  • Du Rocher de la Renardière : 30 mn. Suivre cette piste vers le Sud, et très vite, le tracé rouge de l’itinéraire P1 arrive à gauche (alt. : 1 117 m).
  • De l'accès à la piste : 5 mn. Avec l’itinéraire P1, rejoindre le col d'Entreverges (alt. : 1 140 m) et, plus loin, la ferme d'Entreverges (alt. : 1 096 m).
  • De l'arrivée du tracé rouge : 20 mn. Par la piste carrossable et l’itinéraire P5, en sens inverse, rejoindre la ferme de Saint-Maimes (alt. : 980 m).
  • De la ferme d'Entreverges : 30 mn.
  • Du Belvédère du Couloir Samson : 2 h 15.

Sommet de Breis (P5) (1 280 M)

Cime de Biach (1 213 M)
Depuis Saint-Maimes
Difficultés d'ensemble : P2-T1 (pour randonneurs moyens). Temps : sens de la description. : 1 h 30 –1 h 15, sens inverse : 1h15-1h Dénivellation : montée : 333 m/266 m, descente : 33 m Kilométrage : 2,900 km. Caractéristiques : itinéraire très curieux dans un cadre sauvage. A effectuer de préférence au printemps et à l'automne.
Cartographie : carte I.G.N. n° 34-42 E, « Senez »

Description de l'itinéraire

Sur la route C.D. 71, entre Comps-sur-Artuby et Aiguines, rejoindre le lieudit : Saint-Maimes, env. 4 km à l'ouest du carrefour avec la route C.D. 90 (alt. : 980 m) (parking possible). Env. 500 m avant d'atteindre Saint-Maimes, un petit chemin carrossable s'écarte vers le N, l'emprunter à flanc de coteau, celui-ci s'incline vers le NORD-OUEST dans un vallonnement qui conduit à la ferme d'Entreverges (alt. : 1 096 m) (jonction avec l’itinéraire P1 et n P3).
  • De la route C.D. 71 : 30 mn. Avec l’itinéraire P1, gagner la source située au collet séparant la Cime du Biach et le sommet de Breis (alt. : 1 063 m).
  • De la ferme d'Entreverges : 15 mn.
a) Vers la Cime de Biach
Vers le Sud, s'élever sur le flanc E de la crête de Biach, afin d'éviter une zone rocheuse, puis se porter à droite sur le taillant de l'arête que l'on suit, se terminant par une échine rocheuse facile et assez amusante, mais n'étant pas dépourvue de risques (T1) (alt. : 1 213 m).
  • De la source au collet : 30 mn.
  • De Saint-Maimes : 1 h 15.
b) Vers le sommet de Breis
Du collet, gravir le flanc Sud de la Serrière du Preil, marqué par de nombreuses traces, mais aussi par des lapiaz. Entre buis et rochers, rejoindre au mieux la crête de la Serrière du Preil. Vers la gauche (W), suivre cette crête au sol assez tourmenté jusqu'au sommet de Breis (alt. : 1 280 m).
  • De la source au collet : 45 mn.
  • De Saint-Maimes : 1 h 30.

Le Robion

L'unité naturelle de « Robion » est limitée au Nord, par le cours du Verdon, depuis Chasteuil à Castellane ; à l'Est, par le C.D. 102 puis le C.D. 252 jusqu'à Jabron ; au Sud et SUD-OUEST, par le C.D. 955 jusqu'à Trigance ; à l'ouest, par le C.D. 255 et le cours du Verdon jusqu'à Chasteuil.

Tour du Robion (Q1)

Difficultés d'ensemble : P2, passage T1 (pour bons randonneurs) Temps : sens de la description : 5 h, sens inverse : 5 h. Dénivellation : montée : 648 m, descente : 648 m.
Kilométrage : 15,900 km. Caractéristiques : l'un des plus beaux parcours du Pays du Verdon. Allie la Haute-Provence avec les Préalpes du Sud. Curieux cocktail de végétation. Vue souvent magnifique. Peut être effectué toute l'année. Cartographie : cartes I.G.N. n 35-42 W, « Castellane », et n 34-42 E « Senez »

Description de l'itinéraire

De Castellane (alt. : 718 m), franchir à l'Est le Verdon, puis suivre à droite la route C.D. 102 vers l’ouest, sur environ 2 km. Encorbellement au lieu-dit « Chamateuil », pour stationner (alt. : 732 m). Avec l'itinéraire Q2, emprunter les tracés rouge et jaune qui descendent vers le torrent de Rayaup, à travers buis et pins à crochets, dans une zone d'effritement rocheux. Atteindre le torrent que l'on traverse à gué (alt. : 712 m) (P2-T1).
  • De la route C.D. 102 : 5 mn. Monter sur le versant opposé du torrent (P2) dans un sous-bois de pins et de buis, parsemé de pubescents, au sol couvert de mousse. Effectuer plusieurs lacets puis progresser vers le SUD-OUEST sur environ 750 m où se trouve la bifurcation montant au sommet du Robion (alt. : 834 m).
  • Du torrent de Rayaup : 25 mn. Le tracé rouge s'écarte à gauche, continuer avec le jaune, d'abord par de petits lacets dans une zone rocheuse, puis vers l'ouest et le SUD-OUEST, en suivant les plissements de la montagne à travers les noisetiers, parfois interrompus par des couloirs d'éboulis. Passer en corniche au bas de dalles (T1, exposé). Dans un bois, rencontrer un panneau indiquant « Tour du Robion », puis passer au-dessus de roubines et atteindre le carrefour du Fumeis (panneau à gauche conduisant au clos Richerme par l'Ubac).
  • De la bifurcation avec le tracé rouge : 1 h. Point de vue : très joli sur le hameau de Taloire suspendu sur un promontoire de la montagne, qui ne s'atteint que par une piste non revêtue. Cité construite en 1200 environ sous le nom de Talodoira. Continuer en traversant un couvert de cerisiers sauvages, témoignage d'une ancienne exploitation fruitière, puis à travers buis au sol couvert de sariette, atteindre une zone escarpée suivie d'un bois de mélèzes qui conduit à la Basse de Taloire (La Colle). Un sentier arrive à droite depuis Taloire (alt.: 1 148 m).
  • Du carrefour du Fumeis : 45 mn. Curiosité : elle se caractérise par l'environnement végétal où l'on est confronté à toutes sortes d'essences : pins cembrus souvent couverts de gui, pins à crochets, cèdres, mélèzes, buis, cades, pubescents, etc., soit un cocktail méditerranéen et alpestre.
Hors itinéraire : à droite, vers l’ouest, on peut rejoindre le sommet de la Colle par une trace, en 5 mn (drapeau et point géodésique) (alt. : 1 193 m).
Dès que l'on aborde le versant Sud, on domine le camp bouddhiste du château de Soleils. Le sentier circule dans le bois, plus clairsemé de cèdres bleus et de pins cembru. Traverser une brève zone morainique, dominer une piste à droite et atteindre les ruines de la ferme de Fontpuge (alt. : 970 m).
  • De Basse Taloire : 30 mn. Passer plus loin, au-dessus d'un carrefour de piste, et déboucher ensuite au coude d'une piste (alt. : 1 069 m).
  • Des ruines de Fontpuge : 15 mn. Descendre à droite sur environ 200 m, à un tournant à droite, carrefour ; barrière D.F.C.I. à gauche. La franchir et suivre un chemin à gauche (E) en s'élevant, laissant à droite un autre chemin descendant aux ruines de la Doux. Monter régulièrement (avec l'itinéraire Q4), passer sous une ligne à H.T., et plus loin, un petit chemin arrive de droite en épi (arrivée de l'itinéraire Q4). Au-delà, atteindre un carrefour à la Basse de la Doux, traversée par une large piste (alt. : 1 151 m).
  • De l'accès à la piste : 30 mn. On est dominé à gauche par la grande muraille du Robion dont on aperçoit une tache blanche de construction qui n'est pas autre que la chapelle Saint-Trophime accrochée à son flanc. Un petit sentier s'écarte à gauche vers la Barre Rousse par le Touron. Parcourir le chemin, toujours vers l'Est, traverser une zone de genêts puis, en s'orientant vers le Nord, dominer le hameau de Robion. C'est sur un chemin bordé par une haie de buis, servant de limite aux vergers parsemés d'érables, de poiriers sauvages et de peupliers, avec quelques pins cembru que l'on atteint le hameau de Robion (alt. : 1 082 m).
  • De la Basse de la Doux : 15 mn. Curiosité : petit hameau très agréable avec une végétation variée. La petite route C.D. 302 y conduit directement. Vous y découvrirez une source. L'église Saint-Pons, qui est le plus grand édifice, date du XVIe siècle et est un compromis du roman et du gothique. Par un chemin de terre vers le NORD-EST, en bordure de cultures céréalières, gagner le hameau du Petit Robion (alt. : 1 085 m). S'il comporte de nos jours beaucoup de ruines, il y a tout de même un effort de restauration qui s'amorce. Le chemin d'accès à la chapelle Saint-Trophime s'écarte à gauche (itinéraire n° Q3). A la sortie du hameau, source ; autour, vergers avec saules, peupliers et arbres fruitiers. Tangenter la route et prendre un chemin à gauche qui descend dans une très jolie pinède au sol herbeux (P2). Des lacets permettent d'atteindre la route C.D. 102, au confluent du ravin du Pré du Loup et du torrent de Rayaup (alt. : 898 m).
  • Du hameau du Robion : 45 mn. Emprunter la route de gauche, vers le Nord, en suivant la R.G. du torrent de Rayaup. Après un lacet, passer en R.D. de ce torrent et franchir les Glues précédant l'encorbellement de Chamateuil (alt. : 732 m) (parking).
  • De l'accès à la route C.D. 102 : 30 mn.

Sommet du Robion (1 660 M) (Q2)

Par les Pauvettes
Difficultés d'ensemble : P2-T1, avec passages P3. (pour bons randonneurs). Temps : sens de la description : 3 h, sens inverse : 2 h 15. Dénivellation : montée : 948 m, descente : 20 m
Kilométrage : 6,100 km. Caractéristiques : itinéraire classique, parfois pénible. Très belle vue au sommet. A effectuer de préférence au printemps et à l'automne. Cartographie : carte I.G.N. n 35-42 W, « Castellane »

Description de l'itinéraire

De Castellane (alt.: 718 m), franchir à l'Est, le Verdon et suivre à droite la route C.D. 102 vers l’ouest, sur environ 2 km. Encorbellement au lieu-dit « Chamateuil » pour stationner (alt.: 732 m). Avec l'itinéraireQ1, emprunter les tracés jaune et rouge jusqu'à la bifurcation (alt. : 834 m).
  • De la route C.D. 102 : 30 mn. Laisser le tracé jaune continuer vers l’ouest, en direction du Tour du Robion, et suivre le rouge à gauche effectuant de longs lacets à travers un bois de pins et de buis parsemé de pubescents. Le sol est souvent revêtu de mousse. Le sentier trace une grande ligne droite vers le SUD-OUEST, passant dans des escarpements dits des « Pauvettes » (alt. : 1 122 m).
  • De la bifurcation avec le tracé jaune : 45 mn. Gravir de nouveaux lacets entre des escarpements puis dominer le ravin de Sarrage, toujours dans le bois, contourner le haut du ravin et monter vers un petit sommet dénudé ; antécime alt. : 1 383 m (signal).
  • Des Pauvettes : 45 mn. Sur la croupe de la montagne à travers arbustes et végétation rase, progresser vers le sommet du Robion que l'on atteint dans une zone rocheuse (alt. : 1 660 m) (signal géodésique).
  • De l'antécime : 1 h.
  • De la route C.D. 102 : 3 h. Point de vue : saisissant au Nord, sur les gorges du Verdon, dominées par les Cadières de Brandis, à l'Est, sur les crêtes de Destourbes et les Alpes Maritimes, au Sud, sur le Haut-Var et à l’ouest, sur le Margès et les crêtes du Mourre de Chanier au Pré-Chauvin. Autour, on est entouré d'escarpements.

Chapelle Saint-Trophime (1 362 M) (Q3)

Difficultés d'ensemble : P2, passage T1 (pour petits randonneurs) Temps : sens de la description : 1 h, sens inverse : 0 h 45 Dénivellation : montée : 287 m.
Kilométrage : 2,200 km. Caractéristiques : itinéraire classique pouvant meubler une demi-journée. A effectuer toute l'année. Cartographie : carte I.G.N. n 35-42 W, « Castellane »

Description de l'itinéraire

Du hameau de Robion (alt.: 1 082 m), emprunter vers le NORD-OUEST le chemin de terre conduisant au Petit Robion (alt. : 1 085 m). A l'entrée de ce hameau, s'écarter à gauche par un chemin qui s'élève vers le NORD-OUEST (P2). L'abandonner vers le Nord, et par un autre chemin plus étroit, se porter vers l’ouest, afin de traverser un bois de pins à crochets. La montée est régulière, par un raidillon, rejoindre le bas de la haute muraille du Robion. Ce n'est plus qu'un sentier qui circule à travers les ruines de l'ancien village, passer sous le grand toit allongé caractéristique, au milieu de la falaise, et par des marches taillées, gravir le promontoire qui conduit à la chapelle Saint-Trophime (alt.: 1 369 m).
Du hameau de Robion : 1 h. Caractéristiques : chapelle laissée à l'abandon, elle est aujourd'hui en partie ruinée. Sa seule protection est le fait qu'elle soit plaquée contre la muraille du Robion. Elle est très visible de loin.

Circuit de Font Fréyière (Q4)

Difficultés d'ensemble : P2, avec passages P3 et T1 pour l'orientation (pour bons randonneurs). Temps : sens de la description : 4 h 45, sens inverse : 4 h 45 Dénivellation : montée : 461 m, descente : 461 m.
Kilométrage : 15,300 km. Caractéristiques : circuit très sauvage et curieux. Cadre peu commun. A effectuer de préférence au printemps et en automne. Cartographie : cartes I.G.N. n° 34-42 E, « Senez », et n° 35-42 W « Castellane »

Description de l'itinéraire

Du petit hameau de « Soleil » (alt. : 722 m), prendre le chemin revêtu vers le N, à droite de la fontaine et s'élever vers un bois de pins noirs à crochet jusqu'à une bifurcation (alt.: 748 m).
  • De Soleil : 5 mn. Emprunter le chemin de droite vers le Nord, par une épingle (alt. : 789 m), revenir vers le SUD-EST. Laisser un chemin moins évident à gauche, puis un autre à droite pour s'orienter vers l'Est à travers un magnifique bois de résineux (pins à crochets, buis, fougères). Atteindre une piste D.F.C.I. (barrière, 30 m à droite) (alt. : 867 m).
  • Du chemin revêtu : 35 mn. Se diriger à gauche (NORD-EST) ; à une bifurcation, prendre à droite la piste en balcon au-dessus du ravin de Font-Fréyière. Progressivement, elle s'oriente vers le SUD-EST (barrière O.N.F. de la Faye et du Bourguet). Après un parcours clairsemé, atteindre un lacet. Un chemin prolonge notre direction (alt. : 964 m).
  • De la piste D.F.C.I. : 35 mn. A travers un bois d'essences variées (houx, sapins, épicéas, etc.), emprunter ce chemin vers l'Est, 150 m plus loin, bifurcation. Prendre à gauche, toujours vers l'Est, puis un coude nous porte au Nord, où l'on franchit deux cours d'eaux successifs (citerne). Laisser plusieurs sentiers tantôt à droite, tantôt à gauche. A un coude à droite, se porter à gauche sur un sentier. Celui-ci est encombré de genêts, rejoindre plus loin le collet de Font Fréyière (alt. : 1 026 m).
  • Du lacet de la piste : 25 mn. Ne pas suivre le chemin de droite, mais face à notre arrivée au collet, parcourir un petit sentier vers le NORD-EST qui contourne un ravinement, puis revenir vers l’ouest-NORD-OUEST, pour progresser sur un flanc de colline, sur un terrain de cailloux, avec un sentier assez mal défini (P2-P3-T1, pour l'orientation). Passer sous le Rocher du Fort et plus loin, rejoindre des lames rocheuses verticales, que l'on longe versant Nord, par un très joli petit sentier en sous-bois (alt.: 1 141 m).
  • Du collet de Font-Fréyière : 30 mn. S'orienter vers le Nord, en suivant un même nivellement, passer sous une ligne H.T., et rejoindre le carrefour dominant le Rocher de la Forteresse (alt. : 1 125 m).
  • Des lames rocheuses : 20 mn. Se diriger à droite (NORD-EST) par un bon chemin à travers bois. Un chemin arrive en épi à gauche (alt. : 1 095 m) (piste au-dessus) (itinéraire Q1).
  • Du carrefour : 20 mn. Vers l’ouest (avec l'itinéraire Q1), suivre ce chemin jalonné en jaune. Il franchit le ravin de la Doux, puis passe sous une ligne électrique à H.T., et plus loin, rejoint un carrefour (nouvelle piste D.F.C.1.) (alt. : 1 038 m) (L’itinéraire Q1 s'écarte à droite).
  • De la bifurcation en épi : 20 mn.
Deux possibilités s'offrent :
1 ère possibilité : par le château de Valcros: Un bon chemin s'engage vers le SUD-EST puis le Sud, contourne par la droite les ruines de la Doux puis atteint le ravin de la Doux à un réservoir. Traverser le ravin et descendre par sa rive gauche jusqu'au château de Valcros (alt.: 855 m).
  • Du carrefour 1 038 m : 30 mn. Après un crochet à l'Est, revenir vers l’ouest, puis le Nord, pour traverser de nouveau le ravin de la Doux, et par sa rive droite, un chemin conduit aux ruines de Moulineau puis à une épingle du chemin carrossable accédant au château de Soleil (alt. : 738 m).
  • Du Château de Valcros : 20 mn. Par ce chemin carrossable, accéder à la route C.D. 955 (alt. : 664 m).
  • De l'accès au chemin carrossable : 15 mn. Vers le Sud, suivre la route jusqu'à Soleil (1,500 km) (alt.: 722 m).
  • De l'accès à la route : 20 mn.

2° possibilité : par le château de Soleil. Franchir une barrière, et emprunter la piste D.F.C.I. vers l’ouest, passer au lieu-dit Fontpuge et à un carrefour (mélèzes) (alt. : 960 m), un tracé jaune conduit directement au château de Soleil où a été édifié un temple bouddhiste (alt. : 812 m).

  • Du carrefour 1 038 m : 35 mn. Vers le Sud, emprunter le chemin carrossable conduisant à la route C.D. 955 et au S, à Soleil (alt. : 722 m).
  • Du château de Soleil : 50 mn.

Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
Verdon
pédalo dans le lac de Sainte-Croix
Accrobranche
Rafting
Pont de Galetas
Pont du Roc

Retour aux questions sur Randonnées pédestres dans le Verdon

Autres informations
Autres catégories