Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

L'Ubaye, du bivouac de la Pare aux eaux Tortes

​Bivouac forestier à la Pare 13

Repère :
  • Première journée : +430m de dénivelée, 2h de marche.
  • Deuxième journée : +450/-880m de dénivelée, 4h, facile, Départ de la maison forestière du Tréou, à 6km de Barcelonnette. De la D900, prendre en direction de la Frache-Tato avant l’aérodrome, puis continuer sur la piste Riou-Bourdoux. La maison forestière du Tréou se trouve dans les premiers lacets. Carte IGN TOP 25 3538 ET Aiguille de Chambeyron (pli D2).
Vous garderez un excellent souvenir de ces deux journées passées en pleine nature. La maison forestière de la Pare (gîte) est située en hauteur dans le Riou-Bourdoia, site connu pour son torrent à "lave" destructeur. Une randonnée dans les forêts plantées de main d'homme entre le XIX, et le début du XXe siècle pour se protéger des ravinements, vous emmènera aussi dans un milieu à la flore abondante où vivent de nombreux mouflons de Corse.
A la maison forestière, dans laquelle le maquis de l'Ubaye avait installé ses premiers quartiers pendant la Résistance, l'accueil des gérants est toujours chaleureux. Cette balade permet de profiter de panoramas saisissants sur la moyenne vallée.
  • Jour 1 : du Tréou, suivre le sentier de découverte de Riou-Bourdoux. Il chemine dans le lit du torrent, puis monte en rive droite. Quelques mètres plus loin, on rejoint un PR (balisé en jaune), le prendre à droite. Il monte vers un lacet de la route forestière de la Pare. On retrouve le GR 6-56 (balisage rouge et blanc). Suivre le PR et le GR par la route sur 1,5 km jusqu'à la maison forestière de la Pare.
  • Jour 2 : du refuge de la Pare, monter vers le nord le sentier de Cabane Neuve (non balisé). Il traverse de nombreux petits ravins sous de magnifiques mélèzes. La forêt s'éclaircit pour laisser la place aux alpages. De la bergerie de Cabane Neuve, monter vers le "chemin horizontal" en direction du nord : le sentier n'est pas trop marqué au sol et peut se confondre avec des traces de troupeaux jusqu'au "chemin horizontal". Prendre ce sentier à droite qui file vers l'est à flanc de montagne, il domine la vallée en limite de forêt. Il passe à proximité de sources potables. Les arbres les plus hauts qui s'accrochent aux éboulis sont les pins cembros, arbres d'altitude qui doivent leur vie à un oiseau, le casse-noix, qui lui seul dissémine les graines de ce pin. Délaisser les sentiers qui montent aux cols des Orres et de la Pare. Quand on croise le GR 6-56, le prendre vers le bas et descendre au refuge de la Pare.
Pour regagner la maison forestière du Tréou, reprendre le PR utilisé à la montée jusqu'au sentier de découverte. Celui-ci passe à côté du hameau ruiné de Cervière, recouvert par la forêt. Puis prendre à droite pour accéder à la station n 8, la pépinière des Dalis. Finir le parcours (stations n° 9 et 10) et arriver à la maison forestière.
  • En faire plus : La boucle du deuxième jour peut être rallongée en montant au col de la Pare (2 655 m). L'aller-retour prend 2 h environ pour une dénivelée supplémentaire de 400 m. Du col, vue superbe sur le vallon du Parpaillon et le massif du Grand Bérard. Pour les sportifs, l'itinéraire complet se réalise en une journée.
  • En faire moins : À la demi-journée, le pro- meneur avide de récits et de commentaires au sujet du Riou-Bourdoux se régalera sur le parcours du sentier de découverte. Des panneaux explicatifs sont disposés aux dix stations. Départ et arrivée au Tréou.

Les torrents colériques des adrets de Barcelonnette

Bérarde, Faucon, Sanières, Riou-Bourdoux… autant de torrents dont les colères sont restées dans l’inconscient collectif des habitants de l’Ubaye. Les immenses faces sud qui surplombent la vallée de Barcelonnette, complètement déboisées jusqu’à la fin du siècle dernier, étaient le théâtre d’impressionnantes crues, formées de boues glaciaires, arrachées par les violents orages aux pentes instables… Les exemples historiques ne manquent pas, tel l’orage du 8 avril 1976 qui provoqua une coulée de boues torrentielles de 90 000m3, déposant aux Sanières une hauteur de 7 mètres de lave en moins d’une heure. Depuis, un vaste programme de plantations forestières et d’ouvrages d’art réalisés sans les thalwegs les plus menaçants ont contribué à assagir ces « monstres endormis ».

Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


Le Circuit de Bonne Vert

Repère : Départ du village de Faucon, à 2km de Barcelonnette. Partir en direction de Jausiers et quitter la route principale 500m après le carrefour du Sauze. +600/-600m de dénivelée, 13km, 3h, parcours sportif, prévoir de l’eau, de la nourriture ainsi qu’un casque et un nécessaire de réparation de VTT. Carte  IGN TOP 25 3538 ET Aiguille de Chambeyron (pli D3).
Cette balade est très parcourue par les "vététistes" de Barcelonnette et des environs, à juste titre. Après une montée régulière sur une piste, qui fait apparaître un panorama très large, vous parviendrez dans les hautes parties boisées de l'adret où vivent mouflons et chamois. La croupe de Bonnet Vert surplombe la vallée sur un versant chaud et l'itinéraire est vite déneigé.
Le village de Faucon, point de départ, est caractérisé par ses trois clochers. Le plus remarquable est le campanile isolé aux couleurs ocre, vestige d'une église moyenâgeuse. Les deux autres clochetons sont ceux de l'église paroissiale Saint-Étienne (XIe siècle, réhabilitée à l'époque classique) et du couvent de Saint-Jean de Matha, de l'ordre des Trinitaires, datant du XVIIe siècle.
Dans le village, monter sur une route goudronnée en direction de Bouzoulières. Franchir le torrent de Faucon 1 km plus loin. La route, en terre maintenant, grimpe en lacets. Au hameau de Bouzoulières, passer devant une chapelle dans un virage. Laisser ensuite une piste qui part à droite, puis plus loin une autre qui descend à gauche. Après d'autres lacets, on atteint un replat en prairie. Continuer la piste qui monte à droite et arriver au parking de Bonnet Vert (barrière ONF, panneaux d'information, tables).
Entamer la descente balisée VTT : prendre vers le bas à droite 20 m avant la barrière, et tourner immédiatement à gauche dans un petit sentier. Un tronc d'arbre portant une flèche indique la bonne direction. Si vous arrivez à un réservoir, c'est que vous vous êtes trompé de chemin. Bien suivre le sentier qui serpente dans le bois. Lorsqu'on croise une route forestière, s'y engager et la remonter sur 300 m.
Reprendre le sentier bien tracé qui plonge à droite (balisé en jaune). Le suivre pendant de nombreux lacets sans tenir compte des traînes de débardage.
On aboutit dans le bas de la descente à une piste forestière qu'il faut emprunter vers le bas. On rencontre une barrière. Franchir le torrent du Bourget et après 500 m en rive gauche traverser le torrent à une bifurcation à droite. On arrive au hameau du Bourget. Retrouver le village de Faucon par une petite route en direction du sud-ouest.
  • En faire plus : En partant du centre de Barcelonnette, le circuit se trouve rallongé de 6 km. Monter par la piscine en direction du hameau des Allemands. Avant d'y arriver, une piste grimpe vers La Salce. S'y engager et poursuivre en délaissant toutes les autres pistes qui partent à gauche. Le point de vue sur Barcelonnette est magnifique depuis le promontoire d'où décollent les parapentes. Après une légère descente et la traversée du torrent de Faucon, on rejoint l'itinéraire normal de montée. Le prendre à gauche.
  • En faire moins : De nombreux sentiers existent en bordure de l'Ubaye entre Jausiers et Les Thuiles. De plus, l'été, des parcours de descente sont accessibles à partir des remontées mécaniques des stations de Pra-Loup et du Sauze/Super-Sauze
  • Le vivre autrement : De l'aire de décollage se trouve sur la butte cotée 1 612 m, en dessous du village des Maisonnettes. Atterrissage dans le champ de la Chaup Basse, à l'est de Barcelonnette.

Le brevet des 7 cols Ubayens

Dès la venue des beaux jours et le déneigement des grands cols, les voies de communication s'ouvrent vers les grandes vallées voisines. L'Ubaye offre de multiples possibilités de randonnée à vélo. D'ailleurs, le Tour de France y a élu domicile plusieurs fois. En 1974, Bernard Thevenet s'envole vers Pra-Loup en laissant derrière lui le roi Eddy Merda. Récemment en 1993, une des plus dures étapes des Alpes (de Serre-Chevalier à Isola 2000) est passée en Ubaye par les cols de Vars et de la Bonnette.
Les cols, restés longtemps les seules voies de passage (chemins muletiers) entre Ubaye, Dauphiné, Provence et Piémont, sont appréciés des cyclotouristes pour leurs paysages montagnards.

Col d'Allos

  • Altitude : 2 240 m. Dénivelée positive : 1115 m. Distance aller : 21 km.
  • Pente moyenne : 4,5 %.
  • Carte : IGN 1/100 000 n° 61. 
  • Centres d'intérêt : route des transhumances, l'itinéraire monte vers un paysage sauvage et aride. Il passe par le vallon des Agneliers. Haltes possibles au refuge des Agneliers ou au refuge du col (ouverts l'été). Chamois sur les pentes du Cheval de Bois.

Col de la Cayolle

  • Altitude : 2 327 m.
  • Dénivelée positive : 1 135 m.
  • Distance aller : 29 km.
  • Pente moyenne : 4 %.
  • Carte : IGN 1400 000 n 61.
  • Intérêt : la route traverse les gorges du Bachelard où sont dressés de magnifiques ouvrages d'art. Une faune superbe composée de chamois, d'aigles royaux, à voir dans la partie Ubaye du parc du Mercantour. Avant le col, la route serpente entre des cascades de toute beauté.

Col de Restefond/La Bonnette

  • Altitude : 2 802 m.
  • Dénivelée positive : 1 667 m.
  • Distance aller : 32 km.
  • Pente moyenne : 7 %.
  • Carte : IGN 11100 000 n 61. Intérêt : la route étroite et sinueuse de la Bonnette, la plus haute d'Europe, se situe aux portes du parc du Mercantour. On passe aux casernes militaires du Restefond. Au sommet, un chemin accède à une table d'orientation. Dans la montée, la "halte 2000" est ouverte tout l'été pour se désaltérer.

Col de Larche

  • Altitude : 1 991 m.
  • Dénivelée positive : 856 m.
  • Distance aller : 33 km.
  • Pente moyenne : 4,5 %.
  • Carte : IGN 1/100 000 n° 54.
  • Intérêt : route facile donnant accès à l'Italie, cette voie a été depuis des siècles une grande voie d'invasion et de conquête. Cela explique la construction du fort de Tournoux à la Condamine, de Saint-Ours et de Roche-la-Croix. On peut se restaurer et se rafraîchir à Meyronnes et à Larche. Dès le printemps, les marmottes sont omniprésentes tout au long de la montée du col.

Col de Vars

  • Altitude : 2 109 m.
  • Dénivelée positive : 974 m.
  • Distance aller : 30 km.
  • Pente moyenne : 7 % (10 % sur les derniers 4 km).
  • Carte : IGN 1/100 000 n° 54.
  • Intérêt : entre Saint-Paul-sur-Ubaye et le hameau de Mélezen, formation de "Demoiselles coiffées". À Saint-Paul, le musée de "Savoir-faire" se visite tout l'été : instruments et techniques anciennes. Au Mélezen, exposition de céramiques l'été. Un peu après le col, lac marécageux et refuge Napoléon.

Col Saint-Jean

  • Altitude : 1 333 m.
  • Dénivelée positive : 657 m. Distance aller : 33 km.
  • Carte : IGN 1/100 000 n` 54.
  • Intérêt : la montée débute au pas de la Tour, rendu célèbre par ses "Tourniquets'", chemin muletier si étroit et vertigineux qu'il rendait le passage de la gorge difficile avant la construction des premiers ponts. Point de vue sur le lac de Serre-Ponçon et la côte de Pontis en face. On passe sous le village de Saint-Vincent-les-Forts, dominé par les fortifications de Vauban.

Col de Pontis

  • Altitude : 1 301 m.
  • Dénivelée positive : 836 m.
  • Distance aller : 34 km.
  • Carte : IGN 1/100 000 n°54.
  • Intérêt : l'itinéraire passe au lac de Serre-Ponçon. La route du col est étroite et présente parfois de forts pourcentages. Au village de Pontis, l’ancienne école a été transformée en musée et peut se visiter. Le col se situe sur les contreforts du Morgon : panorama sur la confluence des vallées Ubaye-Durance et le barrage de Serre-Ponçon.
En faire plus :
Trois grands circuits à la journée vous transporteront à travers les vallées voisines :
  • Barcelonnette, col de la Cayolle, col des Champs, col d’Allos, Barcelonnette, 115km, +3340m de dénivelée.
  • Barcelonnette, col de Restefond, Isola, col de la Lombarde, col de Larche, Barcelonnette, 183 km, +4 330 m de dénivelée.
  • Barcelonnette, col de Vars, Guillestre, Saint-Endré-d'Embrun, Savines, col de Pontis, Barcelonnette, 126 km, +1 580 m de dénivelée.
En faire moins :
Pour ceux qui veulent moins grimper, voici deux balades en fond de vallée :
  • Barcelonnette-Maurin, aller-retour 35 km, +200 m de dénivelée.
  • Tour des Chapeliers par Barcelonnette, Uvernet, Les Thuiles et Saint-Pons, 17 km, +200 m de dénivelée.

Les cols de l’Ubaye : un vaste chapelet

Les crêtes qui cernent la quasi-totalité de la vallée s’abaissent çà et là en une multitude de cols dominant la rivière de l’Ubaye, toujours d’au moins 1400m, parfois 1800. Ces baisses, ou cols, ont été pour la plupart des fenêtres de communication avec les autres vallées. Seul l’avènement des transports routiers les a fait oublier… Plus de 75 cols étaient couramment utilisés pour les transports et les déplacements jusqu’au début de notre siècle. Les étroits défilés de la Reissole et du pas de la Tour rendaient impraticables, avant l’utilisation de la dynamite, les issues basses de la vallée. Les anciens s’échappaient de la vallée uniquement par les passes, le plus souvent avec des mulets pour le transport. Nombre de vestiges de ces sentiers « muletiers », aujourd’hui presque entièrement enfouis dans l’herbe ou sous des éboulis, sont à peine praticable à pied.
Des plus connus et parcourus, souvenons-nous du col de la Sestrière, pour aller au Val d’Allos, dont certains tronçons sont encore visibles depuis le sommet du domaine de Pra-Loup ; du col de Marie qui reliait Cambremont à l’Italie, du col de Jausiers qui reliait le Lauzanier (Ubayette), au vallon d’Abriès (Jausiers), le col Tronchet pour aller en Queyras et bien d’autres encore : la Pare, les Orres, la Fère, le cLos du Roi, la Gypière… La connaissance de ces 76 cols, dont 4 carrossables, 29 « muletiers », et 43 pédestres exigerait de la part des randonneurs qui voudraient les découvrir, plusieurs séjours prolongés dans notre vallée.

Parapente au Bétoul

Pra-Loup, situé à 1 600 in d'altitude, à 10 km de Barcelonnette, est une des plus belles stations des Alpes du Sud.
Au-dessus de la vallée de l'Ubaye, face au Pain de Sucre et au Chapeau de Gendarme, le site de Pra-Loup offre un splendide vol ouvert vers l'est.
Le site est praticable été comme hiver puisque le décollage est situé au sein même de la station de Pra-Loup, en bordure des pistes de ski.
La pente est orientée est, perpendiculairement à l'axe de la vallée de l'Ubaye. C'est un décollage en herbe, avec une pente régulière et progressive. C'est en conséquence un vol du matin, aérologiquement calme, qui s'adresse donc aux pilotes peu expérimentés désireux de découvrir en douceur les paysages de l'Ubaye.
  • Accès : en été : à partir de la station de Pra-Loup, prendre la télécabine des Clappiers (ouverte en juillet et août à partir de 9 h). À la sortie de la télécabine, monter à pied pendant 5 à 10 mn en obliquant à gauche vers le Bétoul ; il faut traverser les deux téléskis.
  • en hiver : en sortant de la télécabine des Clappiers, prendre le téléski du Bétoul et décrocher à gauche pour redescendre vers le décollage.
  • Conditions favorables : c'est un vol du matin, en brise de pente jusqu'à 11 h en été.
  • Dangers et difficultés : en été, à partir de 11 h, quand la brise de vallée se lève, le site est sous le vent, s'en méfier.
  • Ne pas voler par vent météo de nord/nord-ouest et sud loti, Atterrissage : Uvernet, 1200 m. Accès à partir de Barcelonnette : prendre la direction de Pra-Loup, puis celle d'Uvernet-col de la Cayolle. À l'entrée d'Uvernet, laisser la voiture et suivre jusqu'au bout le chemin de terre à gauche, avant le crucifix. Vous trouverez un grand champ en dévers, équipé d'une manche à air. La brise de vallée vient de Barcelonnette.
En faire plus
Il existe d'autres sites dans la vallée de l'Ubaye, notamment Soleil Bœuf et Larche. Cependant, ils sont soumis à un régime de brises de pente et de vallée extrêmement fortes (les plus fortes des Alpes du Sud). Ce phénomène aérologique particulier s'explique par l'orientation est-ouest de la vallée. Cette orientation induit un ensoleillement très intense du matin au soir, créant ainsi une activité thermique très importante. Il est impératif, sur ces sites plus encore qu'ailleurs, de voler tard le soir et de renseigner auprès de l'école et du club local.

La descente de l’Ubaye

Le Rafting connait depuis plusieurs années un succès grandissant auprès d’un public très large. En effet sans apprentissage et en toute sécurité, chacun peut apprécier les sensations fortes de la descente de rivière.
L’Ubaye, à la différence du Verdon et de la Durance, ne comporte ni barrage ni retenue d’eau quelconque. Son débit est très naturel tout a long de son parcours, ce qui en fait l’une des rivières les plus sauvages de France.
L'Ubaye est une rivière de montagne, gonflée au printemps par les eaux de fonte des neiges des hauts massifs. C'est donc une rivière technique, où le plaisir de l'eau vive se laisse découvrir à travers les bouillons d'écume.
Le parcours présenté se situe en basse vallée et bénéficie d'un niveau d'eau navigable la plupart du temps.
  • Départ : Le Four à Chaux, 500 m en amont du hameau du Martinet, commune de Méolans-Revel. Le parcours est technique, varié, et de toute beauté. Il traverse les famuses gorges du Lauzet, enjambée par un petit pont romain.  Ce parcours de classes III et IV a été utilisé pour les champoinnats de France en 1986. Les nombreux rapides sont entrecoupés de zones plus calmes qui permettent aux débutants de souffler un peu. Arrivée : Le Moulin, au Lauzet-Ubaye. 
  • En faire plus : L'intégrale raft est un parcours long de 21 km de Barcelonnette au Lauzet, utilisant les meilleurs passages de l'Ubaye, y compris les ex-infranchissables. Durée : 3 h 30 de navigation.
  • En faire moins : Certaines descentes sont plus tranquilles car moins accidentées : La Condamine/Jausiers, beau trajet sauvage dans une portion étroite de la vallée; Jausiers/Barcelonnette, pour voguer entre les hauts sommets, Chapeau de Gendarme et Chalanche.
  • Le vivre autrement : Les mêmes parcours sont accessibles aussi en canoë biplace, en hydrospeed (nage en eau vive) et bien évidemment en kayak.

 La tête de Louis XVI

Il s'agit d'un des sommets les plus connus de l'Ubaye puisque sa découpe visible depuis Barcelonnette fait étrangement penser à une tête allongée. Le menton, les lèvres, le nez, les arcades sourcilières et un large front sont coiffés d'une massive perruque. Louis XVI n'est pas passé par là, mais cette effigie lui ressemble tellement que la nature semble avoir sculpté son profil merveilleusement. Le sentier gravit un versant abrupt à l'adret pour finir dans des alpages frais. Il suit les traces de l'histoire pastorale dont les signes affleurent en maints endroits : murs de soutènement, prairies, bergeries, cabanes et granges d'altitude.
Prévu pour descendre à dos de mulet les trousses de foin, produits de coupe des alpages, il était moins emprunté pour ce labeur depuis l'installation d'un câble au début du siècle.
  • Repère : Départ au parking du hameau des Clots, à 4km de la D900, sur la commune de Méolans-Revel. Monter en direction de l’école d’escalade puis continuer sur la piste qui monte à droite au carrefour suivant. 5h30, +1010/-1010m de dénivelée, moyennement difficile, attention aux troupeaux. Suivre le balisage jaune (sentier de petite randonnée, PR). Carte IGN série bleue Barcelonnette 3539 ouest et Seyne 3439 est.
Le sentier est bien balisé en jaune. Partir du hameau des Clots qu'on laisse à droite pour emprunter un chemin bordé d'arbres. Pénétrer dans une pinède et s'élever en traversée jusqu'à franchir le ravin des Herbez.
Au croisement, bifurquer à droite et continuer à monter : une barre rocheuse est franchie grâce à de courts lacets du sentier. Avant les granges basses de Roche Juan, prendre le sentier de droite. Passer aux granges hautes, monter en sous-bois. On arrive à un double carrefour : aller à droite, puis à gauche et poursuivre tout droit jusqu'à la sortie de la forêt.
Le sentier continue à flanc vers une cabane pastorale et franchit le torrent du vallon. Remonter ensuite, orientation sud-est, la combe du Vallon qui mène au sommet. Faire attention à ne pas perdre le balisage dans cette partie.
Pour descendre, on rejoint le bas du vallon par une croupe en direction du nord-ouest sur son flanc droit. Passer sous une barre rocheuse et déboucher en crête près du bec rocheux coté 2 259 m.
Descendre le long d'une croupe orientée plein nord et gagner l'itinéraire de montée.
  • En faire moins
Le promeneur peut se prélasser au bord de l'Ubaye en parcourant un chemin en rive gauche entre les villages de Méolans et du Martinet. Dominé par la Tête de Louis XVI, c'est l'occasion d'admirer Méolans et son clocher construit indépendamment du corps de l'église sur un promontoire rocheux.

La descente du ravin de la Blache  

Le site de canyoning surplombe les gorges de l'Ubaye, en versant sud. Le parcours, ensoleillé l'après-midi, ne présente pas de grosse difficulté tout en traversant des lieux féeriques. Composé principalement de cascades, il est bien arrosé, mais l'absence de vasques ne permet ni nage, ni sauts.
L'eau et la roche créent dans le canyon un univers hors du commun relativement isolé. Longtemps inaccessibles, les ravins offrent leur végétation luxuriante blottie contre les falaises de calcaire. Le passage sous les cascades de tuf de Caste-plane est k clou de la descente. Les rideaux de fines gouttelettes scintillent au-dessus de vos têtes. Le torrent du ravin de la Blache, dans sa partie basse (non parcourue) passe au-dessus d'un tunnel de la voie ferrée qui devait atteindre Barcelonnette. Le torrent a causé de gros soucis aux ouvriers qui en construisant ce tunnel, ont percé le fond du torrent ! Cet ouvrage n'a finalement jamais servi puisque la ligne de chemin de fer a été déclassée en 1926.
  • Départ : route de Champ Contier, à 3 km du Lauzet-Ubaye. La petite route part au niveau du monument aux morts du Lauzet, passe par le pont romain et grimpe en rive droite de l'Ubaye. Se garer avant le passage du torrent. Départ immédiat du canyon. Penser à laisser un véhicule à l'arrivée du Canyon : pont du Moulin, en aval du Lauzet, direction le Camping la Source et le Moulin. Au départ la descente se fait dans une partie ouverte avec de petites vasques où il ne faut pas sauter. La première cascade est courte et très arrosée. S'arrêter dans la vasque du milieu, finir en toboggan sur 3m. Suit un rappel de 8 m délicat dans les deux derniers mètres. Continuer en désescalade avec une main courante par fort débit. Un spit est fixé sur un bloc en rive gauche. La portion suivante se parcourt en randonnée aquatique (15min), sans sauts. La partie restante devient plus encaissée, avec les chutes d’eau des cascades de tuf de Costeplane. Suivent deux rappels de 5 et 7m puis un grand rappel arrosé de 14m (surplombant et aérien).
  • On passe sous une arche avant un rappel de 6 m au-dessus d'une petite grotte. Marcher sur 200 m. Descendre un grand rappel de 14 m. Son côté gauche est intéressant, mais son côté droit est plus facile. Le dernier rappel s'effectue sur une dalle peu inclinée de 12 m, très glissante. Sortir du canyon et rejoindre le pont du Moulin par un chemin, compter 20 mn de marche. 
  • En faire plus : Pour les initiés, la portion supérieure de ce même canyon se descend en 4 h. En partant à pied du hameau de Champ-contier, on accède au sommet d'une cascade de 55 m de haut. On peut enchaîner l'ensemble des deux parties dans la journée.
Repères : Sécurité : le canyoning est une activité technique qui nécessite une bonne maîtrise des manipulations de cordes. Se renseigner sur les conditions météorologiques dont dépend le débit du torrent. Longueur : 800 m. Dénivelée : -140 m. Durée : 2 h Difficulté : difficile. Rappel surplombant, fort débit. Équipement en place : Ires bon, constitué de chaînes et d'anneaux Matériel : tenue néoprène complète casque, deux cordes de 40 m et une de sécurité sangles matériel de remontée Carte : IGN selle bleue Seyne 3439 est.

Le sentier de découverte des eaux Tortes

Le marais d'altitude des Eaux Tortes et le glacier de la Blanche, maintenant glacier rocheux, sont les vestiges d'un vaste appareil glaciaire qui recouvrait l'Ubaye voici vingt mille ans.
Le vallon a été habité dès la plus haute antiquité. Son climat rigoureux a fait fuir sa population vers des terres plus accueillantes en Provence.
Le Laverq, par son éloignement, dégage une ambiance propice à la contemplation. Au bout d'un long chemin en terre, les derniers hameaux entourent l'abbaye du Laverq, édifiée en 1135 par les moines défricheurs de l'ordre de Chalais, et qui fut rattachée peu après à l'abbaye de Boscodon. Les randonnées pédestres et à skis se développent dans ces espaces vierges à l'abri d'un tourisme motorisé et grâce à l'aménagement d'itinéraires, de refuges et d'aires de repos. Nous vous proposons de parcourir à la journée le sentier de découverte des Eaux Tortes.
Repère : prendre la D900 jusqu’au Martinet (près du Lauzet). On tourne alors en direction du Laverq jusqu’à l’abbaye (3,5km de route non goudronnée). Deux parkings : le premier est en contrebas de l’abbaye, le deuxième est au bout du chemin, 1km plus loin. Durée 6h, 630m de dénivelée, randonnée longue mais très bon sentier sans difficultés techniques et bien balisé.
Du deuxième parking, continuer le chemin, il suit le torrent du Laverq en restant en fond de vallon (4 km). Avant d'arriver au plan bas, le chemin monte en lacets dans une forêt de mélèzes, de pins à crochets et cembro. De la cabane du Plan Bas, prendre le sentier de découverte par la gauche, en traversant la clairière (source à la deuxième cabane). Délaisser ensuite le GR 6-56 au profit du sentier de découverte (balises bleues) qui file à droite et monte en lacet dans la forêt. Il sort de la forêt et traverse une zone d'éboulis avant d'arriver en vue de la superbe cascade inclinée du ravin des Lauses. Contourner la cascade par la gauche pour déboucher sur une prairie. Jusqu'aux Eaux Tortes, le chemin serpente à travers un chaos de rochers (en grès d'Annot), de prairies et de ruisseaux.
Observez bien la forêt, vous êtes à 2 200 m d'altitude, les mélèzes et les pins cembro prennent des formes ramassées, sous la pression de la neige, du gel et du vent.
Vous y rencontrerez aussi divers arbustes : rhododendron, myrtille et airelle des marais ; ainsi que la vetrate blanche, l'aconit tue-loup et le géranium sylvatique.
Les Eaux Tortes, à 2 250 m d'altitude, sont issues de la fonte d'un morceau du glacier de la Blanche. Une végétation de type tourbière (joncs, carex, mousses), avec un entrelacement de chenaux, s'est développée dans ce milieu d'altitude, froid et humide. Au-dessus des Eaux Tortes, à droite, vous observerez ce qui reste du glacier de la Blanche.
Traverser le ruisseau des Eaux Tortes par le pont en bois. Le sentier passe le long des Eaux Tortes, bifurque à droite (avant un monolithe rocheux caractéristique) et remonte jusqu'à un petit col. Il redescend alors jusqu'à la "cabane" de Selesta, vestige de l'élevage de moutons qui se pratiquait dans le vallon jusqu'en 1986, date du reclassement du vallon en réserve biologique.
La descente s'amorce alors en rive gauche du vallon. Par une succession de lacets, on arrive au plan bas (attention dans une épingle, laisser à gauche un autre sentier). Du plan bas, reprendre le chemin de l'aller jusqu'au parking.
  • En faire plus : Pour éviter au retour de reprendre le chemin de l'abbaye, avant le plan bas, dans la forêt, dans un virage à épingle à cheveux, au niveau d'un poteau sans pancarte, prendre à gauche. Un chemin surplombe le vallon et mène aux cabanes du plan du Goutier. De là, traverser l'alpage pour retrouver le chemin qui descend à travers la forêt jusqu'à l'abbaye du Laverq. Un pont, au niveau du parking, permet de traverser le torrent de Vautreuil (2 h A/R des Eaux Tortes). Au petit col qui surplombe les Eaux Tortes, prendre la direction du col de Vautreuil, balise jaune, le chemin monte au sud-ouest, dans un paysage de plus en plus minéral. Le col de Vautreuil est un lieu désertique, en dessous du Puy de la Sèche. En prenant le chemin qui monte, on peut rejoindre une brèche qui ouvre une vue dégagée au-delà de Digne (1/2 h A/R du col).
Pour les amateurs de sentiers verticaux, rejoindre le pic des Têtes en prenant plein ouest et en suivant la courbe de niveau (quelques balises jaunes). Passage câblé et sente aérienne pour accéder au sommet (4 h A/R du col).
Possibilité de descendre le vallon de Vautreuil vers les scieries du hameau des Clarionds (2 h du col aux scieries, bivouac possible à l'unique cabane du Vallon, sous le col de la Pierre, au début de la forêt).

Saint-Pancrace - Digne
Digne
Vallée de la Bléone - Digne
Digne
Provence

Retour aux questions sur Ski, randonnées et VTT dans l'Ubaye et le Verdon

Autres informations
Autres catégories