Version FrançaiseEnglish VersionNederlandse versieDeutsch Version
PASS VERDON
1 semaine dans le Verdon = 2 campings pour découvrir la richesse de ce lieu exceptionnel !

En savoir plus

Recommandations avant de partir en VTT

Vtt Haute-Provence

Préalpes de Digne et de Sisteron, Moyenne Durance et Verdon


Promotions

Chalet de Camping à Castellane Mobil-home
A partir de 301 €/Semaine

Mobil-home à Castellane Chalet
A partir de 350 €/Semaine

Emplacements Camping à Castellane Gorges du Verdon Emplacement Gorges du Verdon
A partir de 18 €/Nuit


Infos Pratiques

Le réseau d'itinéraires VTT de la région des Préalpes et du Verdon représente plus de 800 km de chemins balisés empruntant généralement des portions d'itinéraires pédestres ou équestres ou encore de ski de fond. 49 itinéraires sont présentés dans ce guide.
Les pays du Bas-Verdon ont un relief généralement propice à la découverte du VTT (pistes larges et chemins plats). La région de Saint-André-les-Alpes offre des dénivelées comparables, ainsi que la région du Val de Rancure. Autour de Digne, Sisteron et Castellane le relief est plus tourmenté, les vallées encaissées sont souvent parcourues de sentiers muletiers assez étroits, parfois exposés ou aériens. Il est vivement recommandé aux personnes sujettes au vertige ou peu expérimentées d'éviter ces itinéraires, car même si le risque est peu important, une chute dans un ravin peut vite s'avérer dramatique.
Ne pas hésiter à descendre de VTT dans les passages difficiles. Les descentes doivent être abordées avec la plus grande prudence, sachant qu'elles empruntent souvent des itinéraires pédestres fréquentés par des randonneurs.
Le printemps et l'automne sont des saisons propices pour randonner dans cette région; l'été il peut y faire très chaud et l'hiver (de novembre à mars) les crêtes et les versants à l'ubac sont parfois enneigés et froids.
Éviter de préférence les périodes de chasse.
49 balades de 2 à 6 heures, avec retour au point de départ, pour tous les niveaux, permettent de découvrir les sites et les villages des Pays du Verdon, (le la Moyenne Durance, des Préalpes de Digne et de Sisteron. Une rubrique pratique présente les caractéristiques de chacune (durée, niveau, dénivelée, point d’eau).
Les difficultés particulières (montée et descente) sont indiquées dans le texte.

Montée

M 1 : Plat très roulant, on pédale seulement un peu.
M 2 : Montée aisée (plateau moyen, grand pignon).
M 3 : Montée exigeant la position danseuse.
M 4: Montée en poussant le VTT.

Descente

D 1 : Descente roulante sans pédaler beaucoup.
D 2 : Descente rapide.
D 3 : Descente très raide où l'on doit freiner.
D 4 : Descente très délicate. Mettre pied à terre.

Cartes IGN au 1:25 000

3542 Ouest Castellane - 3541 Ouest St André les Alpes
3441 Est Barrêrne - 3342 Est Valensole
3341 Est Château-Arnoux 3340 Est Sisteron
3340 Ouest Ribiers - 3440 Ouest Thoard
3441 Ouest Digne - 3440 Est La Javie

Cartes IGN au 1:50 000

3542 Castellane - 3442 Moustiers - 3342 Manosque;
3341 Forcalquier - 3340 Sisteron 3343 Tavernes.

Les itinéraires VTT empruntent souvent des itinéraires de petite randonnée pédestre balisés de marques de peinture jaune sur les arbres et autres supports, mais aussi des itinéraires de grande randonnée (GR balisés en blanc et rouge, GR de pays en jaune et rouge), ou bien encore des itinéraires équestres balisés en orange. Cependant, un balisage spécifique au VTT (uniforme au niveau national) a été implanté sur ces itinéraires.
Sur les itinéraires déjà balisés, les logos VTT n'ont été rajoutés qu'aux changements de direction, afin d'éviter un surbalisage.
Il est recommandé d'être autonome, aussi bien pour le, vivres et l'eau que pour les réparations VTT.

Équipements recommandés

  • 1 cuissard à peau de chamois
  • des chaussures VTT à semelle rigide
  • coupe-vent, des gourdes
  • lunettes de soleil
  • gants (cuir ou laine)
  • casque.
Penser à emporter des vêtements de rechange.
Avoir un VTT en bon état conditionne souvent la réussite de la randonnée.
L'outillage de base (clé Allen, rustines, chambre à air, câble, pince, pompe, dérive- chaîne) et pharmacie sommaire (bande, sparadrap, arnica), ainsi qu'une lampe halogène complètent l'équipement du vététiste randonneur. Un compteur kilométrique peut faciliter la lecture du descriptif, mais il n'est pas indispensable.
  • Respectez les règles de bonne conduite du randonneur vététiste édictées par la FFC: respect des propriétés privées, des itinéraires balisés, de l'environnement, des troupeaux, discrétion, prudence et courtoisie, etc. Du comportement de chacun dépendra l'accueil qui sera offert à tous.
  • Il est indispensable de respecter l'environnement, de ne pas jeter de papier ou plastiques, ramener ses déchets et rester discret à l'approche de troupeaux ou de zones pastorales mais il faut aussi penser à ne pas couper les sentiers (descente en épingles) ce qui favorise le ravinement.
  • Lors de croisements avec d'autres randonneurs (notamment les cavaliers) penser à ne pas effrayer les chevaux, et signaler sa présence.
  • L'accès à ces itinéraires VTT est formellement interdit aux véhicules à moteur : motos ou 4x4!
  • Un nouveau décret va rendre prochainement l'éclairage des VTT obligatoire, et pour sa sécurité et celle des autres tout vététiste doit se conformer au Code de la route.
  • Ne pas oublier non plus que le randonneur équestre a priorité sur le pédestre et sur le vététiste : c'est donc à vous de laisser passer tous les autres.

​Les Pays du Verdon et de l'Asse

Un plat pays, la Provence ? Oui, si l'on jette un regard superficiel sur le plateau de Valensole ou le Plan de Canjuers. Mais, ici, l'uniformité n'est qu'illusion due à la lumière trop blanche de l'été. Car, ce pays est un champ de bataille géologique où s'entrecroisent plis, failles, nappes de charriage. Sans oublier, les eaux qui peaufinent l'ouvrage, roulant les galets du plateau de Valensole, dessinant la vallée de l'Asse, creusant le canyon du Verdon.
Même jeu d'apparences en ce qui concerne la végétation. Bien sûr, il y a les lavandes alignées ou les blés denses du plateau de Valensole, il y a les forêts de chênes pubescents dont le sous-bois paraît sempiternel.
Mais, c'est ne pas voir le mariage des genévriers et des buis sur les adrets ; les hardies, égayées par les cytises, les érables et les sorbiers sur les ubacs ; ailleurs, les pins sylvestres et noirs plantés par l'homme pour lutter contre l'érosion ; au-dessus de Saint André-les-Alpes, les mélèzes de la haute montagne, déjà.
Pour les hommes, idem : il y a les Provençaux, ceux de Pagnol ou ceux de Giono. Mais, dans la réalité, sont-ils des types si tranchés ? Car, depuis les temps anciens, Ligures, Celtes, Romains, sans oublier les « barbares », se sont succédé et mêlés ici. Même si la Provence devient française en 1486, si le mi René permet à la culture provençale de s'épanouir, la paix ne règne pas pour autant : invasions et épidémies bouleversent tout. Le XVIIIe siècle, avec une agriculture et un artisanal florissants, est plus serein.
Mais, au XIXe siècle, l'explosion démographique déclenche un exode rural qui, renforcé par les conflits du XXe siècle, vide la région de sa population.

Petit tour en Provence

Au nord, formée par trois torrents qui se rencontrent à Barrême, coule l'Asse aux crues redoutables ; en aval, la rivière d'Estoublon la rejoint après avoir traversé les magnifiques gorges de Trévans. L'Asse fait charnière entre le plateau de Valensole et les Préalpes de Digne; sur les anciens chemins des hommes et des troupeaux, ce pays recèle, aujourd'hui, « une poussière de cent villages morts ou en survie ». Pourtant, il fut plein de vie : la lavande était distillée sur place ; la vigne était cultivée car « un homme qui boit du vin, mange moins de pain et a plus de forces que s'il boit de l'eau et cela jusqu'à la prolifération du phylloxera, un « malheur : les coteaux et les plaines... ravagés par l'insecte maudit ! » ; les amandiers couvraient des milliers d'hectares ; les prunes et les pistoles étaient vendues en Angleterre ; les vers à soie étaient l'objet de contrats au printemps.
Au sud du plateau de Valensole, le Verdon n'en finit pas de polir son canyon dû à l'action de l'érosion karstique qui a exploité un réseau de failles. Aujourd'hui, le système de barrages, de Castillon (à Saint André-les-Alpes) jusqu'à Gréoux-les-Bains, donne un air sage à cette tumultueuse rivière. Un air que renforce l'ambiance de cités comme Saint André-les-Alpes ; entourée de terres fertiles, réputée jusqu'au XIXe siècle pour la qualité de ses draps de laine, de lin ou chanvre, Saint-André voit aujourd'hui ses fabriques fermées, sa production de lavande abandonnée ; le tourisme est devenu l'activité la plus dynamique. Même situation à Castellane dominée par son Roc, à Moustiers-Sainte-Marie avec la chapelle Notre-Dame de Beauvoir, les faïences qui connaissent le succès et le splendide Lac de Sainte-Croix, ou à Gréoux-les-Bains dont les eaux thermales attirent les curistes.
Mais ne vous y fiez pas, les Pays du Verdon et de l'Asse sont ailleurs, aussi. « La Provence n'est pas si bonne fille qu'elle en a l'air. Elle a tellement l'habitude des invasions qu'elle feint de donner raison à ses envahisseurs. Elle se prête, elle se loue, elle se vend au dernier arrivé mais elle ne se donne pas au premier venu. Alors, ne vous laissez pas séduire par son aspect de carte postale. Au fil de ses chemins, laissez-vous prendre à sa nudité austère, ses lézardes, ses blessures et sa pauvreté et son âpre séduction.

Saint-Pancrace - Digne
Digne
Vallée de la Bléone - Digne
Digne
Provence

Retour aux questions sur VTT en Haute-Provence

Autres informations
Autres catégories